L’exposition universelle de Séville (1992).

L’Exposition universelle de 1992 ou Expo ’92, officiellement Exposition universelle de Séville 1992 (en espagnol Exposición universal de Sevilla 1992) s’est tenue du 20 avril au 12 octobre 1992 à Séville, en Espagne, sur l’île de La Cartuja. L’Exposition avait pour thème « L’Ère des Découvertes » et célébrait les 500 ans de la découverte de l’Amérique.

Pour l’occasion ont été construites plusieurs routes d’accès à la ville, dont les autoroutes Madrid-Séville et Séville-Cadix. Une nouvelle gare a été bâtie au centre de la capitale andalouse, de laquelle partent, depuis, les trains de la ligne ferroviaire à haute vitesse entre Madrid et Séville, créée pour l’occasion, et les trains régionaux en direction du site de l’expo. L’aéroport de Séville-San Pablo a été agrandi et a été relié au centre-ville par un nouveau tronçon autoroutier. La darse du Guadalquivir a été recreusée vers le nord et ses rives ont été aménagées. Six nouveaux ponts la traversent depuis. En aval, la zone portuaire a été adaptée et améliorée. Le monastère de Sainte Marie des Grottes a été restauré et d’autres édifices ont été construits, comme le théâtre de la Maestranza, un palais des congrès et des expositions, un auditorium, plusieurs hôtels et bâtiments administratifs.

La chaleur estivale de Séville a été contrôlée sur le site de l’expo en y creusant un lac, en y plaçant des dizaines de fontaines, des canaux, des aqueducs, des chutes d’eau et des brumisateurs, en y plantant des milliers d’arbres et arbustes et en plaçant des pergolas, des tentures et des parasols.

Exposition de Séville, carte maximum, Paris, 18/01/1992.

Plus de cent pays y étaient représentés, ainsi que toutes les communautés autonomes espagnoles, de nombreuses organisations internationales et plusieurs entreprises nationales et multinationales. On y trouvait des pavillons thématiques et de nombreuses expositions de peinture, de sculpture et d’objets archéologiques. Plusieurs scènes étaient dispersées sur le site de l’expo et au centre-ville. Elles proposaient des spectacles de danse (salsa et flamenco notamment), des concerts de musique symphonique, de jazz, de rock et de musique latine, des comédies musicales, des opéras, des pièces de théâtre, des spectacles humoristiques, des animations pour les enfants et des défilés de mode. De nombreuses conférences, des séminaires et des débats ont de plus eu lieu.

L’affluence, avec près de 42 millions de visiteurs, a dépassé les prévisions. Depuis la clôture de l’Exposition, une partie du parc est recyclé en parc scientifique et technologique, Cartuja 93, et le parc d’attraction Isla Mágica en occupe une autre partie. Des entreprises se sont installées dans certains des pavillons mais de nombreux autres ont été détruits ou sont restés à l’abandon.

Le 31 mai 1976, alors que l’Espagne traverse une période sociale et économique difficile, le roi Juan Carlos Ier annonce, lors d’une visite à Saint-Domingue, en République dominicaine, que le pays a l’intention d’organiser une Exposition universelle afin de montrer au monde, à l’approche des célébrations du 500e anniversaire de la découverte de l’Amérique, les qualités de l’Espagne et des pays d’Amérique latine. Que l’annonce soit faite en République dominicaine n’est pas un hasard : Hispaniola est l’une des îles des Caraïbes où Christophe Colomb a accosté lors de son premier voyage.

Le 26 janvier 1981, le conseil municipal de Séville approuve la candidature de la ville pour organiser l’événement. En décembre de la même année, les États-Unis annoncent au Bureau international des Expositions (BIE) qu’ils ont également l’intention d’organiser une Exposition universelle pour célébrer le même événement. Trois mois plus tard, le 3 mars 1982, le gouvernement espagnol annonce officiellement au BIE son intention d’organiser une Exposition à Séville dont le thème sera « Naissance du Nouveau Monde ». Le projet « Sevilla 1992 » est créé le 31 mai 1982 sous la tutelle de l’Institut de coopération latino-américain. Le lieu précis de la tenue de l’Exposition, l’île de la Cartuja, est annoncé le 17 juin 1982. La ville italienne de Gênes, où est né Christophe Colomb, est également candidate.

Après modification de ses statuts pour permettre à deux villes d’organiser conjointement une Exposition universelle, le BIE annonce le 8 décembre 1982 que l’Exposition universelle de 1992 se déroulera en même temps à Séville et à Chicago. Le BIE offre à Gênes la possibilité d’accueillir une exposition spécialisée.

Le 15 juin 1983, les délégations espagnoles et américaines présentent le plan général de l’Exposition de Séville-Chicago 1992 : Séville présentera le rôle de la ville et de l’Espagne dans la découverte de l’Amérique et Chicago présentera les avancées culturelles et scientifiques que cette découverte a apportées. Le budget alloué à l’organisation de l’Exposition est alors estimé à presque 184 milliards de pesetas (1,1 milliard d’euros).

Manuel Olivencia Ruiz est nommé commissaire général de l’Exposition le 7 novembre 1984. Le 10 avril 1985, le gouvernement espagnol crée la structure chargée de l’organisation de l’Exposition : la Société d’État Expo’92 SA (Sociedad Estatal para la Exposicion Universal Seville 92, SA) est fondée. Le plan général de l’Exposition, présenté le 17 décembre 1985, est approuvé par le conseil des ministres le 15 février 1986. Un concours est lancé pour déterminer la trame et l’aspect général de l’Exposition. Les principaux critères sont que les installations doivent tenir compte des conditions climatiques de la région et doivent pouvoir être réutilisées après l’Exposition à des fins éducatives, culturelles et administratives. Le 15 juillet 1986, le concours est remporté ex-æquo par l’architecte argentin Emilio Ambasz et par l’équipe composée de José Antonio Fernández Ordóñez, J. Junquera et E. Pérez Pitaa.

Le président du gouvernement Felipe González lance les premiers travaux de l’Exposition le 5 janvier 1987 et le plan général pour la ville est approuvé par le conseil municipal en juillet de la même année. Les travaux d’amélioration des infrastructures de transport en vue de l’expo 92 commencent.

De son côté, Chicago ne reçoit pas l’appui escompté de la part de son gouvernement, qui ne croit pas à la rentabilité d’une telle manifestation. Malgré l’enthousiasme de nombreuses entreprises, le soutien politique et financier de la ville de Chicago, de l’Illinois et des États-Unis est insuffisant. Les conflits entre le maire démocrate Harold Washington et le gouverneur républicain de l’Illinois James R. Thompson et l’opposition des mouvements écologistes au projet d’assèchement d’une partie du lac Michigan sont au centre du problème. Ces difficultés sont annoncées au BIE en décembre 1985. Le 20 mai 1987, l’Assemblée du BIE donne 90 jours au gouvernement fédéral des États-Unis pour donner une réponse définitive sur l’organisation de l’Expo. En août, Chicago renonce. Cette décision est entérinée par le BIE le 4 décembre 1987 : Séville se retrouve alors seule pour organiser l’Exposition.

Le conseil municipal de Séville approuve la révision du plan urbain général de la ville en juillet 1987 et les travaux d’urbanisation et de construction des infrastructures de l’enceinte débutent. Le plan directif de l’Exposition, datant du 31 juillet 1987, qui définit le projet fonctionnel et formel de l’enceinte de l’Exposition, prévoit l’édification de 300 000 m2 et la participation de 60 pays.

Manuel Olivencia Ruiz démissionne de son poste de commissaire général le 19 juillet 1991 et est remplacé par Emilio Cassinello Auban.

Le thème de l’Expo 92 est « l’Ère des Découvertes » (la Era de los Descubrimientos en espagnol). Sous ce titre, l’Expo entend célébrer le 500e anniversaire de la « découverte », en 1492, du continent américain par Christophe Colomb, première personne de l’histoire moderne à traverser l’océan Atlantique en découvrant une route aller-retour entre le continent américain et l’Europe.

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *