Le piano.

Le piano est un instrument de musique polyphonique, à clavier, de la famille des cordes frappées. Il se présente sous deux formes :

  • piano droit, avec les cordes verticales ;
  • piano à queue, avec les cordes horizontales.

Le nom de l’instrument provient d’une abréviation de piano-forte, son ancêtre du XVIIIe siècle, décrit par Scipione Maffei comme un « gravecembalo col piano e forte », c’est-à-dire un clavicorde ayant la possibilité de nuancer en intensité le son directement par la frappe des touches. Jouer progressivement de la nuance piano (doucement) à la nuance forte (fort) n’est pas possible avec des instruments comme le clavecin, l’épinette ou l’orgue.


En français, le nom de « piano-forte » est réservé aux instruments anciens, assez différents du piano moderne. L’appellation « piano », courante en anglais et dans les langues latines hormis l’italien où il se nomme toujours pianoforte, varie d’une langue européenne à l’autre. Dans les langues germaniques on l’a d’abord appelé Hammerklavier (spécification inscrite par Beethoven en tête de sa sonate op. 106 : Grosse Sonate für das Hammerklavier c’est-à-dire Grande sonate pour « clavier à marteaux ») d’où est resté en usage l’abréviation Klavier toutefois différenciée du Flügel abréviation de l’ancien Hammerflügel (aile à marteaux) nommant le piano à queue, mais il en existe d’autres comme zongora en hongrois, ou encore en russe Фортепьяно (fortepiano, autre appellation italienne) pour le nom générique, рояль (« royal ») pour le piano à queue, пианино (pianino : petit piano en italien) pour le piano droit qu’on appelle aussi, de manière plus formelle, Вертикальное фортепьяно (piano vertical, comme en espagnol), etc.

Piano, carte maximum, Luxembourg.

Le piano est un instrument polyphonique à clavier, dont les cordes sont frappées par des marteaux1. Ses cordes sont tendues devant une table d’harmonie, à laquelle elles transmettent leurs vibrations par l’intermédiaire d’un chevalet ; elles sont frappées par des marteaux couverts de feutre, actionnés par l’enfoncement des touches du clavier. La vibration des cordes est arrêtée par un étouffoir en feutre, plus mou, lorsque la touche du clavier est entièrement relâchée. Le piano standard est composé de 36 touches noires et 52 touches blanches, soit un total de 88 touches. Il existe principalement des pianos droits et des pianos à queue. Le piano est composé de trois pédales, actionnées par les pieds du musicien. Celle tout à gauche sert à diminuer le son, celle du milieu à l’étouffer ou à maintenir une note et celle de droite, à prolonger et à faire résonner l’ensemble des notes jouées.

Ressemblant au clavicorde ou au clavecin, le piano créé au début du XVIIIe siècle présente une mécanique totalement nouvelle1. Contrairement à l’orgue ou au clavecin, le son du piano est modulable comme pour le clavicorde qui peut jouer « piano » et « forte ».

L’écrivain italien Scipione Maffei publie en 1711 la première description d’un gravecembalo col piano e forte qu’il a vu deux ans auparavant, incluant un schéma de son mécanisme ; cet article sera ensuite traduit et diffusé dans toute l’Europe. Les premiers exemplaires connus du pianoforte ont été fabriqués par Bartolomeo Cristofori à Florence. Seuls trois instruments ont survécu jusqu’à aujourd’hui. Ils sont conservés au Metropolitan Museum of Art de New York (1720), au Musée national des Instruments de musique de Rome (1722) et au Musikinstrumenten-Museum de l’université de Leipzig (1726).

La date de fabrication du premier piano-forte par Cristofori est incertaine, mais un inventaire réalisé par ses employeurs, la famille Médicis, indique l’existence d’un « clavecin qui peut jouer piano et forte » (« cimbalo che fa il piano e il forte ») en 1700. Cristofori ne construit en tout qu’une vingtaine de piano-forte jusqu’à sa mort en 1731, améliorant sans cesse son invention, sans qu’elle devienne un succès commercial malgré la qualité des instruments. Silbermann, son premier et principal successeur de renom allemand, en fabrique dès 1726 sans tout d’abord parvenir à l’égaler, d’après les schémas publiés en 1709, sur lesquels les trouvailles ultérieures de Cristofori sont naturellement absentes.

Des documents décrivant des claviers utilisant des marteaux remontent aux xve et xvie siècles6 ; deux inventeurs proposent des croquis d’instruments similaires à celui de Cristofori, de manière indépendante mais sans jamais construire de prototype : le Français Jean Marius envoie en 1716 des plans de clavecin à maillets à l’Académie royale des sciences et l’Allemand Christoph Gottlieb Schröter réalise des croquis en 1717 (à l’âge de 18 ans) qui seront repris par la suite.

Le défi consiste à adapter un clavier au cymbalum, ce qui revient à actionner avec un clavier — et avec un bon degré de maîtrise — les marteaux du cymbalum tout en liant l’effet de ce dernier à l’étouffement du son. Cristofori n’est peut-être pas le premier à avoir relevé le défi mais il y consacre bien quelque trente années de sa carrière avec un succès technique indéniable quoique non reconnu de son vivant.

Le lien du piano avec le clavecin (instrument à cordes « pincées » par un ou des plectres, et sans maîtrise manuelle de l’intensité) est partiel puisque, au début, il hérite de sa forme avec sa partie harmonique mais se différencie par son mécanisme. Ses amplitudes sonore et expressive alliées au développement du concerto l’amèneront postérieurement à le concurrencer.

Les premiers pianos ont particulièrement profité des siècles de travaux et de perfectionnements apportés au clavicorde, notamment par le raffinement des méthodes de construction des structures (en bois à cette époque), ainsi que celles de la conception de la table d’harmonie, du chevalet et du clavier, peu standard aussi bien en taille qu’en allure. Cristofori était lui-même un facteur de clavicordes et de clavecins, bien au fait des techniques de fabrication de tels instruments et des connaissances théoriques associées à celles-ci.

La découverte principale de Cristofori est la résolution du problème mécanique intrinsèque aux pianos : les marteaux doivent frapper les cordes mais cesser d’être en contact avec elles une fois frappées afin de ne pas étouffer le son (en entravant leur vibration) ; ils doivent, de plus, retourner à leur position initiale sans rebondir, et cela rapidement pour permettre l’exécution de notes répétées à une vitesse satisfaisante. Cependant, ce problème posera des problèmes de stabilité mécanique presque jusqu’à la mort de Mozart (1791), voire au-delà, à mesure que l’exigence à l’endroit de l’instrument croissait. Cristofori a apporté plusieurs innovations : l’échappement, le doublement et l’épaississement des cordes, les marteaux recouverts de cuir et le renforcement de la caisse.

Silbermann (1683-1753), issu d’une famille de facteurs d’orgues reconnue, qui en fabrique à partir de 1726. Les piano-fortes de Silbermann étaient presque des copies conformes de ceux de Cristofori, à partir des plans de Maffei de 1709 qui n’incluaient pas les trouvailles postérieures, à une exception importante près : ils possédaient l’ancêtre de la pédale forte (se présentant sous la forme d’un levier difficilement utilisable pendant le jeu) qui permet de relever en même temps tous (ou par moitié) les étouffoirs sur l’ensemble des cordes ; presque tous les pianos construits par la suite reprendront cette innovation. Silbermann montra à Bach l’un de ses premiers instruments dans les années 1730, mais ce dernier ne l’apprécia pas, trouvant le clavier lourd, les aigus trop faibles et la distorsion trop importante lors de l’attaque pour permettre des dynamiques véritablement intéressantes. Si ces remarques lui valurent une certaine animosité de la part de Silbermann, il semble qu’elles furent prises en compte ; en effet, en 1747, Bach (alors âgé de 62 ans, ayant sans doute perdu le goût des déconvenues dues à la susceptibilité aristocratique) approuvera une version plus récente et perfectionnée de l’instrument sur lequel il venait d’improviser des fugues à la demande de Frédéric II de Prusse, lui-même acquis à l’instrument, puisqu’il en possédait quinze. Quoi qu’il en soit, quelques œuvres postérieures à 1730, dont celles du 2e tome des Exercices pour clavier (le Concerto italien BWV 871 et l’Ouverture à la française BWV 831), portent nombre d’indications claires d’intensité piano et forte, pour un Clavicÿmbel mit zweÿen manualen, mais qui ne correspondent qu’à la registration demandée, c’est-à-dire, en l’occurrence, au choix du clavier sur lequel on joue: le clavier supérieur en effet est en général plus doux que l’inférieur. Bach et le piano, l’énigme reste ouverte.

L’essor de la facture de pianos eut lieu d’abord en Allemagne, puisque, Silbermann non seulement construisit des pianos entre 1726 et sa mort (en 1753) mais encore il forma nombre de facteurs réputés pour leur inventivité et la qualité de leurs instruments. Parmi les plus connus, dans l’ordre chronologique, on trouve : Christian Ernst Friederici (1709-1780) d’une famille de facteurs d’orgues aussi, installé à son compte dès 1737, Americus Backers (en) (mort en 1778), installé en Angleterre vers 1750 (la date exacte n’étant pas encore connue), Johannes Zumpe (en) (1726-1790) qui travaille à Londres dès 1756 pour le facteur de clavecins d’origine suisse Burckhardt Tschudi (1702-1773, ayant anglicisé son nom en Burkat Shudi, beau-père de son illustre successeur John Broadwood). Zumpe s’installe à son compte en 1761 et, enfin, Johann Andreas Stein (1728-1792) père de l’école viennoise (quoique n’ayant pas vécu à Vienne) qui, outre la transformation du système de levage manuel des étouffoirs en un mécanisme se présentant, jusqu’à la fin du xviiie siècle, sous la forme d’une ou deux genouillères (obligeant à lever le(s) genou(x) pour l’actionner au lieu de se servir d’une main), réinterpréta entre 1775 et 1785 le système d’échappement de Backers, créant la fameuse Prellmechanik (mécanique à heurtoir) qu’on a l’habitude d’appeler « mécanique viennoise ». Mozart ayant d’abord possédé, comme son père, des instruments Friederici devint un adepte de ceux de Stein en 1777.

La facture anglaise s’est développée à la suite des « douze apôtres », apprentis de Silbermann, s’étant installés à Londres, Backers étant l’inventeur, en 1772, du pilote mobile (véritable échappement) permettant une répétition plus rapide et forte. John Broadwood (1732-1812) et Robert Stodart (de) (1748-1831) sauront tirer profit des trouvailles. Broadwood, après avoir produit des pianos d’après les plans de Zumpe, commença à étudier scientifiquement la manière de les perfectionner en sollicitant la Royal Society et le British Museum dès 1788 ce qui semble avoir conduit à la création de la double table d’harmonie qu’on trouve encore sur les pianos Pleyel jusqu’au milieu du XIXe siècle. L’engouement pour le piano qui s’est développé entre la fin de la décennie 1770 et le début de celle de 1790 fut tel que Broadwood abandonna la fabrication de clavecins, devenus difficiles à vendre, dès 1793. La construction de pianos devint un marché si porteur dans l’Angleterre du dernier quart du XVIIIe siècle que de nombreuses entreprises furent créées, attirant savoir-faire et capitaux.

Durant la fin du XVIIIe siècle et le début du XIXe siècle, l’école viennoise connut aussi son essor, comptant parmi ses membres, Anton Walter, Johann Andreas Streicher et sa femme Nannette Stein Streicher, fille du célèbre Johann Andreas Stein, devenue une remarquable factrice, Jakob Schelkle, moins connu puis, début xixe siècle, Conrad Graf. Les pianos de style « viennois » étaient d’abord fabriqués sans cadre avec seulement un barrage en bois, deux cordes par note, et des marteaux recouverts de cuir. C’est pour des instruments de ce type que sont écrits les concertos et sonates de Mozart et les premières œuvres de Beethoven, encore qu’il faille noter que sa sonate op. 13 de 1799 porte le titre de « Grande sonate pathétique pour le clavecin ou le piano-forte », ce qui laisse entendre une relativement faible diffusion de l’instrument à Vienne à cette époque. Haydn, quant à lui, n’introduit les indications de nuance dans ses sonates qu’à partir de 1780 (Hob. XVI: 35), bien après Mozart. Le développement de l’instrument fut tel que des compositeurs, interprètes et pédagogues de renom tels que Muzio Clementi se lancèrent dans la production et la vente d’instruments (un consortium dirigé par Clementi acheta en 1798 l’éditeur et facteur Longman & Broderip, alors en faillite). Cet instrument avait un son plus doux et plus cristallin que celui des pianos modernes sauf à la frappe, particulièrement dans le forte, où il était plus criard ce qui imposait des précautions inhabituelles au clavecin mais qui s’estompèrent avec les progrès mécaniques. Cette clarté est perceptible dans l’écriture de Mozart à qui il arrive d’écrire des accords pleins à la basse qui sonnent de manière distincte (cf. concerto K 453, par exemple). Inutile de dire que l’effet de ce type d’écriture n’est pas le même, par exemple chez Bartók, un siècle et demi plus tard. L’introduction des améliorations venues d’Angleterre (notamment le renfort par des pièces en métal) se fit petit à petit, pour contrebalancer la concurrence des instruments Broadwood qui remportaient le suffrage des pianistes.

En France, la situation politique et économique de la fin du XVIIIe siècle et du début du XIXe siècle faisait que son attrait était moindre que celui de l’Angleterre. Par exemple, le facteur Sébastien Érard choisit l’exil anglais pendant les années les plus noires de la Terreur (et un peu au-delà : de 1792 à 1796).

Le piano du XVIIIe siècle fut une affaire d’artisans et de créateurs parfois très ingénieux travaillant en atelier, même si la structure économique et technologique anglaise annonçait le boom industriel à venir.

Le développement de l’instrument qui a conduit au piano que nous connaissons a été le fruit d’une collaboration concurrentielle entre des facteurs nombreux situés dans ce qui était – ou allait devenir – les principales puissances mondiales possédant un usage social ou individuel développé de la musique (car il faut bien qu’il y ait un public à même d’acheter les nouveautés des facteurs). La bourgeoisie adoptant l’instrument et la pratique musicale, les musiciens-compositeurs sont passés du rang de laquais à celui de génies et les pianos ont épousé le développement industriel et scientifique. Il en résulte donc que ce sont les Français, les Britanniques, les Allemands et, pour finir, les Américains qui sont les acteurs de la transformation de l’instrument au XIXe siècle.

En France, au cours des années 1820, Sébastien Érard (1752-1831, dont le nom s’orthographiait Erhard, natif de Strasbourg et arrivé à Paris en 1768 ; facteur de pianos dès 1777 et à Londres dès 1792, avec dépôt du nom en 1797) et Ignace Pleyel (1757-1831, un Autrichien de Ruppersthal, facteur de pianos à Paris depuis 1807), se firent une concurrence importante, adoptant l’un « l’école de la robustesse » l’autre celle « de la légèreté ». On sait que Chopin qui racontait que, dans son enfance, il avait eu un piano lourd, préférait Pleyel (qui lui offrait ses pianos) et Liszt, un mélange de virtuose et de « chevalier romantique » préférait, dans sa jeunesse, Érard. La firme Érard apporta certainement les innovations les plus importantes après son installation en Angleterre du fait de la concurrence directe avec Broadwood, surtout du point de vue de la mécanique de l’instrument. En témoignent plusieurs centaines de brevets qu’elle a déposés en France et en Angleterre décrivant des améliorations importantes dont le système à répétition double échappement, (dernier brevet de 1821) qui permet à une note d’être aisément rejouée même si la touche n’est pas encore revenue à sa position initiale ; une innovation que les grands virtuoses apprécieront avec le développement de la virtuosité (c’est-à-dire la maîtrise la plus rapide possible des difficultés traditionnelles ou innovantes). Le système sera amélioré en famille puis, vers 1840, par Henri Herz (un Autrichien de Vienne installé à Paris dès 1816). Le principe dit du double échappement devint finalement le mécanisme standard des pianos à queue, utilisé par tous les facteurs. Pleyel s’entoura d’excellents professionnels : Jean-Henri Pape (1789-1875, un Allemand de Sarstedt installé à Paris en 1811), et, quoique moins importants, Auguste Wolff (1821-1887) et Gustave Lyon (1857-1936). Camille Pleyel (fils d´Ignace) fit par ailleurs construire à Paris des salles de concert portant le nom de son père (la Salle Pleyel que nous connaissons aujourd’hui a été inaugurée en 1927) et implanta la première usine électrifiée, préfigurant les méthodes de production modernes. Malgré tout, la production française aura, à l’origine, largement bénéficié des apports de l’école d’outre-Rhin (Pleyel, Pape).

Henri Pape, à Paris, semble avoir été à l’origine d’innovations ou adaptations importantes : dès 1813 il filait (avec du cuivre) les cordes en acier pour les basses (le procédé, dans la cithare, de la corde en métal filée par étirement, toujours en usage dans le piano, est connu depuis la seconde moitié du xive siècle). En 1826, il remplace la couverture en cuir des marteaux par du feutre (de la laine de mouton ou, à l’époque parfois de lapin, bien tassée) permettant une harmonisation plus fine du timbre de l’instrument au moment de la frappe. Le triple cordage du médium et de l’aigu est, lui, généralisé par Broadwood, à Londres, dès 1817. L’emploi de l’acier filé au diamant se généralise dès 1834 et sa qualité n’a cessé de s’améliorer jusqu’à aujourd’hui ; plusieurs fabricants réputés existent en Allemagne : Röslau, Vogel, Rose, Gug…

S’il existe un échange épistolaire entre les facteurs américains Thomas Loud et Alpheus Babcock, il semble que ce soit ce dernier, à Boston, achevant une tendance d’utilisation croissante de parties métalliques dans la fabrication du piano pour le renforcer, qui ait fondu, dans les années 1824-1825, en une seule pièce le premier cadre (c’est-à-dire l’armature située au-dessus de la table d’harmonie servant à supporter la tension sans cesse croissante des cordes due aussi bien à leur nombre qu’à leur masse) et, en 1828, il croise les cordes sur un piano carré (les cordes basses passant au-dessus des cordes blanches et portent sur un chevalet séparé). Cette configuration répartit mieux les tensions mais permet surtout une plus grande longueur de cordes pour un moindre encombrement, tout en ramenant le chevalet des basses au centre de la table où la faculté vibratoire de celle-ci est plus importante, donnant une plus grande puissance à l’instrument ; la disposition moderne des cordes était née. Il s’intéresse aussi à la couverture des marteaux. Jonas Chickering qui, ayant assimilé les innovations de son prédécesseur, deviendra le premier fabricant de pianos du milieu du XIXe siècle aux États-Unis, à Boston aussi, dépose le brevet d’un cadre en une seule pièce (mais sans croisement des cordes) pour les pianos de concert, dès 1843. Dès le milieu du XIXe siècle les États-Unis semblent être plus prometteurs que l’Angleterre. L’Allemand Rönisch brevettera un cadre d’une seule pièce seulement en 1866 (donc tardivement par rapport aux États-Unis mais en rapport au boom industriel allemand), époque où Steinway réussit aux États-Unis. Notons que Heinrich Engelhard Steinweg, anglicisé en Henry E. Steinway (1797-1871), de Wolfshagen, (Allemagne), n’a émigré à New York qu’en 1850, avec trois ou quatre de ces cinq enfants (Théodore, le plus doué s’occupant de l’atelier allemand Steinweg qui fusionnera, en 1858, avec l’entreprise de Friedrich Grotrian ; Théodore partant pour les États-Unis en 1865 donnera l’élan définitif à la marque déjà reconnue et la manufacture Steinway allemande ne fut fondée qu’en 1880, à Hambourg, pour les besoins européens). La pédale tonale est inventée en 1844 par Jean Louis Boisselot, améliorée en 1862 par Claude Montal11 et brevetée en 1874 par Albert Steinway. Le piano de concert moderne atteint sa forme (presque) actuelle dès le dernier quart du XIXe siècle.

Si on devait résumer en termes nationaux : sur une idée italienne reprise, perfectionnée et diffusée par les Français et les Allemands puis développée et industrialisée par les Britanniques postérieurement rejoints par les Américains qui l’achevèrent par un nouvel apport allemand, il en est sorti, il y a environ 150 ans, une synthèse constituant un standard aujourd’hui toujours en vigueur.

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.