Le Roitelet huppé.

Le Roitelet huppé (Regulus regulus) est une petite espèce de passereaux de la famille des Regulidae.

Son aire de répartition couvre la quasi-totalité de la zone paléarctique (Tunisie, Algérie, Europe, Moyen-Orient, Russie, Asie centrale, Himalaya, Chine, Corées et Japon).


L’espèce Regulus regulus a été décrite par le naturaliste suédois Carl von Linné en 1758, sous le nom initial de Motacilla Regulus.

Le Roitelet huppé est un des plus petits oiseaux d’Europe avec une taille de 9 cm environ et un poids de 4 à 7 grammes. Le bec est noir, fin et pointu. Les pattes brun clair ont des doigts puissants permettant à l’oiseau de se tenir la tête en bas quand il se nourrit. Le plumage est jaune-vert dans sa partie supérieure, les ailes plus noirâtres ont deux raies blanches, le mâle a une calotte jaune et orange en son centre, elle est bordée d’un trait noir, celle de la femelle est jaune pur. Les plumes de la tête forment un diadème qui a donné son nom au Roitelet, elles se hérissent en cas d’excitation.

On confond aisément Regulus regulus avec le Roitelet triple-bandeau (Regulus ignicapillus), mais ce dernier s’en distingue par des couleurs plus vives, une raie blanche au-dessus de l’œil alors que le roitelet huppé a l’œil cerné d’un rond blanc, et par son chant.

Le Roitelet a deux couvées par an, au printemps. Il niche tout en haut des conifères, les deux partenaires y construisent un nid suspendu avec de la mousse et des lichens liés par des fils de cocons d’insectes ou de toiles d’araignées, c’est un véritable réservoir thermique grâce aux plumes et crins qui le tapissent. La femelle est trop

petite pour couvrir tous les œufs (7 à 11) qu’elle y pond, elle couve de 12 à 16 jours puis les deux parents participent à l’élevage à base de larves d’insectes et de petites araignées; 15 à 17 jours après l’éclosion, les jeunes commencent à voler, les parents les nourrissent encore une quinzaine de jours et commencent à préparer la prochaine couvée alors qu’ils nourrissent toujours la première. La femelle peut même pondre sa seconde couvée avant que la première ait quitté le nid!

Le Roitelet huppé se rencontre surtout dans les forêts, avec une nette préférence pour les boisements de résineux, où il construit son nid. Mais il fréquente également les grands parcs et jardins présentant des boisements de conifères. En dehors de la période de reproduction on peut le voir dans des boisements de feuillus mais également dans les zones plus broussailleuses.

Présent sur tout le territoire durant la saison hivernale (conséquence de mouvements migratoires d’oiseaux venus de régions plus au Nord), la répartition du Roitelet huppé est moins homogène en nidification, quand il est absent du pourtour méditerranéen, ainsi que d’une grande partie du littoral corse et d’une importante partie de la vallée de la Garonne.

Très discret, c’est généralement le cri du Roitelet huppé qui trahit sa présence. Il est fin et très aigu. Son chant, également très aigu, est composé d’une répétition de cliquetis haut perchés. Il se fait le plus souvent entendre  fin avril – début mai lorsque le mâle délimite son territoire et cherche à attirer une femelle.

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, Oiseaux des jardins, YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.