Le rhododendron.

Les rhododendrons ou azalées (Rhododendron) forment un genre de plantes appartenant à la famille des Éricacées. À l’exception des groupes tropicaux Azaleastrum et Vireya, les rhododendrons sont essentiellement rustiques. On les rencontre dans les régions montagneuses, telles que les Alpes, les Pyrénées, le Caucase, les Carpates et l’Himalaya. Beaucoup sont originaires de Chine et du Japon, et beaucoup se sont répandus en Laponie et en Sibérie. Les rhododendrons se rencontrent aussi dans les régions forestières d’Inde et de Birmanie.


Le nom de genre Rhododendron est emprunté du grec ancien ῥoδόδενδρον, formé de ῥόδον, rhodon, « rose », et δένδρον, dendron, « arbre », proprement « arbre à roses », car le rhododendron est un arbre qui porte des fleurs imposantes et colorées en bout de rameaux, à l’image des rosiers.

En 1753, Linné crée le nouveau genre Rhododendron dans Espèce Plantarum qui comporte à l’époque 5 espèces.

Le nom rhododendron est attesté chez l’encyclopédiste romain Pline l’Ancien qui signalait l’existence d’un miel toxique « en raison de la folie qu’il provoque. On croit que cela lui vient des fleurs de rhododendron dont les forêts regorgent » (HN. XXI, 704) dans une région du Pont. Il s’agit du Rhododendron flavum L. et du Rhododendron ponticum L.

Rhododendron, carte maximum, Belgique, 1995.

Au IIIe siècle av. J.-C., le philosophe botaniste Théophraste évoque des espèces lointaines qui ont été importées après les conquêtes d’Alexandre le Grand, ou qu’il a reçues d’Égypte ; il les classe en quatre groupes :

  • les arbustes (« thamnos ») ;
  • les sous-arbrisseaux (« phryganon ») ;
  • les herbes (« poa » c’est-à-dire les végétaux non-ligneux) ;
  • les arbres (« dendron »).

À l’époque médiévale, le rhododendron était appelé « Rosage », terme conservé jusqu’au XVIIIe siècle, puisque Joseph Pitton de Tournefort introduisit en 1702 le « Rosage de la mer Noire », à la suite d’un voyage en Asie Mineure.

 

Rhododendron, carnet de timbres, Belgique.

C’est au naturaliste Carl von Linné que l’on doit la dénomination de Rhododendron. Cependant, le véritable succès des rhododendrons a commencé avec les espèces d’origine himalayenne et chinoise (R. arboreum, R. auriculatum et R. seroticum) au milieu du XIXe siècle. Le père David, un missionnaire doublé d’un botaniste et zoologue émérite, passa 9 mois en 1869 à Moupin (aujourd’hui Baoxing) dans le Tibet oriental, où il collecta une douzaine de beaux rhododendrons qui furent envoyés à Paris et identifiés par Adrien Franchet au Muséum national d’histoire naturelle (Plantae Davidianae).

Les rhododendrons forment des arbustes étalés ou arrondis, parfois des arbres pouvant atteindre jusqu’à quinze mètres de hauteur, notamment dans l’Himalaya. Ils sont généralement sempervirents, bien que les azalées aient parfois des feuilles caduques. Leur feuillage est vert foncé.

Ce sont des plantes extrêmement acidophiles, que l’on regroupe parfois sous le terme générique de plantes de terre de bruyère. Cependant, certains rhododendrons acceptent d’être cultivés en sols neutres, voire légèrement calcaires, comme Rhododendron hirsutum.

Les fleurs, en forme de trompette évasée, peuvent être roses, blanches, rose lilas, mouchetées de pourpre, rose saumoné, carmin, jaunes, violettes, orange, etc. Les fleurs peuvent s’épanouir depuis septembre, pour les formes hâtives d’appartement, mais plus généralement de janvier – février jusqu’à la fin juillet, pour les formes les plus tardives. Les plus grandes fleurs mesurent environ 10 cm de longueur et de largeur, souvent groupées en grappes terminales coniques qui peuvent compter jusqu’à 20 fleurons, tandis que les plus petites ne dépassent pas 4 mm.

La floraison de la majorité des rhododendrons et azalées ne dégage que peu ou pas d’odeur. Cependant, quelques espèces (R. auriculatum, R. fortunei, R. luteum, R. nuttallii, R. viscosum) et les cultivars qui en sont issus (R. Mi Amor, R. Fragrantissimum, etc.) peuvent émettre un parfum très intense. De nombreux lépidotes ont également un feuillage parfumé.

Les rhododendrons hybrides à grandes fleurs sont des arbustes pouvant en général atteindre 2 à 5 m, mais avec une croissance assez lente. Les rhododendrons nains (généralement lépidotes) ne dépassent pas 2 m de hauteur, et sont des plantes idéales pour la rocaille en raison de leurs origines alpines.

Les rhododendrons dits géants sont des arbres pouvant atteindre 15 mètres de hauteur. On les trouve principalement dans les pays himalayens : Népal, Sikkim, Bhoutan et Inde. Au Népal les arbres sont de très grande hauteur : jusqu’à 30 mètres. Le Rhododendron arboreum rouge est la fleur nationale du Népal. La chaîne himalayenne et les régions voisines — Birmanie, Tibet, Yunnan — sont connues pour l’extraordinaire richesse de leur flore en rhododendrons.

La péninsule indo-malaise et la Nouvelle-Guinée hébergent quant à elles plus de trois cents espèces tropicales (vireyas), dont de nombreuses épiphytes.

Le Rhododendron simsii est connu sous le nom d’azalée des fleuristes. Il est originaire de Chine et du Japon. Peu rustique, c’est une espèce d’appartement, avec une floraison de septembre à mai.

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.