Les Temples d’Abou Simbel.

Les temples d’Abou Simbel sont deux temples de l’Égypte antique creusés dans la roche situés près d’Abou Simbel (en arabe أبو سمبل), dans le Sud de l’Égypte, au nord du lac Nasser, sur le Nil, à environ 70 kilomètres de la deuxième cataracte.

Construits par le pharaon Ramsès II, (XIXe dynastie) vers 1260 av. J.-C. pour commémorer sa victoire à la bataille de Qadesh, ils étaient destinés à son culte ainsi qu’à celui de dieux égyptiens et de son épouse Néfertari.

Ces monuments sont classés patrimoine mondial par l’UNESCO.


La bataille de Qadesh a eu lieu en 1275 av. J.-C., en l’an V du règne de Ramsès II. Elle a été menée par le pharaon dans le cadre de la poursuite de la démonstration militaire qu’avait instaurée son père, le pharaon Séthi Ier. Elle a vu s’affronter Ramsès II au roi hittite Muwatalli. Une fois arrivés sur les terres de la future Syrie, lui et son armée sont victimes d’un piège. Les Hittites parviennent à séparer les divisions et à les encercler. Les bas-reliefs présents dans le grand temple relatent que, alors qu’il était complètement acculé, Ramsès II trouva un char abandonné sur le champ de bataille, s’en empara et parvint à gagner la bataille. Il graciera plus tard les deux chevaux du char qui l’avaient accompagné dans son épopée et s’en occupera personnellement.

Ramsès II lance le chantier dès le début de son règne, il tient à reprendre l’œuvre du pharaon qui lui sert de modèle, Amenhotep III, qui avait fait bâtir des sanctuaires monumentaux en haute Nubie. Il souhaite ainsi renouer avec la prospérité qui régnait sous le règne de son prédécesseur, les temples doivent combler les dieux, assurer grâce au bon cycle des crues du Nil la sécurité alimentaire de ses sujets.

C’est le fils royal de Koush de Nubie qui est chargé des travaux : Iouny puis son successeur Hékanakht.

Le petit temple consacré à Néfertari fut le premier à être découvert. Quant au grand temple dédié à Ramsès II, il fut découvert le 22 mars 1813 par l’historien suisse Johann Ludwig Burckhardt. Celui-ci le découvrit par hasard, en s’éloignant quelque peu du petit temple qu’il était venu visiter. À une centaine de mètres à l’est, il aperçut la façade du grand temple à moitié ensablée qui ne laissait transparaître que le haut des quatre statues à l’effigie de Ramsès II. Ce n’est que quatre ans plus tard, le 1er août 1817, que l’explorateur italien Giovanni Battista Belzoni parvint à désensabler et ouvrir l’entrée du grand temple.

Le grand temple est un hémispéos construit à l’origine dans la colline de Méha. Il est voué au culte d’Amon, de Rê, de Ptah et de Ramsès II déifié. Il est taillé dans le grès de la roche pour sa majeure partie, y compris la façade composée de quatre statues colossales de Ramsès II assis ainsi que d’autres statues, bas-reliefs et frises. Les parties non taillées dans la roche sont un péribole et un pylône en briques de limon du Nil. Au-dessus de la porte du temple, une statue en demi-ronde bosse dans une niche rectangulaire représente Rê-Horakhty reconnaissable au Disque solaire posé sur sa tête.

Au lever du soleil, ses rayons éclairent le fond du sanctuaire et, à l’époque du pharaon, trois statues sur les quatre les 21 février et 21 octobre, qui sont actuellement éclairées les 23 février et 23 octobre ; un décalage d’une journée du lever du soleil fait un décalage de 40 cm de la partie éclairée dans le sanctuaire. Cette partie du temple est le naos. La quatrième statue jamais éclairée et située à l’une des extrémités du sanctuaire est celle de Ptah, un dieu funéraire et dieu des ténèbres, devant toujours rester dans l’ombre.

Le petit temple est un spéos construit à l’origine dans la colline d’Ibshek. Il est voué au culte de Néfertari déifiée sous les traits d’Hathor. Il est taillé dans la roche en totalité, y compris la façade composée de six statues colossales de Ramsès II et de Néfertari ainsi que d’autres statues, bas-reliefs et frises.

Le président égyptien Gamal Abdel Nasser projette la construction du haut barrage d’Assouan sur le Nil afin de produire de l’électricité, d’augmenter les surfaces cultivables et d’éliminer la crue du Nil en aval du barrage. L’appel à la sauvegarde des monuments de la Nubie est lancé de l’UNESCO le 8 mars 1960. Ainsi naît la notion de « patrimoine universel ». Le principe essentiel est de déplacer les sanctuaires hors des lieux menacés pour les exposer à nouveau, le plus près de leur site d’origine dans la même orientation, à l’abri des eaux du futur lac Nasser.

La coopération internationale est mise en œuvre dès 1959 par le ministre égyptien de la culture Tharwat Okasha et l’égyptologue française Christiane Desroches Noblecourt qui utilisent ce patrimoine de l’Égypte pharaonique comme ambassadeur envoyé dans des expositions internationales (Washington 1961, Paris 1967) afin de lever des fonds pour sauver les temples de Nubie. Jean Bourgoin, ingénieur, est le chef de ce projet pour l’UNESCO.

Le chantier est commencé en mars 1964, les temples d’Abou Simbel sont inaugurés en septembre 1968.

Le chef- d’œuvre nubien de Ramsès II, situé à l’origine sur les collines sacrées de Méha et d’Ibshek, est démonté entièrement et reconstruit plus haut, au bord du lac, sur une colline artificielle à l’abri de la montée des eaux. Concrètement, la façade du temple, son intérieur, et tout le pourtour de la montagne l’abritant sont découpés en blocs, puis réassemblés en un endroit plus sûr. L’ensemble de la montagne n’est pas tronçonné et réassemblé dans son entièreté. Au lieu de cela, une fausse montagne vide et en béton armé est érigée, mais effectivement dissimulée par les tronçons provenant de tout autour du relief naturel original.

Source : Wikipédia.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Désolé, mais la copie des textes et des images n'est pas autorisée.