Le poireau.

Le poireau cultivé (Allium ampeloprasum var. porrum, anciennement Allium porrum) est une espèce de plante herbacée vivace largement cultivée comme plante potagère pour ses feuilles (pseudo-tiges) consommées comme légumes.

Issu de la domestication du poireau perpétuel (Allium ampeloprasum) et sélectionné pour son feuillage, il appartient à la famille des Amaryllidacées (précédemment famille des Liliacées puis des Alliacées).

Noms communs : poireau, porreau, poirée, poirette, asperge du pauvre.


Poireau, carte maximum, France.

Le poireau a de longues feuilles engainantes, opposées, plates, vert sombre ou vert jaunâtre, plus ou moins larges. La base des feuilles emboîtées forme une pseudo-tige appelée « fût » dont la partie enterrée est blanche et la plus appréciée. Les fleurs, blanc verdâtre, apparaissent groupées en ombelle au sommet d’une tige florale dressée, la deuxième année.

Cette espèce est possiblement originaire d’Europe1 ou du Moyen-Orient où il pourrait avoir été domestiqué. Elle est largement cultivée dans toutes les zones tempérées.

Le poireau est un légume très anciennement connu. En effet, il était cultivé en Égypte au IIIe millénaire av. J.-C.; en Mésopotamie, il fait partie des ingrédients figurant dans la plus vieille recette de cuisine qui soit parvenue à l’époque contemporaine. L’Ancien Testament le mentionne également brièvement dans l’exode hors d’Égypte. Par la suite, Hippocrate en parle comme d’un des légumes les plus cultivés de Grèce et dans la Rome antique, il est tenu en haute estime : l’empereur romain Néron est surnommé le « porrophage » car il en consomme de grandes quantités pour s’éclaircir la voix.

A l’époque carolingienne, cette plante figure parmi les plantes potagères recommandées dans le capitulaire De Villis. Au XIIe siècle, Platearius déconseille sa consommation, et Hildegarde de Bingen lui attribue comme effet de diminuer la vigueur sexuelle. En France au XVe siècle, il fait partie de l’alimentation de base des paysans, quoiqu’à un degré moindre que le chou ou l’oignon.

Cette plante préfère un sol frais, profond et riche en humus. Elle est très rustique et supporte bien le froid de l’hiver.

La multiplication se fait en deux temps :

  • semis en pépinière en février-mars ou en place en avril-mai.
  • repiquage des jeunes plants lorsque les tiges ont la taille d’un crayon après les avoir « habillés » (c’est-à-dire avoir raccourci les feuilles et les racines).

Un repiquage profond favorise la longueur du fût. La récolte intervient de 5 à 7 mois après la plantation. On pratique le buttage pour augmenter la longueur de la partie blanche. Les poireaux peuvent se conserver en terre, ou en jauge abritée pour pouvoir les récolter par grands froids. Chez les maraîchers spécialisés, la récolte est mécanisée. S’établit à partir de septembre.

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.