Leif Erikson, explorateur.

Leif Erikson (en norrois : Leifr Eiríksson ; en islandais : Leifur Eiríksson), né vers 970 à Eiríksstaðir en Islande et mort vers 1020 probablement au Groenland, est un explorateur islandais. Il est l’une des personnalités connues de l’expansion viking.

Il serait le premier Européen à avoir découvert l’Amérique du Nord continentale. Leif est le fils d’Erik le Rouge, le fondateur de la première colonie viking nord-américaine au Groenland. Les sagas des Islandais, et plus précisément les sagas du Vinland, relatent sa découverte de terres situées au-delà du Groenland, couramment identifiées aux côtes du nord-est de l’Amérique du Nord, aux alentours du Labrador et de Terre-Neuve. Il établit une colonie nordique à Vinland, identifiée par des découvertes archéologiques comme probablement L’Anse aux Meadows, et probablement exploré les zones autour du golfe du Saint-Laurent.


Erikson carte maximum, Saint-Thomas, 1982.

Leif Erikson, parfois orthographié « Ericson » ou « Eiriksson »1, est l’un des trois fils d’Erik le Rouge et de Thjóðhild. Il est aussi le petit-fils de Thorvald Ásvaldsson. Il serait aussi apparenté à Naddoddr, un Viking norvégien qui est l’un des premiers colons des îles Féroé et l’un des premiers à avoir découvert l’Islande.

L’année de naissance de Leif Erikson est le plus souvent située vers 970 ou 980. Bien que son lieu de naissance ne soit pas mentionné dans les sagas, il est probable qu’il soit né en Islande où ses parents se sont rencontrés, probablement quelque part sur la côte du Breiðafjörður, et peut-être à la ferme Haukadal où la famille de Thjóðhild réside. Néanmoins, il est accepté qu’Eiríksstaðir où réside Erik le Rouge est plus probablement le lieu de naissance de Leif Erikson. Leif a deux frères, Thorsteinn et Thorvald, et une demi-sœur, Freydis. Une autre demi-sœur, Thurid, est parfois mentionnée.

Thorvald Ásvaldsson est déclaré hors-la-loi en Norvège pour meurtre et se réfugie avec son jeune fils Erik le Rouge en Islande. Quand Erik est lui-même banni d’Islande, il voyage plus à l’ouest dans une région qu’il nomme le Groenland où il établit un premier établissement permanent en 986. Tyrkir, l’un des thralls d’Erik, se voit confier la charge des enfants d’Erik, ce qui lui vaut d’être considéré par Leif comme son « père adoptif ».

Le premier voyage de Leif l’emmène aux Hébrides puis en Norvège vers l’an 1000, à la cour du roi de Norvège Olaf Tryggvason qui le convainc de se convertir au christianisme et d’emmener un prêtre au Groenland pour introduire la religion dans cette région. Cela déplaît profondément à son père, païen et qui avait réussi à asseoir sa domination sur les colonies. La Saga d’Erik le Rouge et la Saga des Groenlandais, toutes deux écrites vers 1200, contiennent des comptes-rendus différents des voyages au Vinland. Les deux seules mentions strictement historiques connues du Vinland se trouvent dans la Gesta Hammaburgensis ecclesiae pontificum (vers 1075) d’Adam de Brême et dans le Livre des Islandais (vers 1122) d’Ari Þorgilsson. Selon la Saga d’Erik le Rouge, Leif aurait vu pour la première fois le Vinland après avoir été dévié de sa route de retour au Groenland.

Selon l’interprétation littérale de la traduction du linguiste Einar Haugen sur les deux sagas dans son livre Voyages au Vinland, Leif n’est pas le premier Européen à « découvrir » le Nouveau Monde : il a entendu l’histoire d’un marchand1, Bjarni Herjólfsson, qui prétendait avoir aperçu des terres à l’ouest du Groenland vers 986. Cependant, Bjarni Herjólfsson n’y aurait jamais posé le pied. Leif y aurait donc lui trouvé des « champs de blé et des vignes auto-ensemencés ». Il sauve ensuite deux hommes naufragés sur ces terres et leur permet de revenir au Groenland. Par conséquent, si Bjarni Herjólfsson est le premier Européen à voir l’Amérique au-delà du Groenland, les deux hommes naufragés — non nommés — sont les premiers Européens connus à y être allés.

Leif aurait approché Bjarni Herjólfsson, lui achetant son navire et rassemblant un équipage de trente-cinq hommes pour monter une expédition vers le pays que Bjarni avait décrit. Son père, Erik le Rouge, est prêt à le rejoindre, mais abandonne après qu’il est tombé de cheval, un incident qu’il interprète comme un mauvais présage.

Leif suit la route inverse de Bjarni Herjólfsson et découvre d’abord un endroit rocheux et désolé qu’il nomme Helluland (« pays de la pierre plate »). Il s’agirait probablement de l’île de Baffin.

Après s’être aventuré plus loin par la mer, il accoste une deuxième fois sur une côte boisée qu’il nomme Markland (« pays de la forêt »). Il s’agirait presque certainement de la côte est de l’actuel Labrador.

Enfin, après deux jours de plus en mer, il découvre une zone verdoyante avec un climat doux et des approvisionnements abondants en saumon. À l’approche de l’hiver, il décide de camper là et sépare son groupe en deux : l’un pour rester au camp et l’autre pour explorer le pays. Au cours d’une de ces explorations, Tyrkir découvre que la terre est pleine de vignes et de raisins1. Il s’agirait probablement du site actuel de Bay St Lawrence au nord de l’île du Cap-Breton en Nouvelle-Écosse. Leif nomme donc le pays Vinland (« pays du vin »). Là, lui et son équipage construisent une petite colonie, appelée plus tard Leifsbudir (« les maisons de Leif ») par des visiteurs venus du Groenland. Après avoir passé l’hiver au Vinland, Leif retourne au Groenland au printemps avec une cargaison de raisins et de bois. Lors du voyage de retour, il sauve un naufragé islandais et son équipage, lui faisant gagner le surnom « Leif le Chanceux ».

Par la suite, Leif encourage d’autres expéditions de ses proches vers l’ouest mais, son père étant décédé, il reprend ses fonctions de chef et n’a guère l’occasion de reprendre la mer. Il doit encore s’occuper du cas de sa demi-sœur Freydis Eiriksdottir, coupable de crimes de sang avec son équipage lors d’un dernier voyage au Vinland. Son fils Thorkell Leifsson reprend le contrôle des colonies groenlandaises à sa mort, vers 1025.

Leif est décrit comme un homme sage, attentionné et fort d’apparence. Pendant son séjour aux Hébrides, il est tombé amoureux d’une noble femme, Thorgunna, qui a donné naissance à son fils Thorgils6. Ce dernier a ensuite été envoyé à Leif au Groenland, mais il n’est pas devenu assez notable pour que les sagas le mentionnent.

Après le premier voyage de Leif au Vinland, il retourne au domaine familial de Brattahlid (« escarpement ») au Groenland et commence à prêcher le christianisme aux Groenlandais. Son père, Erik le Rouge, réagit froidement à la suggestion d’abandonner sa religion, alors que sa mère Thjóðhildr s’est rapidement convertie et a construit une église appelée l’église ou la chapelle de Thjóðhild. Leif est mentionné pour la dernière fois, en vie, en 1019 et, en 1025, il transmet la chefferie d’Eiríksfjǫrðr (« le fjord d’Erik », actuel fjord de Tunulliarfik) à un autre fils, Thorkell. Rien n’est mentionné sur sa mort dans les sagas : il est probablement mort au Groenland entre ces dates. Rien d’autre n’est connu de sa famille au-delà de la succession de Thorkell en tant que chef.

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Désolé, mais la copie des textes et des images n'est pas autorisée.