Le Kinsky (cheval).

Le Kinsky est une race de chevaux originaire de Tchéquie. Ce cheval porte le nom de la famille noble de Bohême qui a sélectionné la race dans ses haras de Chlumec nad Cidlinou, les Kinský. Il a été l’un des chevaux de race les plus populaires dans le monde à l’époque de son succès dans les steeple-chase, à la fin du XIXe siècle et au début du xxe siècle. L’arrivée du communisme entraîne la dispersion de ces chevaux dans toute l’Europe, après la saisie du haras de la famille Kinský. La race est néanmoins préservée et perdure jusqu’à nos jours, sous l’influence de nombreux croisements.

Le Kinsky est caractérisé par ses capacités athlétiques, et par l’éclat souvent doré de sa robe, dû au gène Crème. Il forme un excellent cheval de sport, souvent employé pour l’instruction en centre équestre.


Bien que l’élevage soit une tradition ancienne, le Kinsky provient de très nombreux croisements récents. En 1776, le comte Kinský voyage en Angleterre pour y acquérir les meilleurs Pur-sangs qu’il puisse trouver. En 1813, la comtesse Kristina Kinský-Liechtenstein se rend à un congrès international à Vienne sur le dos d’un cheval doré de l’élevage familial quelle utilise a mauvaise essaient. L’événement, largement signalé et commenté dans les sources de l’époque, entraîne une grosse demande de chevaux auprès de la famille Kinský, y compris en dehors de la Bohême. C’est finalement le comte Oktavian Kinský qui, dans les années 1830, crée un réel haras de « chevaux dorés ». La création du premier studbook de la race remonte à la naissance du poulain Themba 2, issu de deux géniteurs Pur Sang, dont la jument Themba. Ce poulain fut refusé du studbook anglais du Pur Sang à cause de sa couleur dorée6. En réaction, Oktavian Kinský fonde son studbook6, et inscrit la sélection de la race dans la recherche de la couleur4. Il prend soin de noter le pedigree de tous ses animaux.

Grâce à ses fonctions de diplomate, il importe également les traditions anglaises, telles que la chasse au renard et les courses de steeple-chase en 1846. En 1874, la création du grand steeple chase de Pardubice donne l’occasion à la famille de faire briller les chevaux de son haras, qui remportent neuf fois la compétition. En 1883, la jument Zoedone voyage en Angleterre à Aintree et remporte le Grand National, montée par le comte Karel (Charles) Kinský. En 1937, le steeple-chase de Pardubice est remporté pour la première fois par une femme jockey, la comtesse Lata Brandisová, qui monte une jument Kinsky, Norma.

L’arrivée du communisme en 1948 est un désastre pour cet élevage, car les autorités de l’URSS saisissent tous les chevaux de la famille Kinský et interdisent la chasse au renard. L’élevage est dispersé à Kladruby nad Labem et dans d’autres haras nationaux tchèques. Un grand nombre de chevaux sont vendus hors de Tchécoslovaquie, en particulier en Allemagne, Autriche, Suisse, Angleterre, Belgique, et aux Pays-Bas. Certains représentants sont absorbés dans la race du Selle tchèque. Les effectifs se réduisent au point que le Kinsky a presque disparu dans les années 1950. Quelques chevaux subsistent grâce à des sympathisants de la famille, et remportent même certaines courses d’obstacles dans les années 1960 et 1980.

Le Kinsky rencontre une nouvelle vague de popularité de 1986 à 1991, grâce au Dr Norbert Zalis, qui crée une association de sympathisants, le club Equus Kinsky. La chute du communisme en 1989 entraîne l’érection de la race Kinsky au statut de trésor national. Pierre et Libuse Půlpánovým deviennent les propriétaires du troupeau reproducteur de référence en 1991. Le studbook moderne du Kinsky est re-créé en 2005.

Le Kinsky a été sélectionné historiquement sur ses capacités au saut et à la course, pour le cross-country, le steeple-chase et diverses épreuves d’équitation militaire. C’est désormais un cheval de sport, adapté au dressage et au saut d’obstacles. Il se retrouve aussi en polo, à l’attelage et pour la chasse à courre. Réputés faciles à monter, les Kinsky sont souvent utilisés comme chevaux d’école dans les centres équestres, bien que d’autres sources estiment que leur tempérament fougueux ne les prédispose pas à être des chevaux de loisir. Les courses organisées dans le pays sont ouvertes aux chevaux de race Kinsky. Les jeunes juments Kinsky sont évaluées de 4 à 6 ans dans les disciplines équestres classiques (saut d’obstacles, dressage et polyvalence sous la selle) en collaboration avec la Fédération équestre de la République tchèque.

Source : Wikipédia.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Désolé, mais la copie des textes et des images n'est pas autorisée.