Les Îles Malouines.

Les îles Malouines ou îles Falkland (en anglais : Falkland Islands ; en espagnol : Islas Malvinas) sont un archipel de l’océan Atlantique Sud situé à 361 km au nord-nord-est du cap San Juan, l’extrémité orientale de l’île des États, à 397 kilomètres au nord-est du cabo San Diego, la pointe est de la Terre de Feu, et à 1 216 kilomètres au nord de l’extrémité septentrionale de la péninsule Antarctique. Elles forment un territoire britannique d’outre-mer. Elles sont revendiquées par l’Argentine qui en conteste la souveraineté au Royaume-Uni, et ont été l’enjeu d’un affrontement militaire, la guerre des Malouines, entre les deux pays en 1982.

L’archipel est composé de deux îles principales, la Grande Malouine et la Malouine orientale séparées par un large chenal, le détroit des Malouines (Falkland Sound en anglais, Estrecho de San Carlos en espagnol), ainsi que de plus de 750 îles et îlots. La superficie de l’archipel est de 12 173 km2 (superficie équivalente à celle de l’Irlande du Nord), pour une population d’environ 3 000 habitants (Malouins), dont les deux tiers résident dans la capitale Port Stanley.

Avant le retrait du Royaume-Uni de l’Union européenne, les îles Malouines étaient avec la Guyane française les seuls territoires d’Amérique du Sud appartenant à des pays de l’Union européenne. Cependant l’archipel avait un statut de pays et territoire d’outre-mer et ne faisait pas partie intégrante de l’Union, alors que la Guyane en est une région ultrapériphérique.


Découvertes par Amerigo Vespucci au début du XVIe siècle, puis visitées par Esteban Gómez (1520), Simón de Alcazaba et Alonso de Camargo (avant 1540), les îles Malouines sont baptisées en 1592 par les Anglais « îles méridionales de Davis », nom que leur donna le navigateur anglais John Davis. Deux ans plus tard, en 1594, le navigateur anglais Richard Hawkins les nomme « Hawkins’s Maiden-Land ». En 1600, le navigateur hollandais Sebald de Weert y accoste à son tour et leur donne le nom d’« îles Sebald ».

Lors d’une nouvelle exploration en 1690, John Strong, qui dirige  l’expédition, les baptise à son tour Falkland Islands, d’après son seigneur, Anthony Cary, 5e vicomte de Falkland (une petite ville du Sud-Est de l’Écosse dans le Fife). Le Français Louis-Antoine de Bougainville les visite à son tour en 1764, et leur donne le nom d’« îles Malouines », d’après les marins et pêcheurs de Saint-Malo, qui furent les premiers colons permanents connus de ces îles. Les Malouins pratiquaient beaucoup au XVIIIe siècle le commerce interlope avec la côte ouest de l’Amérique du Sud.

S’inspirant de cette dénomination, les Espagnols nomment quant à eux l’archipel Islas Malvinas. Mais en raison du désaccord sur la souveraineté sur l’archipel, l’usage de noms espagnols est considéré comme agressif sur l’archipel, particulièrement par ceux qui sont associés à la tentative de récupération des îles par des troupes argentines en 1982 alors qu’elles étaient occupées par les Britanniques depuis 1833. Ainsi, le général britannique Jeremy Moore n’autorisa pas l’usage d’Islas Malvinas dans le document de reddition des Argentins, le considérant comme un nom de propagande.

Aujourd’hui, la désignation officielle ISO est « Falkland Islands (Malvinas) », les Argentins revendiquant quant à eux la dénomination internationale de « Malvinas ». L’Organisation des Nations unies préconise l’usage, en français, du terme « îles Falkland (Malvinas) ».

Les îles Malouines ont pour code SF, selon la liste des préfixes des codes OACI des aéroports.

Désertes jusqu’à leur découverte par les Européens au XVIe siècle, les îles Malouines sont colonisées en 1764 sous la direction du français Louis-Antoine de Bougainville, mais passent quelques années plus tard (1767) sous souveraineté espagnole. Elles font ensuite l’objet de revendications territoriales de l’Espagne et du Royaume-Uni, ce qui conduit à une crise diplomatique, la crise des Malouines de 1770, conclue par un compromis entre les deux États. Après son indépendance de l’Espagne en 1816, l’Argentine se proclame héritière de la souveraineté espagnole sur les îles Malouines, situées au large de ses côtes.

Le Royaume-Uni contrôle cependant l’archipel à partir de 1833, et y installe progressivement des colons d’origine britannique. Il maintient sa  domination sur les îles pendant la Première Guerre mondiale, en remportant la bataille des Falklands contre la marine impériale allemande. L’Argentine conteste la souveraineté britannique sur les îles Malouines, et tente d’en prendre le contrôle par les armes en 1982 : c’est la guerre des Malouines, dont le Royaume-Uni sort vainqueur. Le gouvernement argentin maintient ses revendications territoriales sur l’archipel et les réaffirma de nouveau avec la déclaration d’Ushuaïa. Un référendum d’auto- détermination a lieu en mars 2013 pour permettre aux habitants de choisir leur statut, une consultation par laquelle ceux-ci choisissent à 98,8 % de conserver le statut de territoire britannique d’outre-mer, mais ce référendum n’est pas reconnu par les autorités argentines, qui le jugent illégitime. En 2015, le gouvernement de Cristina Kirchner dénonce auprès de l’Organisation des Nations unies la politique du renforcement du dispositif militaire britannique qui vise à « moderniser le dispositif de défense » selon le ministre britannique de la Défense Michael Fallon.

Les îles Malouines sont un territoire d’outre-mer britannique autonome. Selon la Constitution de 2009, l’archipel dispose d’une autonomie interne complète. Le Royaume-Uni est seulement responsable des affaires  étrangères et il garde le pouvoir de protéger ses intérêts et d’assurer la bonne gouvernance du territoire. Le monarque britannique est le chef de l’État et l’autorité exécutive est exercée au nom du monarque par le gouverneur. Celui-ci nomme le chef de l’exécutif, après avis des membres de l’Assemblée législative. Le gouverneur et le chef de l’exécutif agissent en tant que chef du gouvernement. La politique étrangère relative aux Malouines est conduite par un ministre du gouvernement britannique.

Le gouverneur agit sur avis du Conseil exécutif des îles Malouines, composé du chef de l’exécutif, du directeur des finances et de trois membres élus de l’Assemblée législative. Cette dernière constitue le Parlement monocaméral du territoire. Elle comprend le chef de l’exécutif, le directeur des finances et huit membres (cinq de Stanley, trois de Camp) élus pour un mandat de quatre ans au suffrage universel direct. Les personnes élues sont indépendantes de tout parti politique, aucun n’existant dans le système démocratique des Malouines. Depuis les élections générales de 2013, les membres de l’Assemblée législative reçoivent un salaire et ils sont censés exercer leur mandat à temps plein, les obligeant à abandonner tout autre travail et tout intérêt professionnel, pour assurer leur indépendance.

Du fait de leurs liens avec le Royaume-Uni, les Malouines ont fait partie des pays et territoires d’outre-mer de l’Union européenne jusqu’au 31 janvier 2020, date de la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne.

Le système juridique de l’île est supervisé par le Bureau des Affaires étrangères et du Commonwealth et est largement inspiré du système britannique. En outre, la Constitution impose le respect des principes de la Convention européenne des droits de l’homme. Les habitants ont le droit de faire appel auprès de la Cour européenne des droits de l’homme et du Privy Council. L’application de la loi est de la responsabilité de la Police royale des îles Malouines (Royal Falkland Islands Police) et la défense du territoire est de la responsabilité du Royaume-Uni. Une garnison militaire est  positionnée sur l’île, dans la base de la RAF Mount Pleasant et le  gouvernement des Malouines finance la Force de défense des îles Malouines. Les eaux territoriales de l’archipel s’étendent jusqu’à 200 milles marins du littoral, conformément à la Convention des Nations unies sur le droit de la mer et sont en contact avec les frontières maritimes de l’Argentine.

Il existe deux îles principales, Malouine orientale (East Falkland) et Grande Malouine (West Falkland) et environ 776 plus petites îles ou îlots dont l’île Bobs. L’ensemble représente une surface de 12 173 km2.

Les îles sont situées à 343 km de l’île argentine des États, à 463 km de la côte continentale de l’Argentine, à 489 km du Chili, à 928 km de l’Antarctique et à 1 078 km à l’ouest des Shag Rocks de la Géorgie du Sud. La Géorgie du Sud et les îles Sandwich du Sud sont sous la même juridiction que les îles Malouines.

La côte a une longueur estimée de 1 288 km.

Les deux îles principales se trouvent de chaque côté du détroit des  Malouines. La Malouine orientale abrite la capitale et la grande majorité de la population. Les deux îles ont des chaînes de montagnes, le plus haut point de l’archipel étant le mont Usborne, 705 mètres, sur la Malouine orientale. Il y a aussi des plaines marécageuses, principalement en Lafonia, dans la moitié sud de la Malouine orientale. Pratiquement l’intégralité du territoire sert de zone de pâturage pour les moutons.

Plusieurs plus petites îles entourent les îles principales dont Barren, Beaver, Bleaker, Carcass, George, Keppel, Lively, New, Pebble, Saunders, île des Lions de mer, Speedwell, Staats, Weddell (la troisième plus grande île de l’archipel) et West Point. Les îles Jason se trouvent au nord-ouest de l’archipel et l’île Beauchêne plus au sud. Speedwell Island et l’île George sont séparées de la Malouine orientale par le passage Eagle.

L’archipel revendique des eaux territoriales à 12 milles nautiques (22,2 km) et une zone économique exclusive de 200 milles nautiques (370,4 km), qui est une source de désaccord avec l’Argentine.

Quelques toponymes sont d’origine francophone et hispanique comme : Cape Bougainville, Sound Choiseul, Chartres, Port Louis, Malo River, San Carlos, Port San Carlos, Salvador…

Entourées des eaux froides de l’Atlantique Sud, les îles Malouines ont un climat océanique sub-arctique (classification de Köppen : Cfc) qui est très influencé par l’océan comme le montre la faible amplitude des  températures annuelles. La température maximale moyenne est 13 °C en janvier et 4 °C en juillet. La pluviométrie annuelle moyenne est 573,6 millimètres, la partie est des îles Malouines étant généralement plus humide que la partie ouest. L’humidité est élevée, et les vents sont plutôt forts. La neige est rare mais peut survenir à tout moment de l’année. Les tempêtes sont fréquentes, particulièrement en hiver.

Les principales activités des Malouines sont la pêche et l’agriculture. La pêche représente 40 % du PIB et 60 % des recettes fiscales de l’archipel. Des réserves substantielles mais encore inexploitées de matières premières (estimées entre 10 et 140 milliards d’euros) se trouveraient dans les fonds marins de leur territoire. Au niveau des relations entre les îles Malouines et l’Union Européenne, 90 % des exportations de l’archipel se font vers l’Europe. Il est possible que cela change avec le Brexit.

Depuis la guerre de 1982, au cours de laquelle l’archipel a déclaré une zone de pêche exclusive, la pêche (notamment des calmars) constitue la principale activité économique des îles Malouines.

Le gouvernement vend des licences de pêche à des navires européens, qui rapportent plus de 140 millions de livres par an de revenus. Il existe aussi une pêche locale. Plus de 75 % des prises sont du calmar, principalement exporté vers l’Espagne.

L’élevage de moutons est la principale activité des habitants de l’île (en 2002, on recensait 583 000 moutons sur l’archipel) apportant une importante source de revenus avec l’exportation de laine de haute qualité vers Londres.

Le tourisme a fortement progressé, avec 60 000 visiteurs en 2009. Les îles sont devenues un port régulier des paquebots dans le marché croissant des croisières australes. Il existe deux lignes aériennes régulières,  à Santiago (Chili, passant par Punta Arenas) et à RAF Brize Norton (Grande-Bretagne, passant par l’Ascension). Mais, l’Argentine fermant toujours son espace aérien au transport vers les Malouines la plupart des touristes arrivent en bateau. Le sactivités touristiques incluent des visites de l’île, la découverte de sa faune sauvage (principalement des manchots, des oiseaux marins, des otaries et des lions de mer) ou des champs de bataille de la guerre des Malouines, du golf, de la pêche et de la plongée sur épaves. Le tourisme est la seconde activité économique des îles, générant 7 millions de livres par an.

La plus grande société du territoire est la Falkland Islands Company (FIC), une société cotée à la Bourse de Londres. Elle est responsable de la majorité de l’activité économique de l’archipel, bien que ses fermes aient été vendues en 1991 au Gouvernement des îles Malouines. La FIC opère maintenant dans le commerce à Port Stanley et dans les services portuaires et les activités de transport maritime.

Source : Wikipédia.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Désolé, mais la copie des textes et des images n'est pas autorisée.