Le rallye Dakar.

Le Rallye Dakar (ou « Le Dakar », anciennement Rallye Paris-Dakar) est un rallye-raid, créé par Thierry Sabine et lancé pour la première fois en décembre 1978. Longuement dirigé par Jean Hornain. Il s’est disputé depuis lors chaque année, sauf en 2008, entre la fin décembre et la mi-janvier. Initialement disputé en partie en Europe et majoritairement en Afrique, l’épreuve se dispute en Amérique du Sud de 2009 à 2019 puis en Arabie saoudite à partir de 2020. Ce rallye est actuellement organisé par l’organisateur d’événements sportifs français Amaury Sport Organisation.


En 1977, Thierry Sabine réalise à moto le rallye Abidjan-Nice, course organisée par Jean-Claude Bertrand qui réunit voitures traditionnelles, 4×4, motos et camions. Il se perd pendant trois jours dans le désert de Libye jusqu’à ce que les secours en avion le sauvent. Déjà superstitieux, il attrape le virus du désert. Lorsque Bertrand annonce qu’il ne refera pas la course Abidjan-Nice, Sabine présente un projet d’un rallye immense qui traverserait l’Afrique. Il décide qu’il partirait de Paris, ville plus propice à une plus grande notoriété et à des retombées médiatiques importantes, pour se terminer à Dakar avec un transfert par la Méditerranée. La première édition réunissant 170 équipages s’élance de la place du Trocadéro le 26 décembre 1978 pour arriver à Dakar le 14 janvier 1979.

L’itinéraire varie d’une année à l’autre : pendant quelques années, il s’agit du Paris-Alger-Dakar car les participants partent par bateau de Sète pour arriver à Alger et ensuite traverser le Sahara Algérien. D’ailleurs, l’arrivée n’a pas lieu à Dakar certaines années : on retient l’édition du rallye de 1992, Paris-Le Cap, celle de 1994, Paris-Dakar-Paris, celle de 2000, Dakar-Le Caire, ou celle de 2002, Arras-Madrid-Dakar.

Au fil des éditions, le rallye se développe (603 véhicules s’alignent sur la ligne de départ en 1988 ; 3000 personnes accueillies chaque jour sur le bivouac en 2015 : concurrents, organisation, sponsors et médias) et se professionnalise. Les conditions de navigation dans le désert restent parfois difficiles ; lorsque l’harmattan, vent d’est du Sahara se lève, les traces sont effacées sur la piste et les repères disparaissent.

Divers accidents mortels ont émaillé les parcours de la caravane, concernant des concurrents, accompagnateurs ou spectateurs locaux. Le Rallye Dakar 1986 est endeuillé par la mort de Thierry Sabine suite à un accident d’hélicoptère. Daniel Balavoine qui l’accompagne est également mort ce jour-là, tout comme le jeune pilote suisse, François-Xavier Bagnoud, le technicien radio Jean-Paul Le Fur et la journaliste Nathalie Odent.

Plusieurs éditions du Dakar sont perturbées par des menaces terroristes, et certaines étapes doivent être annulées, avec un changement d’itinéraire. C’est le cas en 2000, lorsqu’un pont aérien formé de trois avions Antonov An-124 est mis en place entre Niamey et Sebha, en Libye, pour éviter la traversée du Niger, interrompant ainsi l’épreuve pendant quatre jours. L’opération aurait coûté quelque 30 millions de FF, soit un peu plus de 4,5 millions d’euros.

Pour des raisons de sécurité en Mauritanie qui devait accueillir 8 étapes, l’édition 2008 du Dakar est annulée. À la suite de l’assassinat de quatre Français près d’Aleg en Mauritanie le 24 décembre 2007, Laurent Wauquiez, porte-parole du gouvernement français, a fortement déconseillé aux ressortissants français de se rendre dans ce pays. La veille du départ de Lisbonne, le 4 janvier 2008, l’organisation annonce l’annulation du Dakar malgré les 2 500 personnes déjà présentes au Portugal pour participer au rallye. La Mauritanie prévoyait pourtant de mobiliser 4 000 policiers pour assurer la sécurité, mais les risques liés à la branche Al-Qaida au Maghreb islamique ont conduit les organisateurs à suivre les recommandations du gouvernement français.

Amaury Sport Organisation annonce le 11 février 2008 que le Rallye Dakar 2009 se déroulera du 3 au 18 janvier, au Chili et en Argentine avec un départ et une arrivée à Buenos Aires.

En réaction, les pays africains créent l’Africa Race. D’anciens vainqueurs du Dakar (Hubert Auriol, Jean-Louis Schlesser) se rallient à ce projet, qui se réclame plus proche de l’esprit de Thierry Sabine, mais moins médiatisé.

Pour son édition 2012, le Dakar devenu sud-américain traverse le Pérou pour la première fois.

La logistique s’est étoffée au cours des éditions. Celle de 2018 comprend 1100 véhicules au total, sept hélicoptères et quatre avions.

ASO (Amaury Sport Organisation) annonce le 15 avril 2019 que le Dakar quitte l’Amérique du Sud pour se dérouler en Arabie saoudite à partir de 2020 et pour cinq ans.

Les cinq catégories principales sont les motos, les autos, les camions, les quads (depuis 2009) et les SxS (depuis 2017).

La catégorie moto comporte diverses sous-catégories, comme les moins de 450 cm3, la catégorie marathon (motos de série), ou encore les quads qui sont devenus une catégorie à part entière en 2009. La catégorie auto comportait à ses débuts trois sous-catégories : les T1 (véhicules de série), T2 (véhicules de série modifiés), et T3 (véhicules prototypes).

Les camions étaient au début incorporés dans la catégorie auto, mais ils disposent depuis 2000 de leur propre catégorie. Les camions prototypes ont été interdits dans la fin des années 1980, en raison des grandes vitesses atteintes, qui provoquèrent plusieurs accidents graves.

Plusieurs constructeurs utilisent le Dakar à la fois comme laboratoire et comme vitrine pour démontrer la robustesse de leurs véhicules, bien que ceux engagés soient profondément modifiés par rapport aux véhicules de série.

À l’origine, quelques constructeurs automobiles s’engagèrent avec des moyens limités — le plus souvent via des pilotes privés — comme Land Rover, Renault, Volkswagen, Mercedes, Lada, etc. Puis vinrent des constructeurs via des équipes usines avec de gros moyens, tels que Porsche, Mitsubishi, Peugeot puis Citroën. Ce qui engendra une hausse des coûts et des performances, et conduisit à l’interdiction des prototypes T3 pour les équipes usines en 1997 ; les T3 pouvant cependant toujours être alignés par les équipes privées. La fusion des catégories T2 et T3 en 2002, marqua le retour des prototypes usines. Enfin, en 2006, il y eut une inversion entre les catégories T1 (désormais prototypes) et T2 (désormais véhicules de série).

Dans les années 1980, devant la débauche de moyens mis en œuvre par les équipes officielles et les risques que cela faisait courir aux amateurs, qui ne pouvaient plus suivre le rythme, les organisateurs décidèrent d’interdire l’assistance aérienne (Porsche avait ainsi à sa disposition une importante flotte d’hélicoptères), le routage radio et de limiter le recours au GPS.

Les équipes privées, plus ou moins fortunées, peuvent également disputer les premières places. Jean-Louis Schlesser, après la fin de sa carrière en championnat du monde des voitures de sport, a construit ses propres buggys avec le soutien de constructeurs comme Seat, Renault, puis Ford. Il a remporté les Dakar 1999 et 2000 en catégorie auto.

KTM, Yamaha, Honda et Husqvarna sont actuellement engagés officiellement en catégorie moto. KTM, Yamaha et Honda font d’ailleurs partie des constructeurs les plus titrés dans ce rallye, au même titre que BMW, qui fut propriétaire de Husqvarna. En catégorie auto, à la suite du retrait de Mitsubishi, qui détient le record de 12 victoires, en 2009 puis de Volkswagen en 2011, il n’y a plus de constructeur officiellement présent dans la catégorie de pointe. On note toutefois la présence de l’équipe X-Raid, propriété de Sven Quandt (de), membre de la famille actionnaire de BMW et dont l’équipe reçoit un soutien technique de la part du constructeur allemand au niveau de la motorisation. On peut aussi citer la présence de Toyota Afrique du Sud, qui sera rejoint par Ford Afrique du Sud en 2014. Toyota est quant à lui officiellement présent en catégorie véhicules de série.

Parmi les camions, on note la présence de constructeurs comme KAMAZ, Iveco, Tatra et Daf, qui rassemblent à eux quatre l’essentiel des victoires de la catégorie camions depuis 1979.

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.