Le Parc national de Belezma (Algérie).

Le parc national de Belezma (en arabe : الحظيرة الوطنية بلزمة) est un parc national algérien, situé dans la wilaya de Batna, au nord-est de l’Algérie.

Le mont Belezma, est un imposant massif au relief tourmenté, avec des vallées très étroites et des pics culminants jusqu’à 2 136 m (djebel Tichaou) et 2 178 m (djebel Refaâ), constitue le début de la chaîne des Aurès.


Le parc national de Belezma fut créé par le décret présidentiel no 84/326 du 3 novembre 1984, au même moment que les deux parcs nationaux de Gouraya et Taza. Sa classification a été motivée par la présence de grandes étendues de cèdres de l’Atlas dans une zone de grandes influences sahariennes et méditerranéennes, la présence d’un patrimoine archéologique et historique d’une valeur inestimable et une mosaïque de zones humides au nord-nord-est.

Le parc national de Belezma se situe sur la partie orientale de l’Algérie du Nord, il correspond à un chaînon montagneux marquant le début du massif des Aurès. Il s’étend sur une superficie de 26 250 hectares et représente un territoire de configuration allongé, étiré d’orientation sud-ouest /nord–est à proximité de la ville de Batna.

Le parc a été reconnu réserve de biosphère par l’Unesco en juin 2015 sur une surface de 262,50 km2.

Les monts de Belezma sont caractérisés par un relief très tourmenté, avec des vallées très étroites et des pics culminants à 2 178 mètres. L’édification de la structure géologique de la région du parc résulte de l’interférence de deux grandes phases tectoniques successives de serrage qui se sont déroulées lors de la phase alpine et la phase atlasique de la fin de l’éocène. Le climat de la région varie du subhumide frais au semi-aride froid, subissant les influences désertiques. La cédraie de Belezma subit tous les caprices et est qualifiée de faciès sec.

La faune du parc est riche et très variée. Ainsi, plus du 1/5 des espèces protégées se trouvent présentes sur le territoire du parc ce qui démontre l’importance inestimable du capital faunistique.

La faune mammalienne est riche de 18 espèces dont 9 sont protégées. Du grand et solitaire sanglier, au furtif et fantomatique lynx caracal, des espèces aux mœurs très différentes colonisent le parc. La mangouste, la genette, la belette, le porc-épic, l’énigmatique hyène rayée dont le retour est perceptible, le chat sauvage, vivent en parfaite symbiose avec le parc et constituent l’essence même de sa biodiversité.

L’avifaune est représentée par 106 espèces dont 35 sont protégées par la législation algérienne, parmi lesquelles les rapaces diurnes et nocturnes.

Une forte colonie d’insectes peuple le territoire du parc : 241 espèces sont recensées actuellement dont 13 protégées.

Les amphibiens (03) et les reptiles (19) sont aussi du lot, 2 sont protégées en Algérie, ainsi que le caméléon commun et la tortue grecque.

Source : Wikipédia.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.