Les comités d’entreprise.

Les comités d’entreprise sont, en France (en Belgique on parle de conseil d’entreprise), l’une des institutions représentatives du personnel au sein d’une entreprise. Elle a été progressivement remplacée par le comité social et économique (CSE) depuis le 1er janvier 2018 et a cessé d’exister légalement le 1er janvier 2020.

En France, le comité d’entreprise et les comités d’établissement ont été institués par l’ordonnance du 22 février 1945 et la loi du 16 mai 1946 dans toutes les entreprises de cinquante salariés et plus ; il détient des attributions à la fois sociales et économiques.

Les textes législatifs relatifs au comité d’entreprise débutent à l’article L2321-1 du code du travail, dans sa nouvelle numérotation.

Le chef d’entreprise est tenu d’organiser la mise en place d’un comité d’entreprise (CE) dans les entreprises de 50 salariés et plus. En dessous de cet effectif, le CE n’est pas obligatoire. Les attributions économiques et sociales du CE seront alors exercées par les délégués du personnel dont l’élection est obligatoire pour les entreprises de 11 salariés et plus.

Dans les entreprises de moins de 300 salariés, l’employeur peut opter pour une délégation unique du personnel. Les élus exercent alors les fonctions de membres du comité d’entreprise conjointement à celles de délégués du personnel. Le crédit d’heures des délégués était alors augmenté de 15 heures à 20 heures. Cette décision, prise par l’employeur, ne pouvait se faire qu’après consultation des délégués du personnel et s’il existait, du comité d’entreprise.

Comités d’entreprises, carte maximum, Paris, 7/03/1995.

Le comité d’entreprise (CE) est remplacé, dans les entreprises possédant plusieurs établissements, par des comités d’établissement (CE) et un comité central d’entreprise (CCE).

La participation aux élections professionnelles pour les comités d’entreprise, qui s’est élevée à 63,8 % sur les années 2005-2006, est un indicateur de l’audience syndicale en France.

Le comité d’entreprise a été absorbé le 1er janvier 2020 par le CSE (Comité social et économique), tout comme les délégués du personnel (DP) et le comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT).


Ce sont les accords Matignon, signés dans la nuit du 7 au 8 juin 1936, qui ont permis l’institution par le Front populaire des délégués du personnel dans les établissements employant plus de 10 salariés. Mais il faudra attendre l’après-guerre pour voir entériner la création des comités d’entreprise.

Le gouvernement de Vichy crée les comités sociaux d’établissement mis en place par la Charte du travail en 1941. Ces comités ne pouvaient débattre que des questions sociales mais, en aucune façon, les questions économiques. Les employeurs composaient eux-mêmes à leur guise ces comités.

Dès avant la Libération, la résistance travaille à la reconstruction institutionnelle de la France, ainsi le Programme du Conseil national de la Résistance adopté le 15 mars 1944 réclame « la participation des travailleurs à la direction de l’économie ».

Comités d’entreprise, épreuve de luxe.

Deux textes vont organiser les comités d’entreprise, l’ordonnance du 22 février 1945 et la loi du 16 mai 1946.

Alexandre Parodi, ministre du travail et de la sécurité sociale, propose un projet de texte le 19 novembre 1944 qui ne prévoyait pour le comité d’entreprise que des attributions économiques essentiellement consultatives. Les syndicats ouvriers, qui s’attendaient à des pouvoirs de gestion, furent déçus par l’avant-projet. Les débats devant l’Assemblée consultative se déroulent durant deux jours, les 12 et 13 décembre 1944. Suivant les recommandations d’Albert Gazier, secrétaire de la CGT et rapporteur du projet ainsi que d’Ambroise Croizat, secrétaire de la fédération CGT de la métallurgie et président de la commission du travail, l’avant-projet est modifié par les membres de l’Assemblée en y ajoutant la plupart des attributions économiques et des moyens d’action qui font l’originalité aujourd’hui de l’instance. Mais le gouvernement provisoire fit machine arrière sur le texte. Il écarta la plupart des modifications apportées par l’Assemblée et revint à son projet initial, retirant même de son propre texte certaines dispositions critiquées par les représentants patronaux. C’est ainsi que l’ordonnance du 22 février 1945 fut accueillie par de vives critiques des syndicats avec notamment le général de Gaulle quittant la salle de l’Assemblée le 2 mars 1945.

En octobre 1945, les partis de gauche gagnèrent les élections à l’Assemblée constituante et Ambroise Croizat devint ministre du travail. Le 22 décembre 1945, Albert Gazier déposa une proposition de loi reprenant les modifications adoptées en vain par l’Assemblée consultative provisoire.

Le 20 janvier 1946, le général de Gaulle démissionna de la présidence du gouvernement provisoire et Félix Gouin, socialiste, lui succéda. Un nouveau projet fut déposé le 15 février 1946 avec les dispositions qui n’avaient pas été retenues par le gouvernement précédent : ramener à 50, et non 100, le nombre de salariés à partir duquel une entreprise aurait un comité d’entreprise, obligation de consulter le CE en matière de gestion et de marche de l’entreprise, communication des documents remis aux actionnaires, assistance d’un expert-comptable, 20 heures de délégation, etc. L’Assemblée vota la loi à l’unanimité le 16 mai 1946. Les réactions patronales furent très vives mais les dispositions restèrent inchangées et permirent un accroissement rapide du nombre de comités d’entreprise.

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *