L’Himalaya.

L’Himalaya (sanskrit : हिमालय de hima (neige) et ālaya (demeure), littéralement « demeure des neiges », népalais : हिमालय, hindi : हिमालय, ourdou : ہمالیہ), ou chaîne de l’Himalaya, est un ensemble de chaînes de montagnes s’étirant sur plus de 2 400 km de long et large de 250 à 400 km, qui sépare le sous-continent indien du plateau tibétain dans le Sud de l’Asie. Au sens strict, il débute à l’ouest au Nanga Parbat au Pakistan et se termine à l’est au Namche Barwa au Tibet. Cet ensemble montagneux, délimité à l’ouest par la vallée du fleuve Indus et à l’est par la vallée du fleuve Brahmapoutre, couvre une aire d’environ 600 000 km2.

Ainsi, l’Himalaya abrite dix des 14 sommets qui culminent à plus de 8 000 mètres d’altitude, dont le mont Everest, le plus haut de tous ; les quatre autres se situent dans le Karakoram. Ces hauts sommets ont donné lieu à de nombreuses expéditions d’alpinistes renommés et ont tous été conquis.

La limite supérieure des forêts se situe à 3 900 m et la limite inférieure des neiges éternelles vers 5 000 m2.

L’Himalaya fait partie d’un ensemble montagneux plus vaste encore que l’on désigne par « Aire Hindu Kush-Himalaya » (HKH), laquelle comprend les chaînes du Karakoram, de l’Hindou Kouch et du Pamir. Ce vaste ensemble chevauche huit pays et abrite plus de 140 millions de personnes.


L’Himalaya s’étend sur plus de 2 400 km, depuis le Nanga Parbat, au Pakistan, à l’ouest jusqu’au Namche Barwa à l’est. Il comporte trois chaînes parallèles disposées en ordre d’altitude et d’ère géologique.

La plus jeune des trois chaînes est dite « sub-himalayenne » (collines de Shivalik) et s’élève à environ 1 200 mètres d’altitude. Elle s’est formée par l’érosion depuis la formation de l’Himalaya. Parallèle à cette chaîne se trouve celle du « Bas Himalaya » dont l’altitude varie de 2 000 à 5 000 mètres. Enfin, la chaîne la plus au nord, le « Grand Himalaya », est la plus ancienne des trois. Elle s’élève à plus de 8 000 mètres d’altitude et comporte un grand nombre des plus hauts sommets du monde, dont les trois premiers sont l’Everest, le K2, et le Kangchenjunga. Au total 164 sommets dépassent l’altitude de l’Aconcagua, le point culminant de la cordillère des Andes et la plus haute montagne en dehors de l’Asie.

L’Himalaya couvre la majeure partie du Népal et du Bhoutan et occupe le sud de la région autonome pakistanaise du Baltistan. Il constitue également le relief principal des États et territoires indiens suivants : le Jammu-et-Cachemire, le Ladakh, l’Himachal Pradesh, l’Uttarakhand, le Sikkim (célèbre pour abriter le Kangchenjunga), le Bengale-Occidental et  l’Arunachal Pradesh. À la frontière du Sikkim et du Bengale-Occidental s’étend l’arête de Singalila, dont les plus hauts sommets sont le mont Sandakphu, plus haut point de l’État du Bengale-Occidental à 3 636 mètres, suivi du pic Falut, qui culmine à 3 595 mètres. L’Himalaya occupe l’extrême nord de la Birmanie. Enfin, il chevauche une très petite partie du sud-est du Tibet (cependant, le plateau tibétain ne fait pas partie de l’Himalaya).

La région de l’Himalaya comprend des centaines de lacs. La plupart se situent à une altitude inférieure à 5 000 mètres, et leur taille diminue en altitude. Le plus grand lac, le Pangong t’so, longe la frontière entre l’Inde et le Tibet. Il est situé à 4 250 mètres7 d’altitude et mesure 134 km de long sur 8 km de large. Un des lacs se trouvant en plus haute altitude est le Gurudogmar dans le Sikkim septentrional, situé à 5 148 mètres (source : SRTM). Un autre lac important est le lac Tsongmo, près de la frontière indo-chinoise au Sikkim.

Les lacs de montagnes sont connus par les géographes sous le nom de laquets s’ils ont été créés par une activité glaciaire. Les « laquets » se situent principalement proches des sommets de l’Himalaya, à environ 5 000 mètres d’altitude8.

D’après la tectonique des plaques, l’Himalaya est le résultat de la collision de la plaque indienne et de la plaque eurasienne.

Il y a 80 millions d’années (Ma), au Crétacé supérieur, l’Inde était une île, située à 6 400 km au sud du continent asiatique. Se dirigeant vers le nord à la vitesse de 9 mètres par siècle, elle a heurté la plaque eurasienne.

La portion de l’océan Téthys qui les séparait a totalement disparu il y a environ 50 Ma mais un vestige subsiste au niveau de la suture du Tsang Po. Le sommet de l’Everest est fait de calcaire marin provenant de cette mer.

Le début de la collision Inde-Asie, essentiel pour comprendre l’évolution de l’orogène himalayen-tibétain, a été largement étudié à travers des  approches multidisciplinaires. Une datation précise a été obtenue en 2020 par l’étude stratigraphique, sédimentologique et géochronologique (par datation de zircons et de tufs) des sédiments superposés sur la marge passive indienne, qui proviennent d’abord de l’Inde puis de l’Asie : entre 62,7 et 61,0 ± 0,3 Ma.

La plaque indienne continue à se déplacer à la vitesse constante d’environ 5 cm/an, s’enfonçant sous la plaque eurasienne et provoquant ainsi l’élévation de l’Himalaya et du plateau tibétain.

L’Inde se comporte comme un poinçon qui emboutit et déforme la lithosphère asiatique sur plus de 3 000 km au nord de l’Himalaya. Le Tibet est coupé par de grandes failles qui absorbent cette déformation. Sur le côté est du poinçon indien, la chaîne de l’Arakan et les îles Andaman-et-Nicobar dans l’océan Indien ont aussi été créées par le mouvement entre l’Inde et l’Eurasie.

Cette intense activité tectonique rend la région très active du point de vue sismique. D’ailleurs, des séismes historiques de magnitude 8 et plus sont documentés sur le front sud de l’Himalaya.

La chaîne de l’Himalaya a une forte influence sur les climats du sous-continent indien et du plateau tibétain. Comme elle empêche les vents secs et glaciaux qui soufflent vers le sud d’atteindre l’Inde, le climat de tout le sud de l’Asie est bien plus chaud que celui d’autres régions situées à la même latitude. L’Himalaya forme aussi une barrière empêchant les vents de mousson en provenance du golfe du Bengale de progresser vers le nord, ce qui explique que le versant nord de la chaîne est aride tandis que son versant sud est humide parce que plus exposé aux pluies de mousson. Enfin, l’Himalaya serait aussi un des facteurs importants dans la formation des déserts en Asie centrale, tels que les déserts de Taklamakan et de Gobi.

L’Himalaya arrête les perturbations qui viennent de l’ouest et qui sévissent en Iran durant l’hiver. Ces perturbations ne peuvent pas aller plus loin, ce qui provoque d’importantes chutes de neige dans le Cachemire et de fortes pluies dans les régions du Penjab et du Nord de l’Inde. Tout en faisant obstacle aux vents du nord, la vallée du Brahmapoutre est propice à ces vents, ce qui cause une baisse des températures dans le nord-est de l’Inde et au Bangladesh. Le Brahmapoutre subit des vents particulièrement violents pendant la mousson.

La faune et la flore de l’Himalaya varient selon le climat, les précipitations, l’altitude et le sol. Le climat tropical domine au pied des montagnes, tandis que des neiges éternelles caractérisent les plus hauts sommets. La hauteur des précipitations annuelles augmente d’ouest en est sur le front de la chaîne. Cette variété du climat, de l’altitude, des précipitations et du sol génère des communautés végétales et animales et des écosystèmes tout aussi diversifiés.

Dans la plaine indo-gangétique à la base des montagnes, plaine alluviale drainée par les réseaux fluviaux de l’Indus, du Gange et du Brahmapoutre, la végétation varie d’ouest en est selon les précipitations. La région nord-ouest se distingue par ses forêts xérophiles à épineux qui occupent les plaines du Pakistan et du Pendjab indien. Plus à l’est, les forêts humides de feuillus bordent le cours supérieur du Gange au Uttar Pradesh et celles du cours inférieur occupent le Bihar et l’ouest du Bengale. Ces forêts sont soumises aux moussons, et les feuillus qui s’y trouvent perdent leur feuillage durant la saison sèche. Les forêts tropicales semi-sempervirentes, en raison du milieu plus humide dans la vallée du Brahmapoutre, occupent les plaines de l’Assam.

Au-dessus des plaines alluviales s’étend le Teraï, zone marécageuse saisonnière composée de sols sableux et argileux. Les pluies y sont plus abondantes qu’elles ne le sont dans les plaines, et le courant des rivières qui descendent de l’Himalaya ralentit dans la zone plane du Teraï où celles-ci débordent, y déposant ainsi un limon fertile pendant la mousson, puis elles baissent en saison sèche. La nappe phréatique du Teraï est élevée, et la partie centrale de la ceinture du Teraï se compose de savane et prairies du Terraï et des Douars, mosaïque de prairies et de steppe, de forêts  sempervirentes de feuillus, dont certaines des plus vastes prairies au monde. Les prairies de la ceinture du Teraï constituent l’habitat du rhinocéros indien (Rhinoceros unicornis).

Au-dessus de la ceinture du Teraï se trouve une zone sèche connue sous le nom de Bhabhar où le sol, poreux et rocheux, est constitué de débris venant des chaînes supérieures. Le Bhabhar et la partie inférieure des chaînes du Shivalik se caractérisent par un climat subtropical. Dans cette zone subtropicale, les pinèdes, principalement constituées de pin chir (Pinus roxburghii), occupent l’extrémité ouest, et les forêts de feuillus, où prédomine le sal (Shorea robusta), occupent la partie centrale.

En moyenne altitude, les forêts tropicales laissent place aux forêts de feuillus (à l’ouest) et près de l’Assam et de l’Arunachal Pradesh. Au-dessus, et principalement à l’est, se développent des forêts de conifères et de feuillus.

Au-dessus des prés ouest, nord-ouest et est, sur les plus hauts sommets de l’Himalaya, la toundra prédomine. Les alpages sont l’habitat des léopards des neiges (Uncia uncia), une espèce menacée.

Source : Wikipédia.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Désolé, mais la copie des textes et des images n'est pas autorisée.