Les îles Fidji.

Les Fidji ou les îles Fidji, en forme longue la république des Fidji (en fidjien Viti et Matanitu ko Viti, en anglais Fiji et Republic of Fiji, en hindi des Fidji Fiji, फ़िजी et Fiji Dvip Samooh Ganarajya, फ़िजी द्वीप समूह गणराज्य), est un pays d’Océanie situé dans l’Ouest de l’océan Pacifique sud. L’archipel, qui fait partie de la Mélanésie, se trouve à 744 km à l’ouest-nord-ouest des Tonga, à 788 km au sud-ouest de Wallis-et-Futuna et à 1 067 km au sud des Tuvalu.

À la suite du coup d’État du 5 décembre 2006 de Frank Bainimarama et de la non-tenue d’élections en 2009, le pays a été exclu du Commonwealth et suspendu du Forum des îles du Pacifique. La tenue d’élections  démocratiques en septembre 2014, saluées par ces deux organisations, a mené à la pleine réintégration des Fidji dans le Commonwealth.


Les Fidji se composent de 322 îles, dont environ un tiers sont habitées. Les deux îles les plus importantes sont Viti Levu et Vanua Levu. Viti Levu  accueille la capitale Suva et presque les trois quarts de la population y habite. D’autres villes importantes sont Lautoka et Nausori. L’aéroport international principal est situé à Nadi (prononcé Nandi), du côté occidental de Viti Levu, à l’opposé de Suva.

Les îles sont montagneuses, avec des sommets s’élevant jusqu’à 1 200 m, et couvertes de forêts tropicales.

Le pays a une superficie de 18 270 km2 et une densité de population de 51 hab./km2. Son littoral mesure 1 129 km de longueur. Le point le plus haut est situé à une altitude de 1 324 m.

Les premiers habitants des îles Fidji, des Austronésiens, sont arrivés du Sud-Est asiatique longtemps avant que les îles fussent découvertes par l’explorateur Abel Tasman au XVIIe siècle. En 3000 av. J.-C., des habitants du littoral de la Chine du Sud, cultivateurs de millet et de riz, commencent à traverser le détroit pour s’installer à Taïwan. Vers 2000 av. J.-C., des migrations ont lieu de Taïwan vers les Philippines. De nouvelles migrations commencent bientôt des Philippines vers Sulawesi et Timor et, de là, vers les autres îles de l’archipel indonésien. Vers 1500 av. J.-C., un autre mouvement mène des Philippines en Nouvelle-Guinée et au-delà, les îles du Pacifique. Les Austronésiens sont probablement les premiers  navigateurs de l’histoire de l’humanité.

Cependant ce n’est qu’au XIXe siècle que les Européens colonisèrent ces îles pour les occuper de manière permanente. En 1874, à l’initiative du roi Seru Epenisa Cakobau, les îles sont cédées au Royaume-Uni avec la signature de l’Acte de Cession. La production de café est stoppée en 1879 à cause de la propagation d’une maladie venue de Ceylan et des colonies anglaises et néerlandaises.

L’indépendance fut accordée en 1970. Le régime démocratique fut interrompu par deux coups d’État militaires en 1987, car le gouvernement issu des élections de cette année là était perçu comme dominé par la communauté indienne.

La Constitution de 1990 favorisa le contrôle par les indigènes mélanésiens des Fidji mais provoqua une émigration importante de la population indienne. La perte de population eut comme conséquence des difficultés économiques, mais assura la majorité aux Mélanésiens. Les amendements décrétés en 1997 rendirent la constitution plus équitable. Les élections libres et paisibles de 1999 permirent de constituer un gouvernement mené par un Indo-Fidjien, Mahendra Chaudhry, mais celui-ci fut renversé en 2000 lors d’un troisième coup d’État mené par George Speight, un homme d’affaires qui s’appuya sur une rhétorique nationaliste indigène. Speight, soutenu par une milice privée, prit Chaudhry en otage et réclama de nouvelles institutions qui établiraient la suprématie politique des indigènes, et interdiraient à nouveau (comme l’avait fait la Constitution de 1990) l’accès au sommet de l’État à tout Indo-Fidjien. La crise fut désamorcée à travers les efforts de médiation menés par le chef des armées, Frank Bainimarama. Speight fut finalement arrêté et condamné à la prison à perpétuité. Chaudhry demeura néanmoins écarté du pouvoir ; le banquier et homme politique indigène Laisenia Qarase dirigea un gouvernement de transition, avant d’être élu par la voie démocratique en 2001. Il fut réélu en 2006.

Les forces militaires de la République des Fidji ont été à plusieurs reprises un membre important des missions de maintien de la paix de l’Organisation des Nations unies dans diverses régions du monde.

Un nouveau coup d’État militaire, le 5 décembre 2006, voit l’accession au pouvoir du chef des forces armées, le commodore Frank Bainimarama, et le renversement du gouvernement Qarase, jugé coupable par Bainimarama d’avoir attisé les tensions entre les deux principales communautés  ethniques (Fidjiens indigènes et Indo-Fidjiens). Le gouvernement de Qarase avait mené une politique de « discrimination positive » favorisant les indigènes, et certains membres du gouvernement avaient tenu des propos racistes et incendiaires à l’encontre des Indo-Fidjiens. La ministre des Femmes, Asenaca Caucau, avait ainsi annoncé devant le Parlement : « Nous devons surveiller de près les Indo-Fidjiens, car ils sont comme des mauvaises herbes. Ils ont tendance à pousser, à saisir et à s’approprier les terres et la nation ». Bainimarama, lui-même indigène, reproche également à Qarase d’être corrompu et d’avoir préparé une législation qui faciliterait l’amnistie pour les complices de Speight. Qarase dément toute accusation de corruption (mais est condamné en 2012 à un an de prison pour corruption), et dénonce le refus de Bainimarama de désamorcer la crise par le dialogue plutôt que par un coup d’État. Les élections de septembre 2014 sont remportées par Bainimarama, lui conférant un mandat démocratique de quatre ans, tandis que les anciens partisans de Qarase (le Sodelpa) constituent la principale force d’opposition au nouveau Parlement.

Les Fidji, dotées de forêts, de minerais et ressources en poissons, possèdent l’une des économies les plus développées des îles du Pacifique, malgré un secteur d’économie de subsistance toujours important. Les exportations de sucre et une industrie du tourisme en croissance (plus de 600 000 touristes annuellement) sont les principales sources de devises étrangères. Le traitement du sucre compose un tiers de l’activité industrielle. Les îles Fidji sont également l’un des tout premiers pays exportateur de coraux vivants menacés d’extinction, et ont rejoint la

convention CITES en 1998. Les problèmes à long terme sont, entre autres, les faibles taux d’investissement et des droits de propriété assez incertains. L’agitation politique aux Fidji a eu un impact grave : son économie diminua de 2,8 % en 2000 et ne s’accrut que de 1 % en 2001. Le bureau du tourisme des Fidji s’attend à ce que les arrivées de visiteurs atteignent un niveau comparable voire supérieur à celui d’avant le coup d’État en 2002. La capacité du gouvernement à contrôler son budget (prévision d’un déficit net de 6 % pour 2002) dépendra du retour de la stabilité politique et de la confiance des épargnants. Un aéroport international dessert les Fidji, à Nadi.

Source : Wikipédia.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Désolé, mais la copie des textes et des images n'est pas autorisée.