Le grand Canyon (USA).

Le Grand Canyon ou Grand Cañon, en anglais Grand Canyon, en hopi Ongtupqa,  est un canyon des États-Unis situé dans le Nord-Ouest de l’Arizona. La gorge a été creusée par le fleuve Colorado dans le plateau du même nom. Fondé en 1919, le parc national du Grand Canyon couvre un territoire protégé de 4 927 km2. Il est fréquenté chaque année par plus de quatre millions et demi de visiteurs. La diversité et la singularité naturelle et paysagère du site l’ont fait reconnaître patrimoine mondial de l’Humanité par l’UNESCO en 1979.


Le Grand Canyon est situé dans le sud-ouest des États-Unis, dans le nord de l’État de l’Arizona.

Les dimensions du Grand Canyon sont gigantesques, d’où son nom (en anglais, grand ne signifie pas grand, mais à la fois immense, imposant, grandiose et superbe). Il s’étend sur environ 450 km de long entre le lac Powell et le lac Mead, dont 350 km sont situés dans le parc national. Sa profondeur moyenne est de 1 300 mètres, avec un maximum de plus de 1 600 mètres. Sa largeur varie de 5,5 km à 30 km.

nd Canyon n’est ni le plus profond, ni le plus imposant des canyons terrestres : le canyon de Colca (3 400 m de profondeur) et le canyon de Cotahuasi (3 550 mètres de profondeur) au Pérou, le canyon du Yarlung Tsangpo en Chine, le Barranca del Cobre au nord du Mexique et le Hells Canyon dans l’Idaho sont des gorges plus profondes. Le site est cependant remarquable pour les points de vue offerts aux visiteurs et pour les couches géologiques qui apparaissent sur les versants du canyon, bien connus des géologues. Les strates racontent l’histoire du continent nord-américain. D’autre part, l’endroit est le résultat spectaculaire du travail de l’érosion, notamment celle du fleuve Colorado qui coule en contrebas.

Le climat est marqué par l’aridité et l’altitude. Les précipitations annuelles sur South Rim sont de 380 mm. Les températures varient entre le nord (plus froid car plus élevé) et le sud du parc. Elles sont différentes selon que l’on se trouve sur le plateau ou au fond du canyon : l’été est particulièrement chaud et sec à cette altitude. La route du versant nord est fermée entre novembre et mai à cause des chutes de neige. Des vents catabatiques soufflent à l’intérieur des gorges à certains moments de la journée. La nuit, la baisse des températures génère un brouillard froid.

Le Grand Canyon a été sculpté par la force du fleuve Colorado, qui prend sa source dans les Montagnes Rocheuses et se jette dans le Golfe de Californie après avoir parcouru 2 333 km. En contrebas de Yavapai Point, le lit du fleuve se trouve à 750 mètres au-dessus du niveau de la mer.

Le débit moyen du fleuve est de 650 m3/s ; Cependant, lors des périodes de crue, il peut augmenter de manière significative : avant la construction des barrages, le débit pouvait atteindre 2 300 m3/s. Une centaine de rapides se trouvent au fond du canyon. Plusieurs affluents se jettent dans le Colorado : Kanab Creek, Havasu Creek avec les chutes d’Havasu, Little Colorado et Paria River. Beaucoup de cours d’eau sont temporaires et dépendent des précipitations et de la saison.

Le Grand Canyon présente des roches dont certaines sont âgées d’1,7 milliard d’années au fond des gorges. On estime à environ un millier le nombre de grottes et de cavernes dans le Grand Canyon ; seules 335 ont été reconnues. La plupart d’entre elles se trouvent dans les formations géologiques de Redwall et de Muav. Certaines sont très fréquentées par les touristes, comme celle des Domes à Horseshoe Mesa, qui sont attirés par les spéléothèmes (stalactites, stalagmites, etc.).

Il est possible de remonter jusqu’à environ 1,7 milliard d’années pour décrire l’histoire du Grand Canyon. À la fin du Précambrien (ère protérozoïque), les roches sédimentaires qui s’étaient lentement formées ici ont été métamorphisées sous l’action des fortes pressions et des températures élevées du magma. Il y a environ 1,2 milliard d’années, à la fin du protérozoïque, 4 000 mètres de sédiments et de lave s’accumulèrent dans une mer peu profonde. Vers 725 millions d’années, ces roches furent soulevées et déformées pour devenir une chaîne de montagne. Un long processus d’érosion succéda à cette période. Puis la région fut à nouveau envahie par la mer à plusieurs reprises entre 550 et 250 millions d’années, donnant lieu à la formation de nouvelles strates de grès, de calcaire et de shale (groupes de Tonto et de Supai). Entre 80 et 35 millions d’années, l’orogenèse laramienne entraine la formation des Montagnes Rocheuses, situées plus à l’ouest et des déformations dans la région de l’actuel Grand Canyon. Une intense activité volcanique commença il y a 6 millions d’années, provoquant d’importantes coulées de lave.

Une première hypothèse était que le Grand Canyon lui-même s’est formé à partir de la fin du cénozoïque grâce à l’action érosive du Colorado, renforcée par l’ouverture du golfe de Californie en aval. De nouvelles éruptions ont produit des coulées de lave qui ont formé plusieurs bouchons dans la gorge et formé des lacs d’une profondeur allant jusqu’à 600 mètres.

Selon des données minéralogiques plus récentes, il pourrait être plus vieux de 17 millions d’années, soit 11 millions d’années de plus que ce que l’on pensait (estimation début 2008 par le California Institute of Technology). Puis l’Université du Colorado a estimé qu’il existait il y a 55 millions  d’années et qu’il aurait pu commencer à se creuser il y a 65 millions d’années, à la fin de l’ère des dinosaures.

Quarante-cinq tremblements de terre ont affecté le Grand Canyon ou sa région au cours du XXe siècle : cinq ont atteint des magnitudes comprises entre 5 et 6 sur l’échelle de Richter.

Aujourd’hui, il n’existe plus de volcan actif dans la région du Grand Canyon. Les dernières laves datent d’environ dix mille ans. La dernière éruption du Sunset Crater, situé au sud du Grand Canyon a eu lieu vers 1100.

La présence de nombreuses failles témoignent de l’activité tectonique qui a affecté et affecte encore la région du Grand Canyon. La faille de Bright Angel Fault traverse le canyon entre Grand Canyon Village vers la rive nord.

Le Grand Canyon présente une importante diversité d’écosystèmes : leurs caractéristiques dépendent de nombreux facteurs : situation, exposition au soleil, nature du sol, altitude, etc. La faune et la flore sont plus ou moins soumises à l’action humaine et à la pression touristique.

355 espèces d’oiseaux, 89 de mammifères, 47 de reptiles, 9 d’amphibiens, 17 de poissons, ainsi que des milliers d’espèces d’invertébrés sont recensées dans le parc du Grand Canyon.

Le puma, le lynx, le coyote et la chèvre des montagnes Rocheuses sont des mammifères qui vivent sur les deux rives, mais ils sont difficiles à observer.

Plusieurs espèces sont menacées ou en danger : Oxyloma haydeni kanabensis est un escargot que l’on rencontre dans quelques prairies du parc. Le Gila cypha et le Xyrauchen texanus sont deux poissons qui vivent dans le Colorado et ses affluents. Le Pelecanus occidentalis californicus ou pélican brun de Californie ainsi que le Empidonax traillii sont également très rares.

Le condor de Californie, l’un des plus grands oiseaux de la planète, (rivalise avec le condor des Andes plus grand encore) a été réintroduit dans les années 1990. Présent depuis 40 000 ans dans le Grand Canyon, il a failli disparaître à cause de la chasse et du saturnisme. En 1987, il ne restait qu’une trentaine d’individus dans le monde, dont neuf seulement en liberté (Californie). Aujourd’hui, ils sont 305, dont une soixantaine en Arizona. Disparus de la région dans les années 1920, ils ont été classés sur la liste des espèces en danger en 1967 et trois couples ont été réintroduits en 1996. Ils sont tous numérotés et munis d’un radioémetteur.

Les Condors de Californie ne pondent qu’un seul œuf par an ou tous les deux ans. Ils n’atteignent leur maturité sexuelle qu’à l’âge de cinq ou six ans ; on trouve ce charognard surtout dans l’Est du parc16 où il profite des vents ascendants pour se déplacer.

Le Grand Canyon conserve de nombreux fossiles, dont les plus anciens remontent au Précambrien (traces d’algues et de spores). Les paléontologues ont retrouvé dans les grottes du Grand Canyon des poils, des ossements et des déjections d’animaux aujourd’hui disparus. Ces témoignages de la faune ayant vécu pendant la dernière glaciation sont bien préservés grâce à l’aridité de la région. Les spécialistes ont ainsi découvert des ossements de condor de Californie vieux de plusieurs milliers d’années et parfaitement conservés par dessiccation. Des excréments de mammouths ont permis aux scientifiques de reconstituer le milieu à l’époque du Wisconsinien. Avec l’augmentation des températures, la mégafaune du Pléistocène a fini par disparaître de la région : mastodonte, paresseux géant, chameau, cheval, tigre à dents de sabre.

Source : Wikipédia.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Désolé, mais la copie des textes et des images n'est pas autorisée.