L’hôtel de la monnaie à Paris.

L’hôtel de la Monnaie, situé quai de Conti dans le 6e arrondissement de Paris, est un bâtiment du XVIIIe siècle, chef-d’œuvre de l’architecte Jacques-Denis Antoine (1733-1801). Il abrite toujours la Monnaie de Paris ainsi que le musée de la Monnaie de Paris.

Les premiers ateliers de la Monnaie de Paris, principal atelier monétaire en France, étaient établis successivement dans le Palais royal sur l’île de la Cité, rue Sainte-Croix-de-la-Bretonnerie où le roi Saint-Louis installe en 1258 à cet emplacement le couvent de Sainte-Croix-de-la-Bretonnerie, puis rue de la Vieille-Monnaie (actuel boulevard de Sébastopol, entre la rue de Rivoli et la rue des Lombards). L’atelier est ensuite transféré à partir du XIVe siècle dans de vieilles maisons de la rue de la Monnaie. Ces édifices étaient vétustes, mais il n’était pas possible de les reconstruire sur le même site sans affecter la production, si bien que la Monnaie de Paris y reste pendant quatre siècles.

En 1765, Jacques-Denis Antoine fut préféré aux architectes Étienne-Louis Boullée et François Dominique Barreau de Chefdeville pour la construction de ce nouveau bâtiment de style néoclassique. L’abbé Jean Delagrive propose de réaliser le projet sur les quais de la Seine, à l’emplacement de l’ancien hôtel de Conti, qui avait été racheté par la Ville de Paris pour construire un nouvel hôtel de ville. Un arrêt du Conseil retint définitivement ce site auquel Antoine adapta ses plans, un quadrilatère de 1 hectare composé de plusieurs cours. Le site n’était pas encore très bien desservi, mais l’emplacement était historique et les perspectives urbanistiques valorisantes.

Hôtel de la monnaie, carte maximum, Paris, 5/06/1999.

La première pierre fut posée par l’abbé Terray le 30 avril 1771. La façade sur le quai, longue de 117 m, fut achevée en 1773 et le gros œuvre, ainsi que l’essentiel du décor, en 1775. Cet édifice, très admiré, valut à Antoine d’entrer en 1776 à l’Académie royale d’architecture. Certains critiquèrent toutefois la façade sur le quai, jugée d’une magnificence peu en accord avec le caractère d’une « manufacture ».

En mai 1871, le bâtiment est incendié et détruit lors de la Semaine sanglante de la Commune de Paris. Il est reconstruit à l’identique.

Au XIXe siècle, de nombreux ateliers furent créés pour la manufacture d’État qui employa jusqu’à 1 900 ouvriers. L’hôtel comprenait notamment au fond de la grande cour la salle du monnayage isolée des autres bâtiments afin de limiter les effets de l’ébranlement produit par le jeu des balanciers.

Hôtel de la monnaie (de nos jours), carte maximum, Paris, 5/06/1999.

En avril 2007, Christophe Beaux devient le nouveau président-directeur général de la Monnaie de Paris. La manufacture est en déclin depuis que les pièces de monnaie courantes sont fabriquées sur le site de Pessac. Il fait le constat que « la dernière usine de Paris avec ses 400 ouvriers, n’avait plus de sens, compte tenu du prix affolant du mètre carré ». En 2009, l’Institut de France mitoyen obtient, grâce à un cavalier budgétaire discrètement voté, la restitution par la Monnaie de Paris de la « parcelle de l’An IV » coincée entre les deux palais, 4 ares « prêtés » à titre provisoire en 1796.Cette perte symbolique et financière incite le nouveau PDG à lancer le projet “Métalmorphose” dont le concours est remporté par l’Agence d’Architecture Philippe Prost. Il vise à créer des espaces réservés aux expositions d’art contemporain, implanter des enseignes dont le restaurant gastronomique de Guy Savoy et mettre en place un parcours de visite dans les ateliers de fabrication.

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.