Le Pérugin, peintre.

Pietro di Cristoforo Vannucci, dit le Pérugin (il Perugino), né vers 1448 à Città della Pieve, près de Pérouse dans les États pontificaux et mort en 1523 à Fontignano (frazione de Pérouse), est un peintre italien de la Renaissance appartenant à l’école ombrienne, qui est l’un des maîtres de Raphaël. Il peint surtout des tableaux religieux, multipliant madones élégantes et anges mélancoliques.


Né entre 1445 et 1450 dans la petite ville de Città della Pieve en Ombrie, non loin de Pérouse, il est le fils de Cristoforo Vannucci qui est, contrairement à ce qu’écrit Vasari, l’un des plus riches notables de la ville. Son père le fait entrer en apprentissage chez un peintre de modeste renommée qui l’initie aux techniques de la fresque et du dessin.

Le Pérugin se forme en étudiant les œuvres de Piero della Francesca et de Verrocchio, dont il est probablement l’élève à Florence entre 1470 et 1472, en compagnie de Léonard de Vinci. Il y découvre la manière flamande du paysage et le portrait naturaliste. En 1472, il quitte son statut d’apprenti et reçoit ses premières commandes des religieuses du couvent San Martino, des camaldules pour lesquelles il réalise un Saint Jérôme. Il travailla principalement en Ombrie, à Florence et à Rome, mais également à Lucques, Bologne, Venise, Crémone, Ferrare et Milan.

Parmi ses œuvres de jeunesse on distingue les Scènes de la vie de saint Bernard (1473), L’Adoration des Mages (1476) et différentes Vierges dispersées dans de nombreux musées d’Europe qui ont longtemps été attribuées à Verrocchio. Dans toutes ces œuvres se dégage un mélange des influences de ses deux maîtres. Un Portrait d’un jeune homme daté de 1475 a jusqu’en 2004 été attribué à Francesco Botticini.

Il travaille à Rome à partir de 1478. Entre 1480 et 1482, il contribue aux fresques de la chapelle Sixtine avec d’autres grands maîtres de l’époque. Le Pérugin y peint trois scènes, dont deux en collaboration avec Pinturicchio (le Baptême du Christ et Moïse voyageant en Égypte). S’affranchissant peu à peu de l’exemple de Piero della Francesca, il privilégie dans ses compositions la clarté, l’équilibre et le classicisme des formes.

Dans les œuvres du Pérugin, comme dans celles du Pinturicchio, ou du jeune Raphaël qui aurait été son élève, le paysage n’est pas considéré comme un simple élément décoratif à l’arrière-plan du tableau. Un dialogue doit s’établir entre le paysage et les figures du premier plan, visant à inscrire celles-ci dans un vaste espace, selon des rapports harmonieux. Cette interprétation a pour effet de permettre au peintre de trouver dans son tableau un équilibre parfait entre l’évocation du réel et la construction mentale.

En 1485, Pietro Vanucci est nommé citoyen d’honneur de Pérouse, ce qui lui vaut son surnom de « Pérugin ».

Lorsque sa réputation est établie, son activité devient débordante. Il ouvre deux ateliers – l’un à Pérouse, l’autre à Florence – pour faire face aux nombreuses commandes qui lui sont confiées. À ce moment son œuvre atteint la plus grande maturité, avec de larges compositions intégrées dans de vastes espaces ouverts. Ses productions se multiplient, mais perdent parfois en qualité, lorsqu’il n’a plus le temps d’en assurer en partie la réalisation. Il demeure, malgré tout, le meilleur peintre de l’Italie de son temps comme le note Agostino Chigi, en 1500 : « Perugino […] è il meglio mastro d’Italia ».

Le Mariage de la Vierge, entre 1500 et 1504. Musée des Beaux-Arts de Caen.
Entre 1494 et 1495 il réalise une Pietà et la fresque de la Crucifixion de l’église Santa Maria Maddalena dei Pazzi.

Entre fin 1495 et 1496, sur commande des décemvirs de Pérouse, il réalise pour la chapelle du Palazzo pubblico, un retable (actuellement dissocié, une partie étant conservée à Pérouse, l’autre au Vatican, représentant la Vierge avec sur ses genoux l’Enfant-Jésus, entourés de saint Laurent, saint Ludovic de Toulouse, puis saint Herculan et saint Constant, protecteurs de la ville.

De 1496 à 1499, il réalise, sur commande des moines bénédictins, un polyptyque pour le maître-autel de l’église Saint-Pierre à Pérouse qui fut démonté à la fin du xvie siècle lors de la rénovation de l’église. Le panneau central représentait l’Ascension avec les douze Apôtres, la Vierge et des anges ; au-dessus, Dieu en majesté. Sur la prédelle figuraient : l’Adoration des Mages, le Baptême du Christ, la Résurrection et deux panneaux montrant les Saints protecteurs de Pérouse. Enfin, en bas des colonnes, de part et d’autre de l’Ascension, six panneaux représentent des Saints bénédictins.

Entre 1500 et 1504 il réalise le Mariage de la Vierge et la Résurrection. C’est de ces années que date son amitié avec le jeune peintre Raphaël, qui vint auprès de lui se former à la technique picturale.

En 1502, le Pérugin reçoit une commande d’un retable pour le chapitre des Augustins de Pérouse, mais la réalisation en fut retardée jusqu’en 1512 et l’œuvre devait rester inachevée à la mort de l’artiste. Le retable a été démembré en 1683. Un fragment représentant Saint Jean l’Évangéliste et saint Augustin se trouve au musée des Augustins de Toulouse. Les autres fragments sont dispersés entre Pérouse, le Louvre, l’Alabama, Lyon et Grenoble.

Dans les dernières années de sa vie, il travaille intensément pour les principales églises d’Ombrie et de Toscane. Isabelle d’Este lui commande en 1503 Le Combat de l’Amour et de la Chasteté (Lotta tra Amore e Castità), pour son studiolo du palais ducal de Mantoue (aujourd’hui au musée du Louvre). En 1508, le pape Jules II lui confie la décoration de la voûte de la chambre de l’Incendie du Borgo (Stanza dell’Incendio del Borgo) au Vatican. À partir de cette date, il travaille à Pérouse et dans ses environs, et on constate un certain appauvrissement du style et une répétition de ses plus grandes compositions. Il y continue à former ses élèves aux méthodes qui lui assurèrent pendant plus de trente ans la reconnaissance de ses contemporains.

La dernière production du Pérugin est surtout liée aux fresques à thème religieux qu’il a réalisées dans les petites localités de l’Ombrie : La Pietà (Spello), L’Adoration des bergers (Trevi), dont la Vierge a été reproduite dans la Vierge trônant (Spello) et la Vierge à l’Enfant de l’oratoire de l’Annunziata à Fontignano, près de Pérouse, où il a réalisé ses dernières œuvres.

Le Pérugin est mort de la peste tandis qu’il travaillait à ces réalisations ; il a été d’abord enseveli juste en dehors de la localité. Actuellement sa dépouille est conservée dans l’oratoire de l’Annunziata à Fontignano.

À Assise, dans la basilique Sainte-Marie-des-Anges construite au xvie siècle englobant la chapelle de la Portioncule (une petite chapelle, déjà en place au vie siècle, où en 1208, saint François fonda son ordre), une nouvelle œuvre jusqu’alors inconnue a été découverte, lors des travaux de restauration de cette chapelle. Il s’agit d’une fresque représentant une Crucifixion, qui a été attribuée au Pérugin. Elle aurait été peinte en 1486, année où Pietro Vanucci est venu à Assise en août, comme en attestent des archives.

Le Pérugin a fortement influencé Fiorenzo di Lorenzo ainsi que, dans son début, Raphaël qui l’avait lui-même choisi comme maître.

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.