Le goéland.

Le goéland est un nom vernaculaire ambigu désignant les espèces d’oiseaux marins de la famille des laridés appartenant au genre Larus ainsi que d’autres espèces de cette famille appartenant à d’autres genres. Sur les côtes européennes, l’espèce la plus commune est le Goéland argenté (Larus argentatus).


En réalité, il n’y a guère que la langue française à faire cette distinction de nomenclature entre « mouettes » et « goélands » : pour simplifier, dans la nomenclature normalisée, un goéland est une grosse mouette. En catalan et occitan où existe également une distinction entre les deux espèces les termes équivalents sont respectivement gavina/gavià (catalan) et gabina (ou gabianòla) / gabian (occitan), d’où vient le terme gabian utilisé sur les côtes méditerranéennes. Toutefois, dans ces langues le terme employé a la même origine (l’un est le diminutif de l’autre), contrairement au doublon français mouette/goëland.

Goéland, carte maximum, TAAF, 1/01/1986.

L’opinion la plus communément admise est que le français goéland est un emprunt au breton gwelan ou gouelañ1 qui désigne effectivement les goélands et signifie « pleurer » et qui décrit précisément le chant de cet oiseau. Son équivalent anglais, gull, a une origine brittonique analogue. La désignation des mouettes et goélands est effectivement très homogène dans les langues celtiques du rameau brittonique : gwelan en breton (Gouelan en breton moderne), gwylan en gallois et guilan en cornique. Ces trois termes auraient pour origine commune le celtique *voilenno-, racine que l’on retrouve aussi dans les langues du rameau gaélique : l’irlandais faoileán, l’écossais faoileag et l’ancien écossais gûrplan.

Ce sont des oiseaux de taille moyenne ou grande, généralement gris ou blancs, avec souvent des marques noires sur la tête ou les ailes. Ils ont un bec long et épais, des pieds palmés. Les pattes sont de couleur verte, jaune, rose ou rouge.

Les jeunes, souvent nommés « grisards », ont un plumage mêlant le brun, le beige, le gris et le blanc ; ils mettent de deux à quatre ans pour acquérir, progressivement, le plumage adulte complet.

La plupart des goélands sont omnivores, se nourrissant d’animaux et parfois de charognes. Certaines espèces de Goélands sont capables de digérer des os de tailles considérables.

Les activités humaines (constructions, pêche, etc.) ont entrainé une raréfaction de leur nourriture sur le littoral.

Les goélands sont presque tous côtiers ou insulaires, s’aventurant rarement en haute mer. Mais on peut également trouver ces oiseaux dans des villes traversées par des fleuves ou rivières à faible débit.

 

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.