L’église Notre-Dame de Royan (Charente-maritime).

L’église Notre-Dame de Royan, inaugurée en 1958, a été édifiée en trois ans par les architectes Guillaume Gillet et Marc Hébrard, en collaboration avec les ingénieurs1 Bernard Laffaille, René Sarger et Ou Tseng. Elle est considérée comme un chef-d’œuvre de l’architecture moderne.


Après les bombardements du 5 janvier 1945 qui détruisirent l’ancien sanctuaire néo-gothique qui datait de 1874 (localisée au niveau de l’actuelle Place Charles de Gaulle), il fut décidé de construire un édifice de plus grande taille, inspiré par l’esthétique des grandes cathédrales gothiques.

Achevée dès 1958, elle est entièrement construite en béton brut. Elle a été classée monument historique en 1988.

Ses dimensions sont : une nef en ellipse de 45 mètres de long sur 22 mètres de large pouvant contenir environ 2 000 personnes, flanquée d’un déambulatoire et d’une tribune située à trois mètres du sol. Cette tribune est éclairée par des vitraux en forme de losange figurant le Chemin de croix.

La structure du bâtiment est composée d’une alternance d’éléments en béton armé précontraints en V (système Laffaille, du nom de l’ingénieur Bernard Laffaille, qui mit au point le procédé) alternant avec d’immenses verrières couvrant 500 m2, œuvres du maître verrier Henri Martin-Granel.

Eglise Notre-Dame de royan, carte maximum, 20/10/2011.

La toiture, en « selle de cheval » a une épaisseur de seulement 6 centimètres, ce qui représente une prouesse pour l’époque. À l’intérieur de l’édifice, les voûtes paraboliques atteignent 36 mètres aux extrémités, et 28 mètres au centre.

Le chœur est éclairé par un vitrail composé d’un triangle de verres colorés à dominante bleue et rose, représentant la Vierge de l’apocalypse écrasant le serpent du mal, une œuvre du peintre Claude Idoux. On peut également voir à l’intérieur de l’église plusieurs œuvres d’art, en particulier une vierge-noire en bronze réalisée par Gaston Watkin, grand prix de Rome de sculpture, une statue moderniste en métal représentant Jeanne d’arc, et une statue de Nadu Marsaudon représentant sainte Thérèse.

Le clocher, haut de 60 mètres, est surmonté par une croix de six mètres. Il se dresse au-dessus d’une esplanade formant parvis, où se trouve un autel destiné à des célébrations religieuses en plein air.

Répondant au souhait du Maire de Royan de l’époque, Max Brusset, Guillaume Gillet a conçu le clocher pour qu’il redresse la silhouette de la ville en créant un signal vertical fort, un amer visible depuis l’océan comme depuis l’entrée de la ville.

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.