Le Touraco.

  • Auteur/autrice de la publication :
  • Post category:Faune
  • Commentaires de la publication :0 commentaire
  • Temps de lecture :5 min de lecture

Le touraco est un oiseau de taille moyenne appartenant à la famille des Musophagidae. Il est principalement trouvé en Afrique et se distingue par son apparence unique et colorée.

Le touraco mesure généralement entre 40 et 70 cm de longueur, avec une envergure d’ailes d’environ 75 à 85 cm. Son corps est recouvert de plumes douces et denses, et sa tête est couronnée d’une crête mobile caractéristique.

L’une des caractéristiques les plus frappantes du touraco est sa couleur. Son plumage est généralement constitué de nuances vives de bleu, de vert et de violet, avec des taches rouges et jaunes sur les ailes. Ses ailes sont également dotées de bandes noires et blanches distinctives.

Le touraco a un bec puissant et courbé, adapté à son régime alimentaire frugivore. Il se nourrit principalement de fruits mûrs, mais peut aussi consommer des bourgeons, des fleurs, des feuilles et des insectes.

En plus de son apparence unique, le touraco est également connu pour son chant bruyant et mélodieux. Il utilise son cri pour communiquer avec les autres membres de son groupe, établir son territoire et attirer un partenaire lors de la reproduction.

Ce bel oiseau est souvent vu en couple ou en petit groupe dans les arbres, se déplaçant de branche en branche avec agilité. Il construit généralement son nid dans les arbres, en utilisant des branches et des feuilles pour créer une structure solide.

Le touraco est un oiseau social et territorial, et il défendra farouchement son territoire contre les intrus. Il est également connu pour sa capacité à sauter d’arbre en arbre avec facilité, grâce à ses pattes puissantes et à ses griffes robustes.

Malheureusement, certaines espèces de touracos sont menacées en raison de la destruction de leur habitat naturel et de la chasse excessive. Il est important de prendre des mesures de conservation pour préserver ces oiseaux magnifiques et préserver la biodiversité des régions où ils vivent.

Le Touraco vert (Tauraco persa, synonyme de Tauraco corythaix persa) ou Turaco de Guinea est une espèce d’oiseau de la famille des Musophagidae.

Cet oiseau mesure environ 43 cm de longueur (queue incluse) et pèse de 225 à 295 g. Son plumage le rend assez facilement reconnaissable, bien qu’il échappe facilement à l’attention, sur la cime des arbres puisqu’il est presque entièrement vert clair tirant sur le gris, y compris sa huppe, hormis un peu de rouge et de blanc autour et près de l’œil. Il peut cependant être confondu avec d’autres espèces de Touraco qui lui ressemblent.

Son cri est un cawr-cawr (prononcé à l’anglaise).

Comme tous les membres de cette famille, cette espèce vit en Afrique subsaharienne : Bénin, Cameroun, République centrafricaine, Congo, RDC, Côte d’Ivoire, Gabon, Gambie, Ghana, Guinée, Guinée équatoriale, Guinée-Bissau, Liberia, Mali, Nigéria, Sénégal, Sierra Leone et Togo.

Cet oiseau vit dans les forêts primaires tropicales africaines dont il est dépendant (surtout dans l’Ouest du continent).

Le Touraco vert consomme des fruits divers, des feuilles, des bourgeons et des fleurs.

La femelle pond deux œufs par an dans un nid construit dans les grands arbres.

Il est menacé par le recul de la forêt primaire tropicale dont il dépend.

C’est une espèce qui a aussi été recherchée par les amateurs d’oiseaux, et son commerce est une autre raison de sa disparition. Son commerce est réglementé par la CITES depuis 1975, sous l’égide de l’ONU. La CITES a signalé1 en 2007 de faux permis guinéens utilisés au moins en 2006 et 2007, et suggère un meilleur contrôle de l’authenticité des permis d’exportation de Guinée, notamment d’oiseaux vivants. De même les importations, exportations et réexportations avec le Nigeria ont été suspendues à partir du 19 juillet 2005.

Le commerce est suspendu avec Djibouti, la Guinée-Bissau, le Liberia et le Rwanda (Notification n° 2006/074, pour absence de communication de leur législation nationale mettant en œuvre la CITES).

La suspension d’importations de Gambie du 22 décembre 2004 été levée le 8 août 2005 (Notification CITES 2005.043). Voir les éventuelles mises à jour sur le site français de la Convention.

Sources : IA & Wikipédia.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.