Le Nord 2501, dit “Noratlas”.

Le Nord 2501, communément appelé Noratlas et surnommé la Grise, est un avion de transport militaire français. Il s’agit d’un bimoteur bipoutre à ailes hautes, réalisé par Nord-Aviation à la fin des années 1940. Construit à un peu plus de 400 exemplaires, dont certains destinés au transport civil de passagers, il a été utilisé par une dizaine de pays jusqu’à la fin des années 1990.


En 1947, un appel d’offres est lancé pour un avion de transport, destiné à équiper l’Armée de l’air française d’un appareil moderne en remplacement des différents avions qu’elle utilise à l’époque. Le projet Nord 2500, proposé par Nord-Aviation, est retenu et deux prototypes sont commandés en 1948. Le premier d’entre eux fait son vol inaugural le 10 septembre 1949 sur l’aérodrome de Melun-Villaroche, équipé de deux SNECMA Gnome et Rhône 14R de 1 600 ch chacun et piloté par Claude Chautemps.

Noratlas, carte maximum, Paris, 16/01/1954.

Appelé Nord 2501, le deuxième prototype est équipé de moteurs beaucoup plus puissants, des Bristol Hercules 739 de 2 040 ch fabriqués sous licence en France. Il fait son premier vol le 20 novembre 1950, et les deux prototypes entrent alors dans le programme d’essai destiné à valider leur utilisation. L’accident du second prototype le 6 juillet 1952 (voir plus bas) ne remet pas en cause le projet, et c’est la formule 2501 qui est finalement retenue.

Le premier avion de série décolle le 24 novembre 1952 et est livré en juin 1953 à l’Armée de l’air, qui reçoit au total 208 exemplaires sur les 425 construits. Les autres Noratlas sont exportés en Allemagne (qui fabriquera 124 Nord 2501-D sous licence et en assemblera 57 autres, après en avoir reçu 25 construits en France), en Grèce (52 avions neufs), en Israël (6 avions neufs + 16 ex-allemands) et au Portugal (6 avions neufs + 26 autres d’occasion de diverses origines). Certains seront vendus à des compagnies civiles, comme Air Algérie.

Noratlas, épreuve d’artiste, signée.

Le chargement de cet avion imposait de prendre une précaution particulière : mettre en place les deux « chambrières » qui empêchaient le fuselage de se tasser lors du chargement d’un véhicule ou d’une lourde charge, limitant la hauteur d’autres véhicules capables de passer sous l’empennage.

En version militaire, le confort était réduit : les sièges alignés sur chaque bord de la soute n’étaient qu’une toile tendue ; les « toilettes » étaient remplacées par un passe-coque, un tuyau de caoutchouc et un entonnoir, utilisables exclusivement par des hommes.

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.