Le parc national de Yosemite (USA).

Le parc national de Yosemite (en anglais : Yosemite National Park ;  est un parc national américain, situé dans les montagnes de Sierra Nevada, dans l’est de l’État de Californie. Avec une superficie totale de 3 081 km2, il est le troisième plus grand parc national de Californie après ceux de la vallée de la Mort et de Joshua Tree. Classé parc national le 1er octobre 1890, Yosemite est le deuxième plus ancien de l’histoire des États-Unis, après celui de Yellowstone.

Plus de 3,5 millions de touristes le fréquentent chaque année avec un record de 5 millions en 2016, ce qui en fait, avec le Grand Canyon et les Great Smoky Mountains, l’un des sites naturels les plus visités du pays. Ses chutes d’eau et ses dômes granitiques spectaculaires attirent chaque année des milliers de randonneurs et grimpeurs venant du monde entier. Yosemite est un parc de haute montagne dont la diversité naturelle et paysagère est reconnue patrimoine mondial par l’UNESCO en 1984. Cependant, l’intense fréquentation touristique, au printemps et en été, pose des problèmes environnementaux dans la vallée de Yosemite.


La phase la plus ancienne a lieu pendant le précambrien et le début du paléozoïque : la région du Yosemite, située alors sur une marge continentale passive, est lentement recouverte par des dépôts sédimentaires. Entre la fin du dévonien et le permien, la Laurentia (ancêtre de la plaque nord-américaine), pousse vers l’ouest et entre en collision avec la plaque océanique de Farallon. Ce processus donne naissance à un arc insulaire volcanique ; par le jeu de la tectonique des plaques, l’espace océanique disparaît progressivement et l’arc insulaire névadien se retrouve soudé à la plaque continentale.

Au cours du mésozoïque, l’orogenèse névadienne affecte l’Ouest de  l’Amérique du Nord et construit une chaîne de montagne d’une altitude de 4 500 mètres, ancêtre de l’actuelle Sierra Nevada. Les roches sédimentaires se trouvent portées en altitude. L’orogenèse s’accompagne de phénomènes volcaniques et de remontées de magma : une première phase de plutonisme régional commence à la fin du trias et se poursuit jusqu’au jurassique, il y a environ 150 millions d’années. C’est dans ce contexte que les plutons se refroidissent très lentement pour constituer des batholites, à environ 10 km de profondeur. La deuxième phase de formation de roche plutonique s’étale de 120 millions à 80 millions d’années. À la fin du crétacé, l’érosion et le soulèvement des terrains mettent au jour les masses de granite.

Entre 20 et 5 millions d’années avant notre ère, des phénomènes  volcaniques affectent le nord et l’est du Yosemite : les géologues ont retrouvé des traces d’épandage de lave et de cendres, ainsi que des orgues basaltiques.

Il y a 10 à 20 millions d’années, la Sierra Nevada commence à se soulever par l’est où apparaissent de nombreuses failles actives. La partie orientale de la chaîne s’élève brusquement au-dessus de l’actuelle vallée de l’Owens, alors que le versant occidental se forme en pente douce. Ce soulèvement provoque l’encaissement des cours d’eau : c’est à cette époque que les vallées fluviales se creusent avec un profil en « V20 ». Il provoque aussi des fissures et des diaclases dans le granit qui facilite le travail de l’érosion.

À la suite des phases de refroidissement de l’ère quaternaire, des glaciers se forment et érodent les vallées en modifiant leur profil (en vallées glaciaires telles que les vallées de Hetch Hetchy ou de Yosemite). Ces dernières ont un fond plat et large, parfois occupé par des lacs. Les parois qui les encadrent sont escarpées et forment par endroits de véritables falaises. Enfin, les moraines représentent les traces les plus caractéristiques du passé glaciaire de la région.

Les spécialistes attribuent des noms aux périodes de glaciation ; celles qui ont affecté le Yosemite sont Sherwin (ou pré-Tahoe), Tahoe, Tenaya et Tioga. La plus importante et la plus ancienne est celle de Sherwin au cours de laquelle toutes les vallées de la région étaient occupées par des glaciers. Les trois autres appartiennent à la grande glaciation du Wisconsin (entre 85 000 et 7 000 av. J.-C.). Le plus grand glacier recouvrait le Grand Canyon de la Tuolumne, long de 95 km. Seuls les plus hauts sommets comme le mont Dana, le pic Matterhorn et le mont Conness, étaient dépourvus de glacier. Le retrait des glaciers a souvent laissé des moraines qui verrouillèrent des lacs tels que le Lac Yosemite (9 km de long), aujourd’hui disparu.

Les glaciers actuels se sont formés au cours du Petit Âge glaciaire ; ils se trouvent dans des cirques exposés au nord et à très haute altitude. Mais le réchauffement climatique actuel tend à les faire disparaître.

Il y a environ 4 000 ans, les Amérindiens Miwoks et Païutes occupent paisiblement la région, après s’être sédentarisés. Ils nouent des liens avec les tribus voisines et font venir des régions situées à l’est de la Sierra Nevada des pignons, de l’obsidienne et d’autres produits. Ils utilisent des paniers plutôt que des poteries pour stocker et échanger leurs biens. Certains de ces objets sont visibles au musée du Yosemite, ainsi que la reconstitution d’un de leurs villages.

La tribu Ahwahnechee qui s’installe dans la vallée de Yosemite est  constituée de renégats d’autres tribus particulièrement féroces. Ils étaient appelés Yohhe’meti ou Yoṣṣe’meti (« ceux qui tuent ») par les Miwoks. Les Ahwahneechee entrent en contact avec les colons au XIXe siècle.

Menés par Joseph R. Walker, les premiers trappeurs fréquentent la Sierra Nevada dès les années 1830 ; à partir de 1848, la découverte de l’or en Californie attire les aventuriers de l’est du pays. En 1851, l’État de Californie nouvellement créé décide d’envoyer un bataillon. L’unité est dirigée par le major John Savage et construit un fort. Les Amérindiens, craignant d’être submergés, attaquent les Américains : c’est la « guerre indienne de Mariposa ». Ils finissent par être vaincus. Ils sont d’abord regroupés dans une réserve près de Fresno (Californie) avant de revenir dans la vallée de Yosemite. Après avoir attaqué des chercheurs d’or au printemps 185225, les Ahwahneechee se réfugient dans la tribu proche des Monos mais finissent par être massacrés.

Les Yosemite appelaient la vallée qui porte aujourd’hui le même nom Awooni ou Owwoni, ce qui signifiait « grande bouche ouverte » en référence à l’apparence de la vallée depuis le village de Ahwahnee (nom qui désignait également toute la vallée). Le nom actuel de la région est attribué au docteur Lafayette H. Bunnell, qui accompagnait la compagnie de John Savage. Le médecin croyait que le nom Yosemite signifiait « Grizzly », une confusion qui vient du fait que dans le langage Miwok, ïhümat.i ou ïsümat.i, signifiait Grizzly.

Dans la deuxième moitié du XIXe siècle, la réputation de la vallée de Yosemite attire déjà de nombreux visiteurs. James Madison Hutchings comprend vite que le tourisme est une source importante de revenus et devient l’un des premiers entrepreneurs de la région. Un premier hôtel est construit en 1856, suivi par d’autres, comme le Wawona Hotel en 1879 ; les constructions se multiplient rapidement, de nombreux arbres sont coupés et l’élevage est introduit sur les prairies, menaçant l’équilibre des  écosystèmes.

C’est à cette époque que les photographes Charles Leander Weed, Carleton Watkins et Robert Vance prennent des clichés de la vallée du Yosemite. Watkins publie des photographies stéréoscopiques dans les années 1860.

Galen Clark, qui découvrit Mariposa Grove, et le sénateur John Conness militent en faveur de la protection du Yosemite. En 1864, le président des États-Unis Abraham Lincoln décide de protéger la vallée de Yosemite ainsi que Mariposa Grove des intérêts privés par décret : il crée le premier parc régional du pays. En 1866, le gouvernement fédéral de Californie nomme Galen Clark comme premier gardien du Yosemite. Mais il meurt six mois après, et est enterré dans le cimetière du parc. En 1869, le premier chemin de fer transcontinental relie les deux côtes des États-Unis ; le nombre de visiteurs dépasse le millier pour la première fois à Yosemite : le succès ne fera que grandir par la suite. En 1879, la première chapelle — encore debout aujourd’hui — est érigée.

Grâce à la détermination du naturaliste John Muir (1838-1914) et de Robert Underwood Johnson (1853-1937, rédacteur en chef du magazine Century), un vaste espace autour de la vallée de Yosemite est transformé en parc naturel national le 1er octobre 1890 : c’est le troisième des États-Unis et son premier directeur est Frederick Law Olmsted (1822-1903). L’État de Californie continue de gérer la vallée et Mariposa Grove ; des troupes militaires sont installées à Wawona. En mai 1903, John Muir et Theodore Roosevelt campent ensemble près de Glacier Point. Il convainc le Président de confier l’ensemble du parc à l’État fédéral, ce qui est fait en 1906. À partir de 1916, le parc est administré par le National Park Service.

Au début du xxe siècle, la ville de San Francisco se développe et souhaite construire un barrage sur la Tuolumne, dans la partie nord-ouest du parc ; l’objectif est d’approvisionner l’agglomération en eau et de produire de l’électricité. Le barrage devient un enjeu politique majeur et, malgré les efforts de John Muir, la vallée d’Hetch Hetchy est inondée en 1913 à la suite de l’aménagement du barrage O’Shaughnessy.

Le Yosemite se fait connaître grâce au photographe Ansel Adams (1902-1984). En 1907, la construction d’une ligne de chemin de fer entre Merced et El Portal, l’entrée sud-ouest du parc, apporte davantage de touristes. D’autre part, les automobiles sont de plus en plus nombreuses dans la vallée de Yosemite et l’environnement se dégrade. Le nombre de visiteurs passe de 10 000 en 1905 à un million en 1954 et deux millions en 1976. Dans les années 1970, la circulation est interdite dans la partie est de la vallée de Yosemite. Des navettes de bus sont mises en place et les touristes sont invités à laisser leur voiture au parking.

Le Yosemite est inscrit au patrimoine mondial de l’humanité (UNESCO) depuis 19845. Une portion importante du territoire, 2 851,51 km2 a été inclus dans l’aire sauvage Yosemite Wilderness la même année. L’environnement naturel du parc est fragile : des incendies se déclarent régulièrement l’été, certaines espèces sont menacées. En 1997, le parc est fermé au public pendant six semaines à cause d’inondations  catastrophiques.

De nos jours, le parc est à la recherche d’équilibre entre protection de la nature et accueil du public. Certains défenseurs de l’environnement aimeraient interdire la circulation automobile pour faire disparaître la pollution atmosphérique qui stagne dans la vallée de Yosemite en été et détruire le barrage O’Shaughnessy pour faire disparaître le réservoir Hetch Hetchy. Des activités d’éducation et de sensibilisation à l’éthique de la gérance et au patrimoine naturel sont par ailleurs réalisées auprès des visiteurs.

En 2016, le parc est étendu de 400 hectares à l’ouest : un groupe de défenseurs de l’environnement achète plusieurs terrains arborés pour 2,3 millions de dollars dans le but d’en faire don à l’administration de Yosemite.

Source : Wikipédia.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Désolé, mais la copie des textes et des images n'est pas autorisée.