Le Parc national de Wilpattu (Sri-Lanka).

Le parc national de Wilpattu ( Willu-pattu , “Pays des lacs”) est un parc national du Sri Lanka. La particularité de ce parc est l’existence de “Willus” (lacs naturels) – des bassins d’eau naturels bordés de sable ou des dépressions qui se remplissent d’eau de pluie. Situé sur la zone sèche des basses terres de la côte nord-ouest du Sri Lanka, le parc se trouve à 30 km (19 mi) à l’ouest d’ Anuradhapura et à 26 km (16 mi) au nord de Puttalam (environ 180 km (110 mi) au nord de Colombo ). Le parc a une superficie de 1 317 km2 (508 milles carrés) (131 693 hectares) et s’étend de 0 à 152 m (0 à 499 pieds) au-dessus du niveau de la mer. Près de cent six lacs (Willu) et réservoirs se trouvent répartis dans Wilpattu. Wilpattu est le plus grand et l’un des plus anciens parcs nationaux du Sri Lanka. Wilpattu est mondialement connue pour sa population de léopards ( Panthera pardus kotiya). Une enquête par caméra à distance menée à Wilpattu de juillet à octobre 2015 par le Wilderness and Wildlife Conservation Trust a capturé des photographies de quarante-neuf léopards individuels dans la zone étudiée, dont la densité de la zone centrale se situait entre celle du bloc I du parc national de Yala et Parc national de Horton Plains.

De décembre 1988 au 16 mars 2003, le parc a été fermé en raison de problèmes de sécurité liés à la guerre civile sri-lankaise, avant d’être rouvert aux visiteurs seize ans plus tard. L’accès des visiteurs est actuellement limité à environ 25 % du parc, le reste étant constitué de forêts denses ou de broussailles. Les périodes de visite populaires s’étendent entre les mois de février et d’octobre, bien qu’il existe un certain nombre de groupes d’ écotourisme privés qui organisent des safaris toute l’année.


Le Mahavansa rapporte qu’en 543 avant JC, le prince Vijaya débarqua à Tambapanni maintenant connu sous le nom de Kudrimalai Point (Horse Point), établit le royaume cinghalais à Tambapanni et fonda la nation cinghalaise. En 1905, la zone a été désignée sanctuaire et en 1938, elle a été élevée au statut de parc national.

Kudrimalai, ou Horse Point, a été visité par un sujet de l’empereur Claudius en 47 après JC, qui a été emporté par la mousson. Le roi local envoya plus tard ses propres envoyés à Rome à l’époque de Pline.

Les précipitations annuelles sont d’environ 1 000 mm (39 po) et la température annuelle est d’environ 27,2 ° C (81,0 ° F). Les pluies inter-mousson en mars et la mousson du nord-est (décembre – février) sont les principales sources de précipitations.

Il existe de nombreux types de végétation à Wilpattu, y compris la végétation littorale, comme l’ herbe salée et la forêt de mousson à broussailles basses avec de grands émergents, comme le palu ( Manilkara hexandra ) et le satin ( Chloroxylon swietenia ), le milla ( Vitex altissima ), weera ( Drypetes sepiaria ), ébène ( Diospyros ebenum ) et wewarna ( Alseodaphne semecapriflolia).

31 espèces de mammifères ont été identifiées dans le parc national de Wilpattu. Les mammifères identifiés comme espèces menacées vivant dans le parc national de Wilpattu sont l’ éléphant ( Elephas maximus maximus ), l’ours paresseux ( Melursus ursinus inornatus ), le léopard ( Panthera pardus kotiya ) et le buffle d’eau ( Bubalus bubalis ). le sambhur ( Rusa unicolor unicolor ), le cerf tacheté ( Axis axis ceylonensis ), la mangouste, la souris et la musaraigne sont davantage des résidents de Wilpattu.

La cigogne peinte , le bec ouvert, le petit cormoran, la sauvagine du Sri Lanka ( Gallus lafayetii ) ainsi que de nombreuses espèces de hiboux, sternes, goélands, aigles, cerfs-volants se trouvent dans le parc national de Wilpattu. Les espèces d’oiseaux des zones humides que l’on peut voir à Wilpattu sont la sarcelle d’hiver ( Anas querquedula ), le canard pilet ( Anas acuta ), la sarcelle d’hiver ( Dendrocygna javanica ), la spatule blanche ( Platalea leucorodia ), l’ibis à tête noire ( Threskiornis malanocephalus ), la grande aigrette blanche ( Egretta alba modesta ), héron garde-boeuf (Bubulcus ibis et héron pourpre ( Ardea purpurea ).

Les reptiles les plus communs trouvés dans le parc sont le varan ( Varanus bengalensis ), le crocodile agresseur ( Crocodylus palustris ), le cobra commun ( Naja naja ), le serpent ratier ( Ptyas mucosus ), le python indien ( Python molurus ), la tortue d’étang ( Melanonchelys trijuga ) et la tortue à carapace molle ( Lissemys punctata ) qui résident dans la grande villosité permanente.

La limite du parc national de Wilpattu enfermait à l’origine le district de Puttalam au sud et le district d’Anuradhapura à l’est. Le 10 octobre 2012, le gouvernement a publié plusieurs gazettes (section 3 de l’ordonnance sur la conservation des forêts, chapitre 451) qui ont effectivement étendu les limites du parc pour inclure les régions de la province du nord.

Après la fin de la guerre civile, des allégations avaient été faites que des parties de la réserve ont été occupées pour construire des maisons par certains politiciens dans le but de créer des colonies musulmanes à Wilpattu. Le ministre du Commerce et du Commerce Rishad Bathiudeen soutient que ce sont les personnes qui avaient été chassées de force par les LTTE en 1990 conformément à leur politique de nettoyage ethnique qui étaient retournées dans leurs villages d’origine. Suite à cela, le parc a été étendu à la taille actuelle en 1999 après le nettoyage ethnique où les vieux villages ont été marqués comme faisant partie du parc comme le prétendaient les habitants de cette région. Des images aériennes prises en 2018 montrent qu’une partie considérable de la forêt a été ouverte et qu’un grand nombre de petites maisons sont en cours de construction dans la région.

Source : Wikipédia.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Désolé, mais la copie des textes et des images n'est pas autorisée.