Leandro Fernández de Moratín, poète et dramaturge.

Leandro Fernández de Moratín, né à Madrid le 10 mars 1760 et mort à Paris le 2 juin 1828, est un poète et dramaturge espagnol.


Son père est l’écrivain et avocat Nicolás Fernández de Moratín et sa mère Isidora Cabo Conde. À quatre ans, il malade de la variole, ce qui aigri son caractère, le rendant asocial et timide. Il ne fait pas d’études universitaires, et commence à travailler comme employé dans une bijouterie. À vingt ans, il est follement amoureux de Sabina Conti, une fille de quinze ans, que l’on oblige à se marier par convenance avec un oncle qui a le double de son âge. Cette expérience obsèdera Moratín, qui la reprend plusieurs fois dans son œuvre.

Moratin, carte maximum, Espagne, 1961.

Sur le plan politique, Leandro Fernández de Moratín fait partie des « afrancesados », ces intellectuels espagnols croyant en la mission régénératrice de Joseph Ier. Leandro Fernández de Moratín espère construire une société basée sur la « raison, la justice et le pouvoir ». Se sentant menacé par les patriotes espagnols révoltés contre les troupes de Napoléon, il vient se réfugier dans le château de Peñiscola tenu par les Français. Il vit le siège mené par les troupes espagnoles commandées par le général Elío qui bombardent intensément la ville, et dont il laisse un récit.

Il s’exile ensuite en France, où il retrouve ses amis Francisco de Goya et Manuel Silvela y García de Aragón. Il partage d’ailleurs avec ce dernier d’avoir été admis parmi les Arcades de Rome, sous le nom de « Inarco Celenio ».

À sa mort, il est inhumé au cimetière du Père-Lachaise (25e division) avant d’être transféré le 5 octobre 1855 au cimetière Saint-Isidore à Madrid.

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.