Le Monastère de Fonte Avellana (Italie).

Le monastère de la Sainte-Croix de Fonte Avellana (ou ermitage de la  Sainte-Croix), sis à Serra Sant’Abbondio dans la province de Pesaro et d’Urbino (Marches), en Italie, est une fondation monastique camaldule remontant au Xe siècle. Devenue abbaye en 1325, le monastère connut un déclin et fut supprimé au début du XIXe siècle, mais reprit vie avec les moines-ermites camaldules le réoccupant en 1935 et y rétablissant l’office divin. Elle est toujours « abbaye vivante ».


Les origines du monastère remontent à la fin du premier millénaire et sont étroitement liées à l’histoire de la Congrégation bénédictine des Camaldules. Un groupe d’ermites de la région adopte la règle des bénédictins-ermites de saint Romuald vers 980 (les Camaldules). Une grande impulsion fut donnée au monastère par l’arrivée de saint Pierre Damien qui y devient moine en 1035, et prieur en 1043. Impulsion spirituelle de ferveur et d’austérité autant que matérielle : de nouveaux bâtiments sont construits, le nombre de moines étant en rapide augmentation.  Culturellement et spirituellement le monastère-ermitage (alliant cénobitisme et érémitisme comme le veut la tradition camaldule) devient un centre influent. Quelque soixante-seize saints et bienheureux auraient vécu comme ermites dans ce monastère.

L’ermitage est mentionné dans la Divine Comédie de Dante Alighieri (au chant XXI du ‘Paradis’), ce qui peut laisser penser que le poète y fut reçu comme hôte.

Érigée en abbaye en 1325, Fonte Avellana devient une puissance économique importante. Cependant, un demi-siècle plus tard (en 1392) elle tombe sous le régime de la commende. Cela dura deux siècles : XVe – XVIe siècle. En 1569, la Congrégation autonome avellaine qui avait jusqu’alors régi le monastère est abolie ; celui-ci passe à la Congrégation de Camaldoli. Quarante ans plus tard, en 1610, elle devient cénobitique et se joint à la Congrégation cénobitique camaldule de San Michele di Murano.

Fonte Avellana reste sous le régime de la commende jusqu’en 1700 et bien que certains de ces abbés commendataires – particulièrement le cardinal Julien della Rovere (futur pape Jules II) – aient eu souci de l’embellir d’édifices nouveaux, il n’en reste pas moins qu’elle subit le sort de toute abbaye commendataire. Par manque d’authentique direction spirituelle, la vie monastique se relâche: la décadence est lente mais inexorable.

Ce déclin se conclut avec l’expulsion des moines de l’abbaye en 1810 par les troupes napoléoniennes. Elle est supprimée par l’autorité de la nouvelle Italie en 1866. Cependant les moines camaldules la réoccupent, la rénovent et y rétablissent la vie monastique et l’office divin en 1935. L’abbaye a retrouvé une nouvelle vie, tant spirituelle qu’architecturale.

Le 5 septembre 1982 le pape Jean-Paul II visite Fonte Avellana lors des célébrations fêtant le millénaire de sa fondation par saint Romuald. À cette occasion l’église abbatiale fut élevée au rang de basilique mineure.

Source : Wikipédia.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Désolé, mais la copie des textes et des images n'est pas autorisée.

Retour vers le haut de page
%d blogueurs aiment cette page :