Le melon.

Le Melon (Cucumis melo) est une plante herbacée annuelle originaire d’Afrique intertropicale, appartenant à la famille des Cucurbitacées et largement cultivée comme plante potagère pour son faux-fruit comestible. Le terme désigne aussi le fruit climactérique lui-même très savoureux, sucré et parfumé.

À ne pas confondre avec le « melon d’eau » (pastèque), mais cette expression désigne aussi certaines variétés de melons à chair blanche.


Le melon est une plante herbacée annuelle à ongues tiges sympodiales (pouvant atteindre 3 m) munies de vrilles simples (non ramifiées), rampantes ou grimpantes selon les variétés. La racine-pivot se ramifie en de nombreuses racines secondaires et tertiaires superficielles.

Les feuilles simples, alternes, à pétioles mais sans stipules, sont généralement entières. Elles sont faiblement palmatilobées (généralement 5-7 lobes), ont un limbe orbiculaire ou ovale à réniforme.

Melon, carte maximum, Cavaillon, 29/09/2007.

Les plantes sont monoïques (elles portent à la fois des fleurs mâles et des fleurs femelles) ou andromonoïques (elles portent des fleurs mâles et des fleurs hermaphrodites). La corolle jaune des fleurs est campanulée avec des pétales presque orbiculaires. L’inflorescence mâle est en fascicules de 2-4 fleurs et apparaît la première sur les 5e-12e nœud des rameaux primaires. Les fleurs femelles ou hermaphrodites sont solitaires, à corolle ovoïde et à ovaire infère. Elles apparaissent sur les rameaux tertiaires formés à partir du 14e nœud sur les rameaux primaires. Les fleurs ne s’ouvrent qu’une seule journée et sont à pollinisation principalement entomophile.

Le fruit est une fausse baie de forme ovale ou ronde, généralement volumineuse. Sa peau plus ou moins lisse, bosselée, côtelée, brodée ou galeuse et divisée en secteurs nettement dessinés varie en couleur de tous les tons du vert au jaune en passant par le blanc. La pulpe de couleur varie selon les variétés, de jaune à orangé ou de blanc à légèrement verdâtre, est très juteuse et parfumée à maturité. La cavité centrale, fibreuse, renferme de nombreux pépins, graines ellipsoïdes comprimées.

Le melon est une plante allogame qui se cultive aussi bien pour ses graines (consommées grillées ou utilisées pour leur huile comestible) que pour son légume-fruit, doux ou non doux (cas du melon serpent) qui s’emploie cru, cuit ou confit). Le semis en place ou en pots (les racines des cucurbitacées sont assez fragiles, rendant la transplantation à racines nues difficile) de deux ou trois graines, afin de sélectionner le meilleur plant, se fait tous les mètres car le melon a tendance à s’étaler. Il apprécie un emplacement chaud, ensoleillé et un sol riche (type fumier). En l’absence de fumier et pour faciliter le développement, on pourra apporter un engrais riche en potassium (la 3e lettre de la formule standard NPK). Le melon est particulièrement sensible à la carence en calcium et la culture en serre à haut rendement, qui provoque chez le fruit une vitrescence ou un cœur aqueux.

Pincer au-dessus des deux premières vraies feuilles. Puis, sur les deux tiges ainsi formées, repincer au-dessus de la 4e feuille. Pincer ensuite à trois feuilles après chaque melon. Ne conserver que trois à quatre fruits maximum par plant.

Lorsque le melon commence à faire une certaine taille, on peut le poser sur une tuile ou un tapis de gravier pour le protéger de l’humidité du sol et de façon que ce support lui apporte un maximum de chaleur propice à la maturation du fruit.

Le melon est mûr lorsque ses feuilles et son écorce commencent à jaunir et sa peau et son pédoncule à craqueler.

Il y a quatre facteurs qui jouent sur la qualité d’un melon : variété, ensoleillement, irrigation et maturité du fruit le jour de la récolte. Important : il faut récolter le melon après une bonne période d’ensoleillement et plutôt le soir que le matin (le matin, les sucres sont plus bas avec l’utilisation du sucre de la plante comme aliment pendant la nuit où la plante respire sans photosynthèse).

Le taux de sucre minimal pour être commercialisable est de 10 sur l’échelle de Brix. En dessous de 9, c’est une courge.

Dans certains cas, le melon est greffé. Le greffage en culture de melon a pour objectif de protéger les cultures contre certains agents pathogènes : • Verticillium dalhiae • Phomopsis sclerotioides • Fusarium oxysporum f. sp. melonis. Le greffage permet également de cultiver en conditions limites de sol (température basse, salinité élevée, etc.), défavorables à la culture du melon. Enfin, dans certaines conditions, le greffage permet d’augmenter la productivité des plantes, voire la qualité des fruits.

Le melon a besoin d’un apport en eau régulier et d’un arrosage à la base en évitant de mouiller ses feuilles. Il est sensible à l’oïdium des cucurbitacées ; un bon paillage limite l’infection.

Il peut être sujet à la coulure et à la vitrescence.

Il est également sensible au Fusarium oxysporum, au mildiou et au virus mosaïque du concombre, de la pastèque et de la courgette, tous trois transmis par le même puceron (Aphis gossypii).

Le Catalogue européen des espèces et variétés recense plus de 960 variétés de melon.

Ces melons se distinguent par leur forme (ronde, ovoïde, elliptique), par leur couleur (blanche, jaune crème, verte, ocre…), par l’aspect de leur surface (sillons, broderies, plis), par la présence ou non d’un pédoncule déhiscent :

Melon brodé (Cucumis melo reticulatus) : forme ronde, écorce liégeuse en relief, chair orangée. Sa peau épaisse avec du relief le caractérise.
Melon cantaloup : chair orangée, forme ronde, écorce lisse. Originaire d’Asie mineure et introduit en Italie à la Renaissance puis largement cultivé en France (Charentes, Lot-et-Garonne, Tarn-et-Garonne, Gers, Vaucluse et Bouches-du-Rhône) à partir du xvie siècle. Le fruit est rond, l’écorce lisse ou « écrite » (c’est-à-dire présentant une formation liégeuse de faible intensité) vert clair, jaunissant légèrement à maturité, avec des lignes de suture (sillons) plus foncées, il pèse environ 1 kg. La chair est orangée, sucrée, juteuse et très parfumée. La maturation est climactérique. Les variétés anciennes sont à faible durée de conservation alors que certaines variétés récentes ont une plus longue durée de conservation.

  • Melon Galia : forme ronde, peau brun orangé, chair émeraude.
  • Melon hami
  • Melon Sucrin
  • Melon inodore (Cucumis melo inodorus), caractérisé par une peau lisse et inodore.
  • Melon d’Espagne, ou melon canari
  •  Melon Honeydew : à maturité, la couleur dominante de l’écorce est blanche, la couleur secondaire est répartie en de fines ponctuations vert clair.
  • Melon Honeydew : Aussi appelé melon miel. Le fruit est rond, l’écorce est lisse, blanc gris. Il pèse 2 kg. La chair est verdâtre (parfois orangée dans certaines variétés récentes). Ce type à maturation non climactérique produit un fruit de bonne conservation. Il est cultivé aux États-Unis, en Amérique, en Australie et en Asie. Il dérive de l’ancienne variété « Blanc d’Antibes d’hiver ».
  • Melon Ogen
  • Melon Piel de sapo (« peau de crapaud » en espagnol). Le fruit est ovale, l’écorce verte mouchetée de jaune avec des taches vert foncé. La chair est blanc verdâtre, sucrée, juteuse, peu aromatique. La maturation est non climactérique. C’est le type le plus cultivé en Espagne et en Turquie (sous le nom de Kirkagac).

Environ 250 variétés de melon sont inscrites au Catalogue officiel français, dont 16 sur la liste SVI (anciennes variétés destinées aux amateurs).

Quatre types variétaux sont principalement cultivés : le « cantaloup charentais », le « charentais brodé » , le « vert olive » (écorce vert olive, forme ovale) et le « galia » .

Melon, entier postal, Russie.

La grande majorité de ces variétés sont hybrides afin de les rendre plus vigoureuses et plus résistantes aux maladies mais quelques variétés non hybrides sont encore produites telles que : Boule d’or, Charentais, Cristel, De Cavaillon espagnol à chair rose, Jaune canari, Petit-gris de Rennes, Santon, Védrantais, Vert olive d’hiver, etc.

L’hybridation interspécifique entre melon (cucurbita melo) et concombre (cucurbita sativus) a été tentée par de nombreux scientifiques depuis la fin du 19e siècle mais toujours sans succès. La raison de cet échec est très simple : le génome du melon compte 24 chromosomes alors que celui du concombre n’en compte que 14. Le croisement est donc génétiquement impossible. Ainsi, malgré la tenace légende très répandue via les groupes et forums Internet, il n’y a absolument aucun risque à cultiver melon et concombre à proximité et aucun des deux fruits n’aura le goût de l’autre.

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.