“Le petit Prince”, l’œuvre littéraire la plus connue.

Le Petit Prince est une œuvre de langue française, la plus connue d’Antoine de Saint-Exupéry. Publié en 1943 à New York simultanément à sa traduction anglaise, c’est une œuvre poétique et philosophique sous l’apparence d’un conte pour enfants.

Traduit en trois cent soixante et une langues, Le Petit Prince est le deuxième ouvrage le plus traduit au monde après la Bible.

Le langage, simple et dépouillé, parce qu’il est destiné à être compris par des enfants, est en réalité pour le narrateur le véhicule privilégié d’une conception symbolique de la vie. Chaque chapitre relate une rencontre du petit prince qui laisse celui-ci perplexe, par rapport aux comportements absurdes des « grandes personnes ». Ces différentes rencontres peuvent être lues comme une allégorie.

Les aquarelles font partie du texte et participent à cette pureté du langage : dépouillement et profondeur sont les qualités maîtresses de l’œuvre.

On peut y lire une invitation de l’auteur à retrouver l’enfant en soi, car

« toutes les grandes personnes ont d’abord été des enfants. (Mais peu d’entre elles s’en souviennent.) ».

L’ouvrage est dédié à Léon Werth, mais « quand il était petit garçon ».


Le narrateur est un aviateur qui, à la suite d’une panne de moteur, a dû se poser en catastrophe dans le désert du Sahara et tente seul de réparer son avion (Antoine de Saint-Exupéry se met en scène lui-même dans son œuvre).

Le petit prince, carte maximum, Paris, 12/09/1998.

Le lendemain de son atterrissage forcé, il est réveillé par une petite voix qui lui demande : « S’il vous plaît… dessine-moi un mouton ! »

Très surpris par cette apparition miraculeuse et incongrue, l’aviateur obéit, mais aucun de ses moutons ne convient au petit prince. Excédé, le narrateur dessine la caisse du mouton : « Ça, c’est la caisse. Le mouton que tu veux est dedans ». Le petit prince s’en montre cette fois-ci satisfait et remarque que le mouton « s’est endormi ».

Jour après jour, le petit prince raconte son histoire au narrateur. Il vit sur une autre planète, appelée par les grandes personnes « l’astéroïde B 612 », « à peine plus grande qu’une maison ». Sa planète avait été découverte, en 1909, par un astronome turc que personne n’avait pris au sérieux à cause de ses vêtements traditionnels. Refaisant sa conférence, en 1920, en costume et cravate après une réforme dans son pays, il avait cette fois-ci été longuement applaudi.

Les activités du petit prince consistent essentiellement à ramoner les volcans et à arracher les baobabs pour qu’ils n’envahissent pas sa planète. Une aquarelle pleine page montre une planète rendue inutilisable par trois baobabs qu’on a trop attendu pour arracher. L’auteur indique que si ce dessin est effrayant, c’est qu’il était « animé par le sentiment de l’urgence » en le dessinant.

Après ces activités, le petit prince va contempler un coucher de soleil ; son astéroïde est si petit qu’il lui suffit de déplacer sa chaise de quelques mètres pour cela : une fois, il a vu le Soleil se coucher quarante-quatre fois à la suite. Il n’hésite d’ailleurs pas à préciser au narrateur que « quand on est tellement triste, on aime les couchers de soleil ».

Ayant assisté à la naissance d’une rose superbe — orgueilleuse, coquette et exigeante —, le petit prince découvre que l’amour… peut avoir des épines. Il décide alors de quitter sa planète et d’aller explorer les étoiles, en quête d’amis. Il dira au narrateur qu’il n’aurait jamais dû quitter sa planète, car « il ne faut jamais écouter les fleurs ». Il a ainsi rencontré, murés dans leur solitude, une galerie de personnages : le monarque d’un empire factice (qui ne voit en lui qu’un sujet), le vaniteux (qui le voit comme un admirateur), le buveur qui boit pour oublier qu’il boit, le businessman propriétaire d’étoiles, l’allumeur de réverbères qui obéit à une consigne sans se poser de questions (le seul dont le Petit Prince a su se faire un ami, étant tout de même obligé de le quitter étant donné la petite taille de sa planète sur laquelle il n’y a pas de place pour deux), et le géographe écrivant d’énormes livres, lesquels, au chagrin du petit prince, ne recensent pas les choses importantes de la vie, mais uniquement les pérennes…

« J’aurais aimé commencer cette histoire à la façon des contes de fées. » Le regret du narrateur est clair. Pourtant, lors de sa parution, Le Petit Prince n’a pas reçu l’accueil de Terre des hommes ni de Pilote de guerre, considéré par le rédacteur en chef du journal américain The Atlantic comme « la plus grande réponse que les démocraties aient trouvée à Mein Kampf ». Pourtant, malgré sa chevelure dorée, son écharpe aérienne et son rire délicieux d’enfant, le Petit Prince est foncièrement grave. Il a vu le jour en temps de guerre et un dessin terrifiant d’une planète envahie par trois baobabs (bien enracinée dans la terre) que l’on n’a pas su couper à temps, dessiné « avec le sentiment de l’urgence » écrit l’auteur, peut faire penser aux trois puissances de l’Axe.

En 1935 paraît Terre des hommes. Dans le train qui le conduit à Moscou, Saint-Exupéry rencontre un couple d’ouvriers : « Entre l’homme et la femme, l’enfant, tant bien que mal, avait fait son creux et il dormait. Mais il se retourna dans le sommeil, et son visage m’apparut sous la veilleuse. Ah ! quel adorable visage ! Il était né de ce couple-là une sorte de fruit doré. Il était né de ces lourdes hardes cette réussite de charme et de grâce. Je me penchai sur ce front lisse, sur cette douce moue des lèvres, et je me dis : voici un visage de musicien, voici Mozart enfant, voici une belle promesse de la vie. Les petits princes des légendes n’étaient point différents de lui. »6 Le personnage était déjà nommé.

Le 29 décembre de la même année, Saint-Exupéry tente d’assurer la liaison de Paris-Saïgon mais son avion s’écrase le 31 décembre dans le désert de Libye. C’est une caravane de nomades qui le sauvera : la rencontre « miraculeuse » et comme « tombée du ciel » vient de naître.

Michel Quesnel précise que « lorsqu’il fréquente les petits restaurants, Saint-Exupéry alimente sa patience en griffonnant, sur le papier gaufré qui lui tient lieu de nappe, l’esquisse d’un jeune personnage auquel il suffira qu’on l’ampute d’ailes inutiles et qu’on laisse rayonner ses cheveux pour qu’il devienne le Petit Prince ».

Petit à petit, les courriers personnels de l’auteur font apparaître la silhouette très nette que nous connaissons du personnage. En mai 1940, dans une lettre qu’il envoie à Léon Werth, à qui est dédié le livre, apparaît sur son nuage un petit personnage au regard courroucé, en face d’une planète habitée par un vieux mouton cornu, plantée d’arbres et ornée en premier plan par une rose.

Le personnage du petit prince aurait aussi été inspiré à Saint-Exupéry par la personnalité de Pierre Sudreau. Une autre histoire, tenace au Québec, affirme que le Petit Prince serait inspiré de Thomas De Koninck, fils de son ami Charles De Koninck chez qui il a séjourné à Québec en 1942. Saint-Exupéry fait poser Denis de Rougemont pour dessiner les croquis du Petit prince. Devenus amis, de Rougemont et Saint-Exupéry s’installent ensemble à New York, dans des appartements voisins, pour que de Rougemont puisse continuer à relire les brouillons du Petit prince.

Également, l’auteur s’est probablement inspiré de son filleul et neveu François d’Agay, fils de sa sœur cadette Gabrielle pour créer le personnage du Petit Prince.

Le petit prince, entier postal, Croatie.

Le Petit Prince fait son apparition dans les librairies aux États-Unis en 1943. Mais Saint-Exupéry y pense depuis plus de sept ans déjà. À moins que l’on ne puisse lire l’ouvrage comme une « autobiographie discrète », la mort de son frère François, qu’il nommait « le roi soleil », en juillet 1917 marquant peut-être le passage d’Antoine du stade d’adolescent à celui d’adulte. Prévu comme un conte de Noël devant sortir pour les fêtes de Noël en 1942 selon Eugene Reynal, son éditeur américain qui avait suggéré à Saint-Exupéry de mettre en texte l’histoire du petit bonhomme qu’il n’arrêtait pas de dessiner partout, Le Petit Prince sort finalement en anglais et en français le 6 avril 1943 aux éditions Reynal & Hitchcock puis en France aux éditions Gallimard en novembre 1945 (dont il reste, en 2020, le plus grand succès).

L’ouvrage, vendu à plus de cent quarante-cinq millions d’exemplaires dans le monde et douze millions d’exemplaires en France, est traduit en 270 langues et dialectes, ce qui en fait l’ouvrage de littérature le plus vendu au monde et le plus traduit après la Bible : les langues les plus connues des cinq continents, mais aussi dans des langues moins répandues comme la langue corse, le breton, le tagalog aux Philippines, le papiamento à Curaçao, le féroïen aux îles Féroé, le frioulan en Italie, l’aragonais en Espagne, le romanche en Suisse, l’irlandais (gaelique) en Irlande, le quichua en Équateur, le guarani au Paraguay, ainsi qu’en espéranto et dans les nombreuses langues de l’Inde : le bengali, l’hindi, le télougou, le marâthî, le panjâbî, le tamoul, le malayalam. En 2005, Le Petit Prince fut traduit en toba, une langue amérindienne du nord de l’Argentine, sous le titre So Shiyaxauolec Nta’a. C’est le premier livre à avoir été traduit dans cette langue après le Nouveau Testament.

Phénomène d’édition, phénomène culturel, Le Petit Prince est international. Plus de cent-trente millions de livres, cassettes, DVD, CD audio vendus dans le monde, un musée au Japon, un opéra aux États-Unis et en Allemagne, une comédie musicale en France et en Corée, une intégration dans les programmes scolaires au Maroc, au Canada, au Liban, au Japon, en Corée, plus de quatre cents produits dérivés sous licence, etc.

Le livre fut initialement publié à New York, et l’édition française fut ensuite tirée par retramage des gravures de cette édition, dont les originaux n’étaient plus disponibles. Un nouveau tirage en collection Folio au début du XXIe siècle restitua tardivement dans une édition française les illustrations à partir des originaux. Indépendamment de la meilleure qualité technique, on s’aperçut que plusieurs dessins des éditions françaises antérieures avaient été remaniés d’autorité par l’éditeur pour des raisons de mise en page (étoile visée par l’Astronome, par exemple).

Le manuscrit original est conservé à la Pierpont Morgan Library à New York sous la cote 13176121.

Après sa parution en 2017 en dialecte hassanya, la langue utilisée à Tarfaya, ville du Maroc où a séjourné l’auteur, Le Petit Prince devient le livre non religieux le plus traduit au monde avec au moins une édition disponible en plus de trois cents langues, incluant plusieurs langues anciennes.

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *