Les automobiles Lancia.

Lancia est un constructeur automobile italien fondé à Turin en 1906. Il fait partie du groupe Stellantis depuis 2021 à la suite de la fusion de sa maison-mère Fiat Chrysler Automobiles avec le groupe PSA Peugeot-Citroën.

Lancia détient le record du plus grand nombre de victoires et de titres remportés en championnat du monde des rallyes, notamment grâce à la Fulvia coupé, à la Stratos, aux lignes en coin, et à la Delta Integrale, sacrée six fois consécutives, entre 1987 et 1992.


En 1906, Vincenzo Lancia, Claudio Fogolin et Davide Aupicci fondent la Lancia & C. Fabbrica Automobili, le 29 novembre, à Turin, Italie. La nouvelle société loue les ateliers d’un ancien constructeur automobile turinois, Itala. En février 1907, un incendie se déclare dans l’atelier où tout le travail sur plans et le prototype de la première voiture partent en fumée. Ceci repousse au mois de septembre 1907 la présentation de ce prototype Lancia.

Lancia, carte maximum, Italie.

La fabrication ne débute réellement qu’en 1908, et le premier châssis 12HP est exposé au 8e Salon International de Turin, le 18 janvier. Le nom de code du véhicule est Tipo 51, mais il fut plus connu sous le label Alpha, première lettre de l’alphabet grec, habitude qui perdurera longtemps chez Vincenzo Lancia. Le premier commentaire sur cette nouvelle automobile vient de la revue anglaise Autocar, qui la juge « silencieuse, équipée d’un admirable moteur très souple, bien conçue et superbement bien finie … ».

En 1912, Lancia présente son premier camion militaire, le 1Z. Ce camion est immédiatement en dotation de l’Armée Italienne en Libye, aux côtés des fameux Fiat 15 et 18. L’activité de ce secteur ne s’interrompt qu’en 1975, avec l’intégration des fabrications Lancia V.I. dans IVECO.

Le 1er octobre 1931 se crée, à Paris, la société Lancia Automobiles, pour la fabrication des automobiles italiennes en France. Comme Fiat, qui l’a fait avant elle, avec la SAFAF, devenue Simca, Lancia est en effet frappée par les taxes de 150 % appliquées en France sur les importations étrangères de produits industriels. Plus de 3 000 Augusta (rebaptisées Belna) et 1 600 Aprilia sont construites dans l’usine Lancia de Bonneuil-sur-Marne.

Le 15 février 1937, Vincenzo Lancia meurt d’une crise cardiaque, à l’âge de 56 ans. Il n’assiste donc pas à la présentation de la dernière automobile qu’il a personnellement et minutieusement mise au point, et qui a un immense succès commercial : l’Aprilia. Son épouse et son fils, ingénieur, prennent la direction de la société.

En 1950, a lieu la présentation de l’Aurelia, première voiture dotée de suspensions à quatre roues indépendantes et d’un groupe boîte de vitesses-embrayage-différentiel à l’arrière. En 1955, le gratte-ciel abritant le nouveau siège de la société est inauguré. Il enjambe l’avenue Vincenzo Lancia. L’immeuble a été réalisé et co-financé par Carlo Pesenti, patron d’Italcementi. À la suite du décès d’ Alberto Ascari, le département courses de Lancia est démantelé. Toutes les voitures sont cédées à Ferrari qui recevra pour cela une aide financière importante de Fiat pendant les cinq années suivantes1. En 1956, la gestion de la société devient très délicate pour Mme Lancia et le groupe Italcementi, l’un des premiers fabricants de ciment au monde, rachète Lancia.

En 1969, Lancia est intégré au groupe Fiat. En 1975, les camions Lancia V.I. sont intégrés dans la gamme Fiat V.I. – IVECO. La production des modèles typiquement Lancia est arrêtée, seuls restent en fabrication les modèles militaires plus le nouveau PC 4×4 distribué sous les marques Fiat V.I., Lancia, OM et Unic.

En 1985, Lancia équipe sa voiture de rallye d’une double suralimentation : compresseur volumétrique plus turbocompresseur, sur la Delta S4. En 1986, la direction à contrôle électronique équipe la Thema 8.32.

Au sein de la galaxie Fiat, la division Lancia est, dans un premier temps, laissée indépendante. L’originalité de ses produits disparaît lentement, car l’objectif est la standardisation des fabrications au sein du groupe. Regroupée ensuite avec Alfa Romeo, Lancia retrouve un peu de sa splendeur d’antan et se voit confier le destin de la division Autobianchi. C’est à cette période que l’A 112 présente ses versions les plus luxueuses, puis apparait la Y, qui est baptisée Autobianchi sur le marché italien et à ses débuts sur le marché français.

La grave crise financière qui secoue le géant Fiat en 2000, porte un coup terrible à Lancia, qui ne peut plus faire évoluer ses produits de gamme moyenne, la Lybra, de la même manière qu’Alfa Romeo, avec la 156. Lancia est quasiment abandonnée à son sort pendant plusieurs années.

Cependant, depuis 2005, les nouveaux dirigeants de Fiat choisissent de relancer et de repositionner Lancia, ce qui est rendu possible par le  spectaculaire redressement du groupe. L’orientation sportive, qui dure jusque dans les années 1990, est abandonnée pour se concentrer sur le confort et le luxe. Cette politique passe d’abord par le développement de la Musa, version plus luxueuse et plus féminine de la Fiat Idea, qui dépasse, en termes de ventes, le modèle sur lequel elle est basée, puis par la  réintroduction d’une gamme moyenne, indispensable à la survie de la marque, sous la forme de la nouvelle Delta. La crise financière de 2008 pose pourtant problème dans cette stratégie de relance en atténuant nettement le succès et empêche, par exemple, la réapparition programmée de la marque sur les marchés à conduite à droite, et retarde le développement de nouveautés.

Par ailleurs, Lancia réfléchit à un retour possible dans la catégorie des voitures sportives, avec remise au goût du jour d’un de ses modèles légendaires : la Stratos. À la suite du rachat du groupe américain Chrysler, en novembre 2010, le Groupe Fiat décide de faire disparaître la marque Chrysler du marché européen (sauf en Grande-Bretagne où c’est la marque Lancia qui disparaît au profit de Chrysler, qui disparaît à son tour en 2017) en « rebadgeant » les modèles américains Chrysler en Lancia (par exemple, le Chrysler Grand Voyager remplace le Phedra).

Au salon de Genève, en mars 2014, seule la Lancia Ypsilon est présentée. Tout le reste de la gamme est absent. De plus, le PDG du groupe Fiat Chrysler Automobiles Sergio Marchionne a déclaré que la marque Lancia ne produira plus pour l’instant qu’un seul modèle : l’Ypsilon.

Depuis 2017, la marque se recentre sur le marché italien et abandonne progressivement les autres marchés.

Source : Wikipédia.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Désolé, mais la copie des textes et des images n'est pas autorisée.