Le grand Tétras (Coq de Bruyère).

Le Grand Tétras (Tetrao urogallus), ou Grand coq de bruyère, est un gros gallinacé vivant en montagne dans les forêts de conifères.

Cette espèce appartient à l’ancienne famille des Tetraonidae actuellement incluse dans celle, plus vaste, des Phasianidae.

Deux sous-espèces co-existent actuellement en France : Tetrao urogallus major dans les Vosges et le Jura et Tetrao urogallus aquitanicus dans les Pyrénées.


Il s’agit du plus gros des Galliformes d’Europe.

  • Mâle (ou coq) : sombre, cou gris, menton noir, caroncules rouges, bec blanc, plastron verdâtre (voire aussi bleuté) ; dos brun-gris, ailes marron (tache blanche à l’épaule) ; ventre sombre, flancs noirs, puis blancs vers l’arrière, croupion noir et blanc ; sus-caudales grises à pointes blanches, rectrices noires à taches blanches (dont la densité varie selon les régions), sous-caudales à pointes blanches. Taille : 74 à 90 cm ; envergure : jusqu’à 125 cm ; poids : 3,5 à 4,1 kg, plus rarement jusqu’à 5 kg.
  • Femelle (ou poule) : rousse barrée de noir et de blanc, poitrine rousse, caroncules rouges (peu visibles), bec gris ; dos et ailes marron barrés de noir et de blanc ; ventre et flancs blancs tachetés de roux et de noir. Queue rousse, barrée de noir. Taille : 54 à 63 cm ; poids 1,5 à 2,2 kg.
  • Les individus de la sous-espèce pyrénéenne sont un peu plus petits et moins lourds que ceux de la sous espèce major.

Coq de bruyère carte maximum, Liechtentein, 1990.

Les adultes se nourrissent de bourgeons, de pousses de conifères, de baies (surtout myrtilles), d’herbacées, et, en hiver, d’aiguilles de conifères (surtout sapins et pins). Les poussins sont essentiellement insectivores jusqu’à l’âge de 4 semaines puis la nourriture animale décroît ensuite jusqu’à l’âge de 11 semaines pour se rapprocher alors de celle des adultes.

Cette espèce polygame se retrouve chaque année au printemps sur des lieux-dits « places de chant ».

Les coqs paradent (queue déployée, ailes pendantes, cou et tête redressés, barbe hérissée, cou plus ou moins gonflé), chantent (séries de « te-lep » rapides, environ six ou sept secondes, accéléré à la fin, puis « pokfok » semblable à un bruit de bouchon et « djedzje », bruit semblable à un bruit de scie répété trois ou quatre fois). Les poules vagabondent ici et là sur les places de chant et chacune choisit le coq avec lequel elle s’accouplera (en général le coq dominant).

La femelle gratte une cuvette dans le sol, au pied d’un arbre, à l’abri d’un rocher ou sous une branche basse de conifère. La ponte a lieu de mai à juillet et comporte six à neuf œufs, jaune clair taché de brun, couvés quatre semaines. Les petits sont nidifuges et restent avec leur mère jusqu’à l’automne.

  • Europe : Cordillère Cantabrique, Forêt-Noire, Alpes suisses et Jura, aire dispersée en Allemagne, Pologne et Europe de l’Est (massifs montagneux), Scandinavie, Pays baltes, introduit en Écosse (à partir de 1837). En France, il a disparu des Alpes mais il est encore présent dans quelques régions où il devient très rare (Cévennes, Vosges). Il se raréfie dans le Jura mais compte encore plus de 300 individus en 2020. Il se maintient dans les Pyrénées) avec au moins 6 000 individus. En dépit de l’annulation par les tribunaux administratifs de chaque autorisation de chasse délivrée par les préfectures, la chasse du Grand Tétras continue. Par exemple dans les Hautes-Pyrénées en 2011-2012, comme en 2012-2013, malgré l’interdiction faite par le tribunal administratif de Pau, la fédération des chasseurs, avec l’accord de la préfecture et le soutien du ministre de l’Écologie, du développement durable et de l’énergie a autorisé les chasseurs à chasser durant quatre semaines, les mercredi et dimanche, et à prélever un oiseau par chasseur et par saison de chasse, un nombre de coqs à prélever par unité naturelle étant proposé annuellement par la fédération et l’ONCFS au préfet, « en concertation avec les sociétés de chasse concernées » ; pour les contrôles et statistiques, dans ce département « tout prélèvement doit être signalé à la Fédération le lendemain de la capture, entre 8 h 30 et 12 h, délai de rigueur » et « Chaque oiseau prélevé doit obligatoirement être présenté à une personne mandatée par la fédération (…) dans les trois jours qui suivent la capture. ».
  • Asie : grande partie de la Russie (Oural), jusqu’au fleuve Ienisseï, nord du Kazakhstan et Nord-Ouest de la Mongolie.
  • Le Grand Tétras habite en Europe les forêts de conifères des montagnes (Abies alba, Picea abies, Pinus spp.) parsemées de feuillus (avec sous-bois riche en arbustes à baies et myrtilliers) ; en Asie et Scandinavie, ce milieu se retrouve aussi en plaine (taïga).

Malgré les inquiétudes de certains auteurs exprimées dès le début du XXe siècle, et malgré les nombreuses études ayant porté sur l’espèce, sa prédation (ex : analyse de 129 cas de mortalité dans les Pyrénées), son comportement territorial, sa dynamique de population, ses besoins alimentaires, ses besoins en termes de perchoir et « dortoirs », ses facteurs limitants ou de régression, des années 1980 à 2000, lesquelles ont montré l’importance de la disponibilité de ces bons habitats, du calme, de la pression de chasse ou de braconnage, des limitations aux déplacements d’individus en raison d’une trame verte et bleue dégradée (selon E Menoni, « les mouvements (émigration – immigration) entre forêts voisines sont très importants dans la dynamique des populations. ») et divers efforts

locaux de protection de ses habitats (dans plusieurs parcs nationaux et régionaux notamment), un classement en espèce protégée ou non-chassable dans certaines régions… Et malgré un premier projet de plan de restauration dans les années 1990, et une stratégie nationale d’action en faveur de cette espèce (6 mars 2012), l’espèce continue à régulièrement régresser notamment dans le Sud-Ouest de la France. Tout comme le lagopède alpin (-60 % en 12 ans dans le massif des Trois Seigneurs, et de -14 % en 5 ans dans le Vicdessos) il a beaucoup régressé dans les Pyrénées françaises (chute de 75 % des effectifs du Grand Tétras en 50 ans (de 1960 à 2010). Les causes de sa disparition ou régression étaient autrefois la chasse et la dégradation des forêts, elles seraient maintenant le braconnage, la régression ou dégradation de ses habitats (morcellement forestier, ouverture de nouvelles pistes forestière ou de ski ou raquettes, station de sports d’hiver, sylviculture trop « dynamique », etc.).

Coq de bruyère, entier postal, Russie.

En juillet 2007, le Groupe Tétras France a demandé un statut d’espèce protégée pour le Grand Tétras dans les Pyrénées, statut qu’il a déjà obtenu dans les autres massifs montagneux français. Dans le Sud-Ouest, neuf années de suite, les tribunaux administratifs de Pau et Toulouse, suivis par la Cour d’appel de Bordeaux (14 février 2013) ont rejeté (avec un certain délai) les arrêtés préfectoraux permettant la chasse de cette espèce. La stratégie nationale comprend un « plan de gestion cynégétique », mais il est

contesté par plusieurs ONG environnementales réunies dans le Groupe Tétras France car rédigé unilatéralement avec le monde de la chasse et non discuté au sein du « comité de suivi de la stratégie ». Le ministère s’est retourné vers le Conseil d’État qui a tranché le 28 décembre 2012, en rejetant le pourvoi de la ministre par manque de moyens sérieux. Enfin, dans les régions transfrontalières (dont certaines touchées par les retombées de Tchernobyl comme le montre une contamination croissante des sangliers dans les années 1990), des comptages et une gestion transfrontalière sont nécessaires.

En France, le ministère de l’Écologie et du Développement durable a lancé en 2009 une stratégie nationale de conservation du Grand Tétras.

C’est un groupement constitué de la Ligue pour la protection des oiseaux (LPO), de l’Office national des forêts (ONF), du Groupe Tétras France et du réseau des réserves naturelles de France qui a été responsable de la rédaction de ce plan de sauvegarde dans l’Hexagone, avec un groupe de travail constitué de l’ensemble des corps constitués utilisateurs des habitats du Grand tétras, d’experts de l’ONCFS et d’experts indépendants. Le document a été finalisé début 2012, et sa mise en œuvre a été confiée aux DREAL, qui s’appuiera sur l’ONCFS.

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.