Le vairon.

Le vairon (Phoxinus phoxinus) est une petite espèce de poissons potamodromes, très communs dans les eaux douces et bien oxygénées. Il tolère un pH de 7 à 7,5.

Sa chair est peu estimée sur le plan alimentaire, mais il est fréquemment utilisé comme appât pour la pêche au vif de la truite, du brochet et du sandre. Il est également utilisé par les laboratoires de biologie, notamment pour les recherches sur les organes sensoriels.


Très commun dans les ruisseaux d’eaux claires d’Eurasie (jusque dans des eaux très froides), il peut notamment être présent en quantité importante dans les mares constituées par les barrages de castors où il peut ensuite régresser (par la prédation) quand les salmonidés (truites ou saumons) s’y installent et grandissent en s’en nourrissant parmi d’autres proies.

Il a aussi été introduit par l’homme en de nombreux endroits hors de son aire naturelle de répartition où il peut alors poser des problèmes écologiques.

Vairon, carte maximum, Belgique, 1990

Le vairon est un petit poisson allongé et cylindriforme, de 2 à 10 cm de long.

Tête à museau arrondi, orifice buccal horizontal, supère, de taille réduite ;
Nageoires arrondies, la caudale nettement échancrée, la dorsale élevée ;
Dos gris verdâtre, rayures transversales foncées, flancs argentés ;
Ventre blanc, puis rouge cuivré chez le mâle (en période de frai) ;
Écailles discrètes, petites et denses (70 à 90 par ligne). Ligne latérale interrompue.

Longévité : de 3 à 6 ans en Europe de l’Ouest et jusqu’à 15 ans dans les pays froids (Laponie par exemple).

Maturité sexuelle : elle est atteinte à 2 ou 3 ans en climat tempéré, mais fortement retardée en zone froide1 (par exemple dans la rivière Utsjoki en Laponie finlandaise où la maturité (« fortement corrélée à la taille » est retardée jusqu’à ce que le poisson ait atteint 5, 6 ou même 7 ans, avec un âge maximum de 13 ans à une longueur de seulement 75 mm.

Vairon, carte maximum, Belgique, 1990
  • Régime alimentaire : omnivore. Ce poisson réputé vorace se nourrit aussi bien d’algues (dont algues filamenteuses) et de débris végétaux que d’animalcules : vers,  petits mollusques, alevins, larves d’insectes (chironomidés, trichoptères, éphémères…), crustacés cladocères, copépodes, diatomées, etc.
  • Reproduction : d’avril à juillet (mai à juillet dans la Windermere et de mi-avril à début août dans la rivière Frome, dans le Dorset où les vairons nés les plus tardivement n’ont pas même le temps de développer leurs écailles avant le printemps suivant4), mais dans un délai plus court dans les eaux très froides), remonte en bancs les ruisseaux de faible profondeur.
  • La ponte (fractionnée) est réalisée en eau peu profonde et graveleuse, les œufs adhérant aux graviers. Peu de vairons survivent jusqu’à la maturité sexuelle, mais une femelle de 6,5 cm pond environ 3 170 œufs dans la saison de reproduction dans une eau tempérée1 (contre 824 pour un poisson de 65 mm dans les eaux froides de Finlande1).
    Incubation : 4 à 7 jours en moyenne (selon la température et l’écologie).
  • Mode de vie : grégaire, en bancs compacts;

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.