Le Harle huppé (canard).

Le Harle huppé (Mergus serrator) est une espèce d’oiseaux palmipèdes appartenant à la famille des Anatidae.

Le Harle huppé est un canard plongeur. Son bec effilé rouge, sa tête noire avec des reflets verts, son collier blanc et sa huppe lui confèrent un style inimitable. Le mâle est facile à reconnaître avec sa double huppe, son collier blanc et sa poitrine roussâtre tachetée de noir. Par contre, les femelles et les juvéniles ressemblent fortement à ceux du Harle bièvre. Cependant, l’observateur chevronné fera sans peine la distinction entre les deux espèces. En effet, les harles bièvres femelles et juvéniles présentent une très nette séparation entre la tête brune et le cou blanc alors que ceux du harle huppé voient le brun de la tête se fondre sans transition dans le gris du cou. Le harle tient son nom de son habitude à nager le corps submergé (Mergus, de mergere, submerger).

Ordinairement silencieux, le cri dissyllabique assez doux du mâle en parade répond au kokokok rauque et grognant de la femelle.

Harle huppé, carte maximum, Villars-les-Dombes, 6/02/1993.

Espèce aquatique, ils préfèrent en général l’eau salée à l’eau douce. Le harle huppé se retrouve donc plutôt en bordure d’océan et sur le littoral mais aussi parfois sur la rive des grands lacs et des étangs.

Dès la fin de la ponte, le mâle déserte discrètement la cellule familiale pour changer son plumage. La plupart du temps, le harle huppé est muet. Il est migrateur. En hiver, il descend vers le sud à la recherche de climats plus cléments.

Le vol des harles huppés est rapide et rectiligne, le plus souvent au ras de l’eau, cou et corps allongés avec l’impression d’avoir les ailes très en arrière du corps.

Le nid est posé par terre. Les buissons, les branches basses des arbres, les cavités dans les rochers servent d’abris. La couvée est de huit œufs en moyenne et c’est la femelle qui prend en charge l’incubation qui dure un mois. Les petits sont nidifuges et se mettent à l’eau dès qu’ils sont aptes à se déplacer.

Il se nourrit principalement de poissons mais son menu habituel comprend également des mollusques, des crustacés, des insectes aquatiques, notamment des libellules. À tous ces éléments d’origine animale, il faut ajouter de la matière végétale en quantité plus ou moins variable selon les ressources disponibles.

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.