Le marbre.

En géologie, le marbre est une roche métamorphique dérivée du calcaire et constituée principalement de cristaux de calcite. En architecture, sculpture et marbrerie ce terme peut désigner n’importe quelle pierre (pierre marbrière) difficile à tailler et capable de prendre un beau poli, dont les plus courantes sont les « vrais » marbres (au sens géologique).

Les marbres de la géologie présentent une grande diversité de coloris, bien que la couleur de base de la calcite soit le blanc. On y trouve fréquemment des veines appelées marbrures. Les veines et les coloris sont généralement dus à des inclusions d’oxydes métalliques. Certains types de marbre portent des noms particuliers, par exemple le cipolin ou la griotte. Certains marbres, comme le vert antique, composés de calcaire et de serpentine, sont des ophicalces.

En marbrerie et en histoire de l’art, « marbre » désigne plus largement une pierre calcaire compacte (non poreuse et imperméable), ferme et solide, difficile à tailler (ne se taille pas avec une scie à dents), et surtout qui peut recevoir un beau poli. Dans ce cas il ne s’agit pas uniquement de roches métamorphiques, mais aussi de nombreuses roches calcaires sédimentaires non métamorphisées. D’autre part, une acception plus ancienne du mot inclut n’importe quelle pierre « lustrable », c’est-à-dire suffisamment compacte et dure pour que la surface puisse être polie et lustrée. Certaines roches polies qui ne sont pas définies géologiquement comme du marbre ni du calcaire, telles les granites et les porphyres, qui sont des roches  magmatiques silicatées, ont été appelées également « marbre » et sont encore fréquemment appelées ainsi dans le langage courant. Les marbres au sens large sont l’objet d’une industrie florissante depuis la plus haute Antiquité.


Longtemps, de l’Antiquité (Pline l’Ancien) au XVIIIe siècle, il a été cru que le marbre était une matière vivante qui, même, recomblait les excavations des carrières et toutes les roches destinées à la sculpture étaient appelées improprement marbres.

Depuis la plus haute Antiquité, l’utilisation du marbre est liée à l’art et à la volonté des hommes. C’est en effet une matière rare, lourde, fragile et précieuse que seuls des maîtres savent travailler. « Inventé » par la Grèce antique et d’abord sculpté en rigides idoles funéraires par la Civilisation des Cyclades, il est ensuite utilisé en blocs massif pour de prestigieuses réalisations architecturales religieuses (statues de divinités, temples, tombeaux) ou politiques (stades).

Originairement en bois, recouverts d’argile cuite peinte de couleurs vives, destinée à protéger le bois, les temples grecs seront progressivement construits en marbre (dans les Cyclades) ou en calcaire gris coquillé (dans le Péloponnèse) accédant ainsi à une dimension monumentale. Dans cette nouvelle architecture, toute de pierre constituée, charpente comprise, les éléments fonctionnels tels métopes et triglyphes de la frise dorique qui étaient à l’origine des plaques de terre cuite qui protégeaient de l’humidité la charpente en bois, accèdent à une valeur purement décorative. Même chose les annelets des colonnes, qui à l’origine étaient les cerclages des colonnes en bois.

Les Romains, qui partagent l’engouement pour ce matériau, en  systématisent la recherche, et développent les techniques d’extraction et de transformation. Le marbre fait alors partie des trésors que ramènent les généraux victorieux des provinces nouvellement conquises au même titre que les métaux précieux, les épices ou les esclaves. L’aura de prestige, d’exclusivité et de luxe ne quitte désormais plus cette matière qui s’illustre dans les réalisations architecturales et artistiques les plus marquantes de l’histoire humaine (l’Acropole d’Athènes, la ville de Rome, la basilique Sainte-Sophie de Constantinople, les cathédrales de Pise, Sienne, Florence, le David de Michel Ange, le Château de Versailles de Louis XIV, les temples jaïns et le Taj Mahal en Inde, l’Arche de la Défense à Puteaux, le Palais du Parlement à Bucarest, entre autres.) C’est l’une des trois roches officielles de l’état du Vermont, aux États-Unis, les autres étant le granite et l’ardoise.

Dans l’Antiquité, les carrières du Pentélique, qui surplombe Athènes, de Paros, du Proconnèse dans la mer de Marmara ou d’Aliki à Thasos sont les plus importantes. Leurs productions sont même exportées dès cette époque et l’on retrouve des sarcophages ou des éléments de statuaire de ces marbres dans la plupart des anciennes colonies grecques du bassin méditerranéen.

À l’époque romaine les fameuses carrières de marbre de Carrare, en Toscane commencent à être exploitées. C’est également à cette époque que débute l’extraction dans les gisements de l’Alentejo du centre du Portugal.

Bien que découverts à la même période en Belgique, plus précisément en Wallonie4, les fameux marbres noir belge et rouge royal ne connaîtront leurs heures de gloire que plus tardivement avec Golzinne ou Dinant.

En France, on extrait le marbre surtout dans les Pyrénées, le Minervois et la Provence ; le nord de la France compte quelques gisements6, exploités soit en pierres, soit en granulats.

On en extrait aussi en Italie et en France dans les Alpes : carrières de marbre vert, (ou serpentines), en particulier dans la Vallée d’Aoste (carrières de Verrayes) et dans la vallée de l’Ubaye (ancienne carrière de Maurin), ou dans la carrière de marbre rose de Guillestre (05).

Fin XVIIIe siècle, à Paris, le marbre désigne une pierre calcaire ou carbonate de chaux à cassure grenue, extrêmement dure et solide, difficile à tailler, et qui reçoit le poli – Les plus beaux marbres viennent de l’Italie – Ceux le plus en usage sont Le Sainte-Anne, dont il y a plusieurs nuances, tous d’un fond noir avec des taches et veines blanches, venant du département des Ardennes ; le feluil, qui est d’un fond noir sale et de petits points blanc-gris, qui se tire près Mons ; le Franchimont dit royal, qui a le fond d’un rouge pâle avec des taches gris-blanc et bleutées et des veines blanches, qui se tire du département des Ardennes ; le cerfontaine, qui est à peu près semblable au précèdent et qui vient du même département ; le malplaquet, qui est d’un fond bleu ardoise, pâle, couvert de larges taches d’un blanc sale et d’un rouge pâle, qui se tire du même département ; le retz, dont le fond est de couleur bistre clair et sablé, ou avec des cailloux et des veines plus foncées mêlées de blanc, qui se tire près d’Ambleteuse ; la griotte d’Italie, qui est d’un fond rouge cerise, avec des taches plus foncées et d’autres plus claires, et quelques veines blanches et déliées, qui se tire de Caunes près de  Carcassonne ; le blanc veiné, qui se tire de Carrare ; le bleu turquin et le bleu panaché, qui est d’un fond bleu ardoise avec des veines blanches et transparentes, venant des mêmes lieux de ceux qui le précèdent ; le portor, dont le fond est d’un beau noir avec des veines d’un ton jaune très-délié, venant des mêmes carrières ; le jaune de Sienne, qui est d’un fond jaune vif avec des taches plus foncées et des veines noires transparentes, venant de Carrare ; le vert de mer, qui est d’un fond vert très foncé, avec des veines blanches et transparentes, et le vert d’Égypte, semblable au précèdent, excepté qu’il a de plus des taches d’un rouge foncé et transparent : l’un et l’autre se tirent aussi dans les environs de Carrare. Les autres espèces de marbres qui ont été plus en usage qu’ils ne le sont, et dont on a cessé en partie ou en totalité l’exploitation, sont : le Namur, le Dinant, le brabançon, le Saint-Remi, le Tance, le senzielle, le traîneau, le merlemont, le haie, le gochené, le hou, la griotte de Flandre, la brèche grise, le marbre de Caen, le Laval, le lumaquelle, le Bourbonnais, le Languedoc, le Californie, le cervelas, le campan Isabelle, vert et rouge ; la brèche d’Alep, le Sainte-Baume, le serancolin, la verrette, le vert-vert, la brèche universelle, la brocatelle, le tarentaise, le vert de Turin, le jaune de Vérone, la brèche violette, la brèche africaine, le vert de Vérone, de Gênes ; le jaspe de Sicile, le jaspe du four ; l’albâtre fleuri.

Source : Wikipédia.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Désolé, mais la copie des textes et des images n'est pas autorisée.