Le trésor de Neuvy-en-Sullias (Loiret).

Le trésor de Neuvy-en-Sullias est l’un des plus remarquables ensembles d’objets en bronze gaulois d’époque gallo-romaine, dont des sculptures d’animaux et deux groupes de statuettes, découvert en 1861 dans une sablière de la commune de Neuvy-en-Sullias dans le département français du Loiret.

Le 27 mai 1861, les ouvriers d’une carrière de sable de Neuvy-en-Sullias, une petite commune du Loiret située dans la région naturelle du Val de Loire à 30 km au sud-est d’Orléans, découvrent fortuitement un dépôt d’objets en bronze rassemblés dans une cache de 1,40 m² faite de briques, pierres et tuiles, sans maçonnerie.

Les circonstances de la découverte, le manque de surveillance du site, les complications de partage dues au nombre et à la définition des ayants droit expliquent le flou qui entoura l’ampleur exacte de la découverte : des sources locales font état de monnaies d’argent et d’objets de harnachement disparus depuis. Acquis en 1864 par la ville d’Orléans, la plupart des objets sont exposés au musée historique et archéologique de l’Orléanais, d’autres objets auraient été vendus séparément, quelques-uns ont été retrouvés ultérieurement.

Trésor de Neuvy-en-Sullias, carte maximum, Orléans, 8/06/1996.

Le trésor est constitué d’une trentaine d’objets en bronze, que l’on peut grouper en trois lots. Le premier est composé de sculptures d’animaux ; les deux autres sont des statues figuratives dont une partie de figurines très stylisées et une autre partie de statuettes de dieux latins.
Toutes les statues sont en bronze coulé, sauf les sangliers qui eux sont réalisés par martèlement de plaques de métal sur une forme en bois, les détails du décor étant ensuite exécutés “au repoussé”.

  • un grand cheval, l’antérieur gauche levé, de belle facture, 1,05 m de hauteur, 54 kg sans le socle ;
  • une trompette droite, 1,52 m de long, 854 g ;
  • un sanglier grandeur nature en tôle de bronze, 1,25 m de long, la reconstitution est incomplète et les pièces restantes suggèrent l’existence d’une seconde statue de sanglier d’à peu près la même taille ;
  • quatre plus petites statuettes d’animaux : deux sangliers, un cerf et un bovidé (de 25 à 50 cm de long) ;
  • trois figurines mythologiques – Esculape, Hercule et Mars – et un taureau, de facture classique, peut-être importées pour certaines ;
  • dix statuettes dites gauloises que l’on peut diviser en trois groupes : les nus longilignes ; les nus aux formes pleines ; les personnages habillés.

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.