Les méharistes.

Méhariste est un mot français qui se traduit approximativement par cavalerie de chameaux . Le mot est le plus couramment utilisé pour désigner des unités militaires.


La France a créé un corps de compagnies de chameaux méharistes (Compagnies Méharistes Sahariennes), dans le cadre de l’ Armée d’Afrique, au Sahara en 1902. Ces unités ont remplacé les unités régulières de spahis et de tirailleurs algériens utilisés auparavant pour patrouiller les frontières du désert. Les Compagnies méharistes nouvellement créées ont été à l’origine recrutées principalement dans la tribu nomade Chaamba et commandées par des officiers des Affaires Indigènes françaises (Bureau des affaires indigènes). Chaque compagnie de Méharistes comprenait six officiers, 36 sous-officiers et soldats français et 300 soldats chaamba. Leurs bases étaient à Tabelbala, Drar, Ouargla, Fort Polignac and Tamanrasset.

Avec leurs liens tribaux locaux, leur mobilité et leur souplesse tactique, les Compagnies Méharistes ont fourni un moyen efficace de police du désert. Un corps de chameaux similaire a ensuite été levé pour couvrir le sud du Sahara, opérant à partir de l’Afrique occidentale française et relevant de l ‘ Armée coloniale distincte . À partir des années 1930, les Méharistes font partie des Compagnies Sahariennes qui comprennent également des unités motorisées françaises et (à partir de 1940) de la Légion étrangère . Suite à l’établissement d’un mandat français sur la Syrie en 1920, trois compagnies méharistes sont organisées dans ce pays dans le cadre de l’ armée française du Levant.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, des compagnies méharistes, organisées en “groupes nomades”, ont vu le service contre les forces de l’Axe dans le Fezzan et le sud de la Tunisie. A la fin de la guerre, les Compagnies Sahariennes reprennent leur rôle de police du désert. Opérant dans de vastes pelotons de 50 à 60 hommes sous la direction d’officiers français, ils appliquaient les lois locales, fournissaient une assistance médicale de base, inspectaient les puits et rendaient compte de l’état des pâturages dans les zones fertiles des oasis.

Le Sahara est resté relativement calme pendant la guerre d’indépendance algérienne (1954-1962) mais il y a eu un cas, le 17 octobre 1957, où 60 méharistes de la compagnie de chameaux Adrar près de Timimoun se sont mutinés et ont tué leurs huit officiers et sous-officiers français. Selon des rapports différents, les mutins ont soit pu rejoindre l’ ALN rebelle, soit ont été capturés en plein désert par des avions de combat français et détruits. Au cours des dernières étapes de la guerre d’Algérie, des détachements méharistes ont patrouillé les extrémités sud (sahariennes) de la ligne fortifiée Morice le long de la frontière tunisienne. A plusieurs reprises, l’ALN a tenté de déborder la ligne en déguisant des unités de commandos en méharistes.

Les unités à dos de chameau ont été maintenues en service jusqu’à la fin de la domination française en 1962. Les méharistes recrutés localement ont ensuite été dissous tandis que le personnel français a été transféré dans d’autres unités.

L’armée algérienne moderne maintient jusqu’à douze compagnies de troupes du désert au Sahara, mais ce sont des unités mécanisées. Un petit corps à dos de chameau avec du personnel touareg, calqué sur les méharistes de l’époque française, a été dissous vers 1980.

En 1996, le gouvernement du Mali a rétabli un corps de chameaux de six compagnies pour les patrouilles et le travail de police le long de sa frontière saharienne. Cependant, le soulèvement touareg de 2012 et les troubles qui ont suivi ont entraîné des pertes et des désertions généralisées parmi les méharistes. En 2013, seuls 368 méharistes restaient en service et l’avenir du corps était incertain. La Mauritanie conserve une unité méhariste à des fins au moins cérémonielles.

Les Compagnies Méharistes portaient des manteaux fluides (gandourah) blancs pour les Arabes ou bleus pour les soldats touaregs , avec des turbans, des voiles et de larges pantalons noirs ( seroual ). Deux ceintures rouges étaient portées – l’une enroulée autour de la taille et l’autre croisée sur la poitrine sous un équipement en cuir rouge-brun de motif saharien traditionnel. Une robe de campagne kaki de coupe similaire était également portée.

Le personnel français portait des képis bleu clair . Tous les grades étaient normalement pieds nus lorsqu’ils étaient en selle, afin de ne pas blesser le haut du corps sensible de leurs chameaux. La sellerie et les autres équipements en cuir étaient de conception locale et souvent richement décorés.

Des corps de chameaux recrutés localement, nommés Meharisti , étaient entretenus par le Corps royal des troupes coloniales sur leur territoire nord-africain respectif, la Cyrénaïque et la Tripolitaine , pendant la période coloniale. Le méhariste italien Zaptie servait principalement de gendarmerie du désert . Comme leurs homologues français, ils ont été recrutés parmi les tribus indigènes du désert et portaient des versions modifiées de la robe tribale.

Des corps de chameaux recrutés localement étaient maintenus par l’armée espagnole dans leur territoire nord-africain, le Sahara espagnol . Les Tropas Nomadas espagnols servaient principalement de gendarmerie du désert . Comme leurs homologues français, ils ont été recrutés parmi les tribus indigènes du désert et portaient des versions modifiées de la robe tribale.

Source : Wikipédia.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Désolé, mais la copie des textes et des images n'est pas autorisée.