Le saphir.

Le saphir est une pierre précieuse. C’est une variété gemme du corindon pouvant présenter de multiples couleurs, sauf la couleur rouge (le corindon rouge est uniquement appelé rubis). On doit à Jacques Louis de Bournon d’avoir montré que le saphir (gemme orientale) et le corindon (spath adamantin) ne font qu’un.


Selon Ferdinand Hœfer, « ce mot qui dérive de l’hébreu ou du chaldéen Saphar, graver, se retrouve avec de très légères modifications dans toutes les langues ; il paraît avoir été appliqué primitivement à toutes les pierres cristallisées propres à la gravure. »

On trouve également des saphirs de couleur rose, verte, jaune, violette et d’autres qui sont incolores ou avec d’autres tons. La variété bleue est la plus connue. La teinte rose-violacé ou rose-orangé, appelée saphir « Padparadja » ou « Padparadscha » (traduit du cinghalais par « fleur de lotus »), est la plus rare et la plus recherchée.

Les saphirs sont constitués de cristaux d’oxyde d’aluminium (Al2O3) contenant des impuretés (oxydes) en traces qui leur donnent leur couleur (titane et fer pour le bleu, vanadium pour le violet, chrome pour le rose, fer pour le jaune et le vert). La couleur est due à l’apparition de niveaux énergétiques à l’intérieur de la bande interdite du corindon, du fait de la présence d’impuretés. Ces niveaux modifient les spectres d’émission et d’absorption du matériau et donc sa couleur.

Le saphir peut être traité thermiquement ; les pierres trop claires, trop sombres ou avec beaucoup d’inclusions, sont chauffées. Ce processus permet de rehausser couleur et clarté en dissolvant les éléments présents à l’état de traces dans la pierre.

On peut trouver des saphirs étoilés où l’astérisme est dû à la présence d’inclusions d’aiguilles de rutile cristallisées à 60° ou 120° dans la pierre. Le saphir étoilé est taillé en cabochon. Sous les rayons du soleil apparaît une étoile de 6 branches et plus rarement de 12 branches.

On trouve des gisements de saphirs bleus dans de nombreux pays. Ainsi, les États-Unis et le Canada possèdent notamment quelques gisements où l’on trouve le corindon bleu. Cependant, à l’état natif, cette pierre est majoritairement présente dans les zones tropicales humides. On la trouve surtout à Madagascar (gisement d’Ilakaka), au Sri Lanka et en Birmanie mais également en Chine, en Inde, au Brésil, en Thaïlande et en Afrique.

Les régions du Cachemire et de Ceylan sont les plus réputées pour les saphirs bleus, leur teinte tire sur le violet pour les saphirs du Cachemire et est d’un bleu éclatant pour ceux de Ceylan.

La France possède également des gisements de saphirs alluvionnaires en Auvergne, qui sont récoltés à la batée. La plupart d’entre eux sont petits, sombres et tirent sur le vert, mais certains peuvent dépasser le centimètre ou avoir une belle tonalité bleue. L’exploitation est uniquement artisanale, ce qui explique que ces saphirs soient peu répandus sur le marché.

Source : Wikipédia.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Désolé, mais la copie des textes et des images n'est pas autorisée.