Le traité de Péronne (1641).

Le traité de Péronne du 14 septembre 1641 fut signé par Louis XIII, roi de France, et par Honoré II, prince de Monaco.


Ce traité de Péronne a été signé dans le contexte troublé de la guerre de Trente Ans et de la rivalité franco-espagnole. Louis XIII et Richelieu se trouvaient à Péronne en septembre 1641, alors qu’une campagne militaire permettait de faire tomber entre les mains de la couronne de France les places fortes espagnoles d’Aire-sur-la-Lys, Lens, Bapaume et La Bassée.

Le prince de Monaco cherchait, à cette époque, à se débarrasser de la tutelle espagnole. Il lui fallait, pour ce faire, changer de protecteur. En outre, dans la stratégie d’affaiblissement de la puissance espagnole, Richelieu considérait que le roi de France renforcerait sa position en étendant son influence sur le Rocher.

Par ce traité de quatorze articles, le prince de Monaco n’était plus sous protectorat espagnol et se replaçait dans la mouvance du roi de France qui lui reconnaissait la souveraineté sur Monaco. L’article six de la convention disposait que le prince était libre et souverain sur Monaco, Menton et Roquebrune.

Une garnison de cinq cents hommes stationnerait en permanence sur le territoire du prince, aux frais du Trésor royal, mais placés sous les ordres directs du prince, pour protéger la place. En l’absence du prince, le commandement de la garnison serait confié à un lieutenant nommé par le roi mais agréé par le prince.

Le roi de France protecteur du prince, de sa famille, de ses privilèges et de ses biens verserait au prince une rente annuelle de soixante-quinze mille livres.

Les biens d’Honoré II en territoire espagnol ayant été confisqués par le roi d’Espagne, le roi de France accordait, en compensation, au prince de Monaco le duché de Valentinois, le marquisat des Baux-de-Provence, le comté de Carladès, la cité de Chabeuil, les baronnies de Calvinet, de Buis et la seigneurie de Saint-Rémy-de-Provence.

Les clauses territoriales de ce traité furent confirmées par lettres patentes remises à Saint-Germain-en-Laye en février 1643.

Le traité de Péronne resta en vigueur jusqu’en 1793, lorsque pendant la Révolution française, Monaco, Menton et Roquebrune furent rattachés au territoire français.

En 1815, après la seconde abdication de Napoléon Ier, le congrès de Vienne décida de mettre Monaco, Menton et Roquebrune sous la protection du roi de Sardaigne.

En 1860, le royaume de Sardaigne céda à la France le comté de Nice, en compensation de son aide politique et militaire pendant le Risorgimento. Roquebrune et Menton furent rattachées au département des Alpes-Maritimes après un plébiscite en 1861. Seule Monaco resta sous la souveraineté du prince.

Source : Wikipédia.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.