Les automobiles Porsche.

Porsche est un constructeur d’automobiles de sport allemand. La société fut fondée en 1931 par Ferdinand Porsche, puis reprise par son fils Ferry Porsche. Ferdinand Porsche est l’ingénieur qui créa la première Volkswagen. Les principales usines du constructeur, situées à Leipzig et à Zuffenhausen, en Allemagne, comptaient plus de 17 000 salariés en 2012.

C’est chronologiquement la dixième marque3 à avoir intégré le groupe Volkswagen AG. En 2016, ses ventes mondiales se sont élevées à plus de 237 000 véhicules, en hausse par rapport à 2015.


Le capital du groupe Porsche, dont le siège social est situé à Zuffenhausen (un quartier de Stuttgart), était détenu pour moitié par les familles Porsche et Piëch. Elles possèdent la totalité des actions à droit de vote, les 60 % restant étant répartis entre actionnaires privés et institutionnels. La capitalisation boursière de la compagnie s’élève à 7,98 milliards d’euros en janvier 2009. Au 1er trimestre 2009, elle employait 12 774 salariés.

Automobile Porsche, carte maximum, Hongrie, 1983.

Fin 2009, lors de la crise financière, la firme ne parvint pas à refinancer un emprunt à court terme de 10 milliards de dollars contracté pour s’assurer le contrôle de Volkswagen : la firme la plus rentable de l’automobile était au bord de la faillite. C’est ainsi qu’à la suite d’un bras de fer d’un an, c’est finalement Porsche qui fut racheté par Volkswagen.

La toute première automobile de Porsche est la Lohner-Porsche, un véhicule hybride (essence-électrique) développé au tout début du XXe siècle par Ferdinand Porsche. Cette voiture fait sensation lors de sa présentation à l’exposition universelle de Paris en 1900. La deuxième Porsche fut le modèle 64, disponible en 1938.

En 1933, Ferdinand Porsche répond à la demande de Hitler et développe un modèle d’automobile démocratique, qui sera commercialisé en 1938 sous le nom de « Volkswagen », « voiture du peuple ». Elle est connue en France sous le nom de Coccinelle.

Le troisième modèle de Porsche fut la 356, de 1948, qui était une Volkswagen Coccinelle modifiée. Elle était construite à Gmünd en Autriche, où la société avait été évacuée en 1944, mais qui après avoir construit quarante-neuf voitures retourna à Zuffenhausen. Ferdinand mourut peu après et c’est son fils Ferry Porsche qui prit les rênes. Les dernières 356 sortirent avec un quatre cylindres à plat totalement conçu par Porsche.

Ferdinand Porsche fut un constructeur d’armement au service de l’Allemagne Nazie. Il fut à l’origine de la conception de plusieurs chars allemands, dont le Jagdpanzer Elefant (nommé aussi Ferdinand, prénom de son fabricant), la Volkswagen Kübelwagen, un véhicule similaire à la Jeep Américaine et dérivé de la Coccinelle. Il présenta une étude sur un char lourd, le futur Tiger I, marché qui fut cependant remporté par Henschel, et une autre sur son successeur, le Tiger II, et, même si une nouvelle fois le marché fut remporté par Henschel, la tourelle type Porsche fut mise en production un moment le temps que celle d’Henschel, meilleure que celle de Porsche, soit produite. Porsche développa aussi un des projets de char super-lourd, le Maus, même s’il était dubitatif quant à son aboutissement. À la fin de la guerre, Ferdinand Porsche échappa de peu à un procès. Porsche n’a pas cessé sa production d’armement, la firme a par exemple été contactée pour la mise au point du successeur du Leopard I, le futur Leopard II.

Historiquement, la première ébauche de la 911 est le prototype T7 de 1959. La version définitive, quant à elle, a été présentée au Salon automobile de Francfort le 12 septembre 1963, sous le nom « 901 ». Cependant Peugeot ayant déposé tous les numéros comportant un zéro central, le nom fut abandonné au profit de l’actuelle désignation « 911 ». Elle se devait de garder un air de famille avec les 356, et cette première génération en reprend les principaux codes visuels. Mais dans le compartiment moteur, on a opté pour un six cylindres à plat de 2 litres, plus léger, refroidi par air, et toujours placé à l’arrière. Ainsi naquit la 911 qui, dès lors, n’a cessé d’évoluer avec son moteur « boxer » au couple enthousiasmant et au son particulier, que les amateurs affectionnent. Ce modèle reste la référence et le modèle le plus emblématique de la marque.

Au début des années 1990, la société est en difficulté. La Porsche 968 n’a pas le succès espéré, et avec un Deutsche Mark fort, les ventes à l’étranger sont difficilement compétitives sur le segment des entrées de gamme. Toyota tente même de racheter l’entreprise, et en 1992 Porsche demande à des ingénieurs de la marque japonaise d’implémenter la méthode de production juste-à-temps.

Porsche, carte maximum, Suède.

Les gains pour la société sont importants : l’assemblage d’une voiture passe de 120 heures à 72 heures, les défauts de conception sont divisés par deux, et la main-d’œuvre est réduite de 25%.

Dans le même temps, les équipes de développement ont pour mission de produire deux nouvelles voitures en un : la Porsche Boxster en entrée de gamme et la Porsche 911. La Porsche Boxster est un succès considérable et le plus gros succès jusqu’à l’arrivée de la Porsche Cayenne.

Depuis septembre 2005, Porsche a décidé d’augmenter sa part du capital dans la société Volkswagen, avec laquelle il a toujours entretenu des liens étroits (VW-Porsche 914, Audi RS2, Porsche 924). Le Porsche Cayenne partage d’ailleurs sa plateforme avec le VW Touareg. Cette participation s’est encore accrue en 2006, pour atteindre 27,4 % du capital, Porsche se réservant la possibilité de monter jusqu’à 29,9 % (dépasser le seuil des 30 % l’obligerait légalement à lancer une OPA). Au cours de l’été 2006, Porsche obtient l’autorisation de l’État allemand de prendre la minorité de blocage de Volkswagen, en prenant ainsi le contrôle.

Après avoir franchi les 30 % du capital, la marque de voitures de sport a été contrainte par la réglementation boursière de lancer une offre publique d’achat sur le reste du capital. Mais l’opération échoua, Porsche proposant délibérément un prix trop faible. Depuis août 2007, le groupe tente d’augmenter ses parts dans Volkswagen. Porsche possédait 50,76 % des parts de Volkswagen à partir du 6 janvier 2009 et avait annoncé vouloir monter à 75 % d’ici la fin de l’année 2009.

En 2009, en tentant d’acquérir une majorité de contrôle dans Volkswagen, Porsche a accumulé une importante dette. Elle est incapable de respecter ses engagements financiers, car Volkswagen a vu son titre augmenter de façon appréciable au cours de l’année précédente, permettant à Porsche de réaliser un profit appréciable sur papier. Selon les lois fiscales allemandes, Porsche doit verser un impôt sur cette plus-value, montant en argent qu’elle ne possède pas. En juillet 2009, Porsche a accumulé des dettes dépassant 10 milliards d’euros. Pour éviter la faillite, Porsche a accepté les conditions posées par le Qatar Investment Authority, lequel injectera un important montant dans Porsche tout en l’obligeant à fusionner ses activités avec Volkswagen. Cette fusion est annoncée le 5 juillet 2012 et est effective le 1er août 2012.

Le petit-fils de Ferdinand, Ferdinand Piëch, fut le président exécutif de Volkswagen, dont il est toujours le principal actionnaire en 2009. L’actuel est Martin Winterkorn précédemment chez Audi, Piëch ayant pris la présidence du conseil de surveillance (organe de contrôle plutôt que de direction) de Volkswagen.

Porsche a présenté, lors du Challenge Bibendum de mai 2011, un prototype de voiture électrique : le Boxster E, existant en plusieurs versions. Aucune date de commercialisation n’a été annoncée pour le moment, mais il est probable que des voitures électriques Porsche soient disponibles sur le marché dans un avenir « relativement proche ». En 2015 au Salon de l’automobile de Francfort, est présenté un concept appelé « Mission E ». C’est une berline à propulsion totalement électrique et se voulant très performante, avec un total de 600 ch. Elle est censée préfigurer la prochaine berline de la marque, et confirme l’orientation de Porsche vers les voitures électriques.

Après avoir introduit des motorisations hybrides sur plusieurs de ses modèles lors des dernières années (Panamera, Cayenne et 918 Spyder), Porsche a annoncé que la prochaine génération de 911 utiliserait cette technologie à partir de 2018.

En 2015, Volkswagen, la maison mère de Porsche, reconnait avoir équipé onze millions de ses voitures diesel d’un logiciel capable de fausser le résultat des tests antipollution. En effet, ce logiciel permet de cacher des émissions dépassant parfois jusqu’à quarante fois les normes autorisées. Le scandale fait grand bruit et touche Porsche car dans son enquête, la KBA (Kraftfahrt-Bundesam) trouve jusqu’à cinq dispositifs frauduleux dans les modèles Macan de Porsche.

En juillet 2017, Alexander Dobrindt, le ministre des Transports allemand, ordonne le rappel de 22 000 Porsche Cayenne Diesel équipés de V6 3L TDI Euro 6 fabriqués par Audi.

Un temps à l’écart du scandale, en avril 2018 ont lieu les premières perquisitions au siège de Porsche. Le parquet de Stuttgart annonce dans la foulée l’arrestation d’un suspect (il s’agirait de Jörg Kerner, ex-responsable des moteurs de Porsche, selon la presse allemande) pour « risque de fuite et de dissimulations de preuve ».

En mai 2018, Les autorités allemandes ordonnent le rappel de 53 000 Macan et 6 800 Cayenne équipés du logiciel mis en cause. En tout plus de 60 000 véhicules sont donc rappelés à travers le monde.

Le 22 septembre 2018, la marque annonce la fin de la commercialisation de modèles Porsche en motorisation diesel. Depuis février 2018, les Porsche diesel n’étaient plus vendues sur le territoire français, anticipant l’application de la nouvelle norme WLTP.

En mai 2018, la commission de protection des consommateurs américaine (CPSC) demande à la société Porsche de rappeler ses modèles miniatures en bois et métal vendus à 1 700 exemplaires comme jouet aux États-Unis car leurs roues se détachent.

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.