Le hurling.

Le hurling (en irlandais : iománaíocht ou iomáint) est un sport collectif d’origine irlandaise se jouant en extérieur.

Le hurling se joue avec une crosse appelée hurley ou camán utilisée pour taper dans une balle nommée sliotar. Ce sport est une forme de soule à crosse. Ce sport est considéré comme étant le sport d’équipe le plus rapide.

Le hurling est un des deux structures, comme le terrain, le nombre de joueurs, la manière de compter les points et une partie de la terminologie. Il est régi par l’Association athlétique gaélique (GAA) qui en est le garant des règles et l’organisateur des principales compétitions en Irlande et dans le monde.

Le hurling a aussi une version féminine, appelée le camogie.


Le hurling est pratiqué depuis très longtemps en Irlande. Les plus anciennes traces écrites de ce sport remontent à l’époque des Gaels, au VIIe – VIIIe siècle, quand des moines ont mis par écrit nombre de traditions orales parfois anciennes. La brutalité du jeu provoque son interdiction du xvie au XVIIIe siècle. La fin du XIXe siècle marque un renouveau pour le hurling, mettant au monde deux variantes : Iomaint au sud de l’ile et Camànacht à Dublin. Le Camànacht se rattache finalement au hockey sur gazon, tandis que l’Iomaint donne naissance au hurling moderne.

On pense habituellement que le hurling est apparu en Irlande avant le christianisme, apporté par les peuples celtes qui se sont installés dans l’île. Il est alors pratiqué par des équipes représentant des villages voisins. Ces jeux impliquaient alors plusieurs centaines de joueurs et pouvaient durer plusieurs heures voire plusieurs jours.

Le hurling est un passe temps à part entière en Irlande depuis près de 2 000 ans. Il est au moins aussi ancien que les premières sources écrites de l’histoire irlandaise. La plus ancienne mention écrite de ce sport date du ve siècle. Il figure alors dans les Lois de Brehon. Le hurling est un parent du shinty qui est joué en Écosse à la même époque, du Cammag de l’île de Man et du Bandy d’Angleterre et du Pays de Galles. Le conte intitulé Táin Bó Cuailgne, écrit en faisant appel à d’anciennes légendes, raconte l’histoire de Cúchulainn jouant au hurling à Emain Macha. D’autres histoires légendaires similaires parlent de Fionn Mac Cumhail pratiquant ce sport. On retrouve le hurling dans d’autres textes historiques comme les Statuts de Kilkenny au xiiie siècle et sur une dalle gravée datant du xve siècle.

Le xviiie siècle est souvent décrit en Irlande comme l’âge d’or du hurling. Les membres de la gentry anglo-normande créent des équipes de hurling dans leurs propriétés et se lancent des challenges entre eux afin d’amuser leurs métayers et ouvriers agricoles.

Le hurling est le troisième sport le plus populaire en Irlande où il compte 100 000 licenciés.

Le hurling est inscrit sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité par l’UNESCO le 29 novembre 2018.

Le hurling se joue à 15 contre 15. Le terrain mesure 140 m de long pour 80 m de large. Les joueurs utilisent un hurley ou camán pour taper dans un sliotar, une balle légèrement plus grosse et beaucoup plus dure qu’au tennis. Elle peut être propulsée à 100 m avec une vitesse initiale atteignant 110 km/h.

Les équipes sont constituées d’un gardien de but, de 6 défenseurs, de 2 milieux de terrain et de 6 attaquants. Les attaquants commencent la partie du côté de la défense adverse. Il n’y a qu’un seul arbitre sur le terrain. Il est néanmoins aidé par plusieurs juges de ligne.

Les passes se font en utilisant la crosse (le hurley), en tapant dans la balle ou accessoirement en y donnant un coup de pied. Il est interdit de lancer la balle ou de la ramasser par terre à la main. Dans ce cas, il faut la soulever avec la crosse.

On ne peut faire que 4 pas maximum balle en main. Au-delà il faut s’en débarrasser ou effectuer un solo-run qui consiste à balancer le sliotar à l’extrémité du hurley tout en continuant sa course ce qui demande beaucoup d’agilité. Le hurling est un sport de contact, mais seuls les chocs épaule contre épaule sont autorisés.

La possibilité d’effectuer des passes ou des tirs lointains et l’absence de hors-jeu en font un sport très rapide avec peu de temps morts. La balle évolue principalement en l’air et est souvent frappée à hauteur du visage d’où un risque certain d’accidents graves.

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Désolé, la copie des images et des textes n'est pas autorisée !