Le sauna.

Le sauna (ou bain finnois) est une petite cabane de bois ou une pièce dans laquelle on prend un bain de chaleur sèche, pouvant varier de 70 °C à 100 °C, pour le bien-être. La pratique du sauna est une tradition sociale et familiale qui semble exister depuis plus de 2 000 ans dans les pays nordiques, notamment en Finlande.

Tampere, la deuxième plus grande ville de Finlande, a été officiellement déclarée « capitale mondiale du sauna ».


Un sauna est chauffé par un poêle à bois ou électrique appelé kiuas. Le poêle chauffe des pierres à sauna (kiuaskivi) dans un réceptacle situé à l’intérieur du sauna. On utilise des pierres n’éclatant pas sous les chocs thermiques et accumulant bien la chaleur. Elles sont souvent, mais pas toujours, d’origine volcanique : diabase, gabbro, péridotite, stéatite. On trouve même des pierres synthétiques en céramique et certains poêles modernes sont constitués d’une dalle sur laquelle on fait ruisseler l’eau.

Sauna, carte maximum, Norvège, 2004.

Une fois les pierres surchauffées, une louche d’eau est versée dessus, produisant une bouffée de vapeur (löyly). L’opération peut être répétée plusieurs fois.

Le sauna originel est sec : Entre 3 et 20 % d’humidité. C’est pourquoi les températures y sont bien plus élevées que dans le hammam : 80 à 90 °C en moyenne.

Dans certaines juridictions, la température maximale est normalisée et tout dépassement dans un établissement public peut constituer un motif de fermeture.

Il n’est cependant pas rare pour les Finlandais de prendre des saunas à 100 °C, le record du monde étant détenu par un Finlandais ayant passé environ quinze minutes dans un sauna chauffé à 120 °C (voir les sports insolites en Finlande).

Dans le sauna traditionnel, la nudité est la norme, pour les femmes comme pour les hommes. Une serviette est posée entre le banc et la peau, pour absorber la sueur et pour protéger la peau de la chaleur du bois. Le port d’un maillot de bain n’est pas hygiénique, car la chaleur et l’humidité y favorisent la prolifération et la dissémination de microbes et de germes, comme la trichomonase, la chlamydia et le gonocoque[réf. nécessaire]11. Sans maillot, l’air sec et chaud contribue au contraire à la disparition de ces microbes très sensibles à la dessiccation.

Sauna, carnet, Finlande.

Dans les pays nordiques et germaniques, ainsi qu’en Europe centrale, le port du maillot de bain est généralement prohibé. Dans d’autres pays, les impératifs d’hygiène ont été mis à mal par des considérations commerciales, afin de séduire une clientèle rebutée par la nudité en public. Ceci peut conduire à l’autorisation du port du maillot de bain dans la cabine de sauna, voire à l’interdiction de la nudité. Cette tendance qui va à l’encontre des règles élémentaires d’hygiène et des traditions est devenue importante en France, notamment dans les saunas attachés à une piscine, un spa, un hôtel ou une résidence de tourisme.

La chaleur sèche augmente le débit cardiaque, la fréquence cardiaque et entraîne une vasodilatation périphérique avec une sudation. La pratique du sauna est corrélée avec une moindre survenue d’accidents cardiaques et une diminution de la mortalité cardio-vasculaire.

Le sauna semble apaiser certaines douleurs articulaires.

Il existe cependant quelques précautions. Ainsi la prise de boissons alcoolisées peut potentialiser les effets cardiaques et est déconseillée18. De même, la sudation peut aggraver les symptômes de certaines affections dermatologiques (prurit). Le sauna est déconseillé aux personnes ayant une maladie cardiaque non stabilisée, en particulier s’il existe une maladie des artères coronaires.

Le sauna est une tradition sociale et familiale finlandaise depuis plus de 2 000 ans. À l’origine, les saunas étaient de petites cabanes construites avant même la maison d’habitation. Les femmes finlandaises accouchaient naguère dans les saunas en raison de la grande hygiène qui y règne et de la facilité d’entretien.

Ils sont un élément important des relations sociales en Finlande. Même des négociations politiques et économiques peuvent y avoir lieu.

Dans les mökki, maisons de campagne finlandaises, il est courant, et en toute saison, de se baigner dans le lac (järvi) ou la rivière (joki) situé à proximité plutôt que de prendre une douche classique après le sauna. En plein hiver l’activité de sauna commence donc par l’entretien du trou dans la glace prévu à cet effet. À la campagne, durant le bain de chaleur on peut également en profiter pour se flageller légèrement à l’aide de jeunes rameaux de bouleau (rauduskoivu) formant une sorte de martinet semi-rigide appelé vihta ou bien vasta, afin de stimuler encore plus la circulation sanguine.

On trouve des saunas partout en Finlande (2 à 3 millions de saunas pour 5,4 millions d’habitants) : dans les maisons particulières comme dans les hôtels, les bateaux, les entreprises, le Sénat, le palais présidentiel, etc. Toute la population finlandaise pourrait donc tenir dans les saunas du pays.

L’École navale de Finlande, située à Suomenlinna, possède le plus grand sauna du pays.

La bourgade de Muurame possède un village du sauna (saunakylä), musée de plein air présentant une trentaine de saunas provenant de toute la Finlande.

Les cabanes de sudation étaient connues des hommes préhistoriques des régions tempérées et froides de l’hémisphère nord.

En restent pour témoins les peuplades de Sibérie et les tribus amérindiennes des actuels États-Unis et Canada dont beaucoup utilisaient des huttes de transpiration (sweat lodge dans les documents en anglais) lors de l’arrivée des Européens. C’étaient des édifices en branchage dans lesquels on roulait des pierres chauffées dans un feu de bois. Le malade ou le guerrier voulant se purifier s’isolait dans ce local sommaire que des comparses fermaient hermétiquement.

Dans un premier temps les huttes de transpiration ont été améliorées en sauna enterré puis, avec la maîtrise du travail du bois, les cahutes devinrent maisonnettes en bois empilé à la manière des fustes dans une bonne partie de l’Europe. Ce sont les saunas à fumée, que l’on appelait étuves en France. Au XIVe siècle, l’Église catholique d’Europe centrale et occidentale, luttant contre la nudité et la promiscuité, mit toute son énergie à éradiquer, en interdisant leur pratique et en fermant les établissements la permettant, la pratique de l’étuve et des bains publics (alors en plein essor au XIIIe siècle). Une des raisons invoquées pour bannir les saunas fut, comme pour les bains, de décréter que la pratique du sauna était responsable de nombreuses maladies courantes à l’époque comme la peste qui se répandait pensait-on par les pores dilatés qui absorbaient les miasmes, ce qui engendra par la suite la culture de la toilette dite sèche. Une autre raison invoquée fut que ces bains et saunas étaient assimilés à des lieux de débauche, parfois de façon justifiée même si cette débauche n’empêchait pas l’hygiène corporelle.

Cette pratique survécut en Russie et dans les pays nordiques, plus tardivement christianisés, où les Églises orthodoxes et luthériennes surent en percevoir les bienfaits hygiéniques pour les populations. Les traditions populaires russes associent le bannik (Банник) aux maisonnettes de bains : il s’agit d’un petit esprit domestique, parfois farceur, parfois cruel, qui hante ce lieu appelé bania (бaня).

La Suède (sous le nom de bastu) et la Finlande ont élevé au plus haut point la technique du bain de vapeur sèche. Au début du XXe siècle, les athlètes finlandais aux Jeux olympiques puis les soldats de la guerre d’Hiver ont fait connaître au monde entier le sauna et ont associé ses qualités à leurs exploits.

Le sauna est aussi comparable au temazcal très répandu chez les Mayas: une hutte de terre avec une petite ouverture basse; au centre on allume un feu dans lequel on surchauffe des pierres. On y transpire dans le noir. Sur les hauts plateaux du Guatemala, on a constaté que le temazcal remplace encore parfois la salle de bain.

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.