Le musée de l’or à Bogota (Colombie).

Le musée de l’Or de la Banque de la République de Colombie est situé à Bogota dans la 16e rue aux nos 5 et 6.

Il abrite la plus importante collection d’orfèvrerie pré-hispanique du monde avec près de 35 000 objets en or et en tombac et près de trente mille autres en céramique, en pierre, en coquillage, en os et en textile, dont dix pour cent sont exposés dans les installations du musée à Bogota, situé en face du parc Santander. Les objets proviennent pour l’essentiel de  la Cordillère des Andes, de la côte caraïbe et de la Sierra Nevada de Santa Marta. Sa collection qui montre également des momies, témoigne des talents en orfèvrerie des civilisations préhispaniques.

Dans ce musée, il est possible d’admirer différentes pièces des cultures indigènes de Colombie, avec les styles distinctifs de plusieurs grandes régions productrices : Calima, Chibchas, Narino, Quimbaya, Sinú, Tayrona, San Agustín, Tierradentro et Tolima entre autres.


Pour l’intronisation du nouveau Zipa, roi de Bacatá, le peuple accomplissait un acte politico-religieux qui consistait avant la cérémonie à respecter un temps d’abstinence au cours duquel étaient préparés les plus beaux objets et mets pour cette grande fête. Le nouveau souverain devait ensuite parcourir sur une barque la lagune sacrée de Guatavita qui abritait selon la légende la dépouille de l’épouse et de la fille de l’ancien roi de Guatavita. La lagune est ainsi devenue un lieu de culte et les offrandes offertes par le peuple lors de la cérémonie d’intronisation permettaient d’apaiser la douleur du roi. La coutume consistait à couvrir d’or le corps du futur souverain et d’offrir des trésors à la déesse Guatavita en les jetant au milieu de la lagune.

C’est avec cette tradition qu’est né le mythe de El Dorado, mais la cérémonie était bien réelle car de nombreux objets retrouvés dans la lagune, présentés au musée de l’Or de Bogota, en témoignent.

Au premier étage se trouve une introduction qui définit le contexte géographique et historique de chaque culture et explique les  caractéristiques et les particularités de son art. Des modèles illustrent la question, ainsi celui de la Cité Perdue nos montre à quoi elle ressemblerait si elle était habitée. Dans chaque section des panneaux comportent des notes explicatives, en anglais et en espagnol, sur ce que l’on montre dans les salles.

Après la rénovation, l’exposition permanente du musée est organisée en cinq salles avec des artefacts et une salle qui encourage l’interaction des visiteurs. Il comprend également au sous-sol un auditorium et la salle des expositions temporaires, un café, un café-restaurant et un magasin de souvenirs.

Le musée de l’or expose des collections permanentes dans tous les sites, mais un échange d’objets permet d’offrir aux visiteurs de tous les musées l’occasion de voir des objets qu’ils ne pourraient pas trouver ailleurs, tout le monde n’a pas la possibilité de voir les expositions du musée  ethnographique à Leticia, mais grâce à la politique d’échange, on peut les voir ailleurs.

Depuis 1945, le musée de l’Or collabore également avec d’autres musées, organisant des expositions temporaires dans le monde entier, ce qui permet à tous de voir une partie de la grande richesse culturelle des civilisations précolombiennes.

Parmi d’autres pièces importantes figure le radeau Muisca (Balsa Muisca) qui a été découvert dans la ville de Pasca, près de Bogota. En 2004 a commencé le programme d’extension du musée de l’Or et de rénovation de son siège principal, dont la première phase s’est achevée la même année et en décembre 2006 a débuté la deuxième étape du travail qui s’est achevée en 2008.

Source : Wikipédia.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Désolé, mais la copie des textes et des images n'est pas autorisée.