Le Dodo de l’île Maurice.

Le Dronte de Maurice (Raphus cucullatus) est une espèce d’oiseaux de l’ordre des Columbiformes, endémique de l’île Maurice, disparue depuis le XVIe siècle. Il est plus connu sous le nom de dodo, nom vernaculaire également utilisé pour désigner le Solitaire de Bourbon, bien que celui-ci appartienne à un autre ordre.

Apparenté au Solitaire de Rodrigues et appartenant comme les pigeons à la famille des Columbidae, ce dronte vivait dans les forêts ou les plaines. Il mesurait environ un mètre pour une masse moyenne de 10,2 kilogrammes. Découvert en 1598, il était décrit comme lent, ne fuyant pas l’être humain, gros et presque cubique. Son corps au plumage bleu gris était pourvu d’ailes atrophiées jaune et blanc, ainsi que d’un panache de quatre ou cinq plumes de mêmes couleurs en guise de queue. Ses pattes jaunes comportaient quatre doigts (trois à l’avant et un à l’arrière) terminés par de grands ongles noirs. Son bec crochu avait une tache bleue caractéristique à son extrémité et une rouge sur la mandibule inférieure. Sa tête noire ou grise possédait deux plis importants à la base du bec.

Le dodo s’est éteint moins d’un siècle après sa découverte, à la fin du XVIIe siècle avec l’arrivée des Européens. Il est aujourd’hui souvent cité comme un archétype de l’espèce éteinte car sa disparition, survenue à l’époque moderne, est directement imputable à l’activité humaine.


Le dodo est un parent proche des pigeons modernes. Les analyses du génome mitochondrial et des séquences d’ADN du dodo suggèrent que ses ancêtres ont divergé de ceux de son plus proche parent connu, le Dronte de Rodrigues (aussi éteint), aux environs de la frontière Paléogène-Néogène. Comme les îles Mascareignes sont d’origine volcanique et sont vieilles de moins de 10 millions d’années, les ancêtres des deux espèces sont probablement restés capables de voler durant un certain temps après la séparation de leurs lignées. La même étude a aussi été interprétée de façon à montrer que le Nicobar à camail est le plus proche parent vivant du dodo.

Cependant, la phylogénie proposée est légèrement discutable concernant les relations avec les autres taxons et doit donc être considérée comme hypothétique jusqu’à de nouvelles recherches ; en regard des données biogéographiques, il est probable qu’elle soit erronée. Tout ce qu’on peut actuellement affirmer avec certitude est que les ancêtres du dodo et du Dronte de Rodrigues sont des pigeons d’Asie du Sud ou de Wallacea, ce qui s’accorde avec l’origine de la plupart des oiseaux des Mascareignes. On ignore encore si le dodo et le Dronte de Rodrigues sont plus proches du Nicobar à camail ou d’autres groupes de la même lignée telles que les groupes Ducula, Treron ou Goura.

Pendant longtemps, le dodo et le Dronte de Rodrigues ont été placés dans une famille qui leur est propre, la famille des Raphidae, car leurs relations avec d’autres groupes d’oiseaux (comme les rallidés) devaient encore être résolues. Depuis peu, il semble plus justifié de voir le dodo et le Dronte de Rodrigues comme formant une sous-famille des columbidés.

On suppose désormais que le supposé « dodo blanc » décrit par Willem IJsbrantsz Bontekoe sur La Réunion est basé sur des mauvaises interprétations de l’Ibis de la Réunion, ce qui a conduit à des peintures de dodos en apparence albinos, d’autant qu’aucun squelette proche de l’espèce Mauricienne n’a été découvert à La Réunion; la fréquence de l’albinisme ayant tendance à augmenter occasionnellement chez les espèces insulaires.

En octobre 2005, une équipe internationale de chercheurs a effectué des fouilles sur une partie de la Mare aux Songes, le site le plus important de restes de dodos. De nombreux restes ont été trouvés, dont des os des oiseaux à différents stades de maturité et plusieurs os appartenant manifestement au squelette d’un même individu et conservés en position naturelle. Ces résultats ont été rendus publics en décembre 2005 au Naturalis de Leyde. Avant cela, quelques espèces ayant un lien avec le dodo étaient connues, la plupart de ce qu’on dispose d’elles étant composé d’os isolés et dispersés. Le muséum d’histoire naturelle de Dublin et celui d’Oxford, entre autres, possèdent un modèle de dodo assemblé à partir de ces restes dissociés. Un œuf de dodo est exposé au musée d’East London, en Afrique du Sud. Un squelette et une reconstitution de dodo sont conservés dans la galerie de Paléontologie du Muséum national d’histoire naturelle, au Jardin des plantes, à Paris.

Jusqu’à récemment, les restes de dodos en meilleur état, actuellement disponibles au muséum d’histoire naturelle d’Oxford, étaient formés d’os de pattes et de crâne, qui contenaient les seuls restes connus de tissus de l’espèce. Le Manchester Museum expose une petite collection d’os de dodos. Une reconstitution d’un dodo, créée par le taxidermiste québécois, Charles-René Bazinet au Biodôme de Montréal, propriété des Cercles des jeunes naturalistes, est visible depuis le 30 mai 2015. Les restes du dernier dodo empaillé connu avaient été conservés par l’Ashmolean Museum d’Oxford, mais au milieu du XVIIIe siècle, l’animal a commencé à se détériorer et, vers 1755, le directeur ou le conservateur du musée a ordonné qu’on se débarrasse de celui-ci, à l’exception de ce qu’il en reste aujourd’hui.

En juin 2007, un groupe d’aventuriers explorant une grotte située sur l’île Maurice a trouvé le squelette de dodo le plus complet et le mieux préservé jamais découvert.

D’après les illustrations d’artistes du dodo, celui-ci était doté d’un plumage grisâtre, un bec d’environ 23 centimètres avec une extrémité crochue, de très petites ailes, de robustes pattes jaunes et d’une touffe de plumes sur son derrière. Les dodos étaient de très gros oiseaux, pesant environ 23 kilogrammes, donnée remise en cause par une étude scientifique. Le sternum était insuffisant pour permettre le vol ; les dodos ont évolué pour s’adapter à un écosystème insulaire sans prédateurs.

L’image traditionnelle du dodo est celle d’un animal gros, maladroit, d’où le synonyme Didus ineptus ; cependant, plusieurs contestations sont nées récemment sur cette approche de l’oiseau. Les scientifiques d’aujourd’hui avancent l’idée que les représentations anciennes du dodo sont celles de dodos suralimentés vivant en captivité. Étant donné que l’île Maurice connaît des saisons sèches et humides, le dodo s’est probablement engraissé lui-même à la fin de la saison humide afin de pouvoir vivre durant la saison sèche, durant laquelle la nourriture se faisait plus rare ; les rapports contemporains décrivent des oiseaux « voraces » et parfois agressifs. En captivité, où la nourriture est disponible en grande quantité, les dodos se suralimentent très facilement.

Plusieurs versions demeurent sur le régime alimentaire du dodo. Au xixe siècle, Henri de Blainville, pensant que le dodo était proche du vautour, voyait l’alimentation du dodo principalement constituée de chairs d’animaux morts, tandis que Linné ou Cuvier, pour qui il était plus proche des gallinacées, avançaient la possibilité que le dodo se nourrissait de graines. Roelandt Savery pensait quant à lui que le dodo mangeait des coquillages et des escargots. L’hypothèse la plus répandue actuellement avance que l’alimentation du dodo se basait essentiellement sur les graines et les fruits.

Les travaux du professeur américain Stanley Temple ont légèrement perturbé les connaissances sur l’alimentation du dodo. Celui-ci défendit l’explication selon laquelle seule l’ingestion des graines du tambalacoque par le dodo pouvait permettre leur germination ; il affirma que l’extinction du dodo était la cause de la disparition progressive des tambalacoques. Il gava dix-sept dindons sauvages de fruits de tambalacoque : trois d’entre eux ont germé. Temple n’a pas essayé de faire germer des graines de fruits non ingérés par les dindons, ce qui rend les résultats de son expérience peu certains. Temple a aussi ignoré les rapports sur la germination des graines de tambalacoque établis par A. W. Hill en 1941 et H. C. King en 1946, d’après lesquels les graines germaient, bien que très rarement, sans nécessiter l’abrasion de la graine dans le gésier du dodo.

Comme de nombreux animaux qui ont évolué séparément des prédateurs importants, le dodo n’avait développé aucune peur à l’encontre des êtres humains, et ceci, en plus de son incapacité à voler, en a fait une proie facile pour les hommes. Les journaux de l’époque sont remplis de commentaires concernant le mauvais goût et la viande ferme du dodo, alors que d’autres espèces locales comme la poule rouge étaient appréciées pour leur goût. Cependant, pour les nombreux marins de la région, le Dodo avait l’avantage d’être comestible et d’être proche des routes commerciales. De plus, lorsque les premiers hommes sont arrivés sur l’île Maurice, ils ont aussi apporté avec eux d’autres animaux qui n’étaient pas sur l’île auparavant, dont des chiens, des porcs, des chats, des rats et des macaques crabiers, qui pillèrent les nids de dodos, alors que l’homme détruisait les forêts, que les dodos avaient pris pour foyers ; en fait, l’impact de ces animaux — en particulier celui des porcs et des macaques — sur la population des dodos est considéré comme plus important que celui de la chasse. Les fragments trouvés lors de l’expédition de 2005 sont apparemment ceux d’animaux tués par une crue soudaine ; une telle mortalité aurait menacé d’extinction les espèces déjà vulnérables.

Bien qu’il existe des rapports concernant les massacres de dodos par les hommes dans le but d’approvisionner les navires, des fouilles archéologiques ont trouvé jusqu’à présent peu de preuves de la prédation par l’homme de ces oiseaux. Des ossements d’au moins deux dodos ont été trouvés dans des grottes à Baie du Cap, qui étaient utilisées comme abris par des esclaves fugitifs et des détenus du XVIIe siècle, mais en raison de leur isolement, elles n’étaient pas facilement accessibles par les dodos naturellement.

La date de l’extinction du dodo est sujette à controverse. Andrew R. Solow et David L. Roberts affirment que « l’extinction du dodo est généralement datée de la dernière observation confirmée d’un représentant de l’espèce, par le marin Volkert Evertsz en 1662 », mais de nombreuses autres sources suggèrent la date plus conjecturale de 1681. Roberts et Solow soulignent que, puisque la dernière observation de dodo antérieure à 1662 remonte à 1638, le dodo se faisait probablement déjà très rare dans les années 1660, et donc un rapport contesté de 1674 ne peut être écarté d’emblée. L’analyse statistique des documents de chasse d’Isaac Johannes Lamotius donne une nouvelle date d’extinction estimée à 1693, avec un intervalle de confiance à 95 % de 1688 à 1715. L’examen d’éléments plus circonstanciés tels que les rapports des voyageurs ou le manque de bons rapports après 1689 montre qu’il est probable que le dodo ait disparu avant 1700, le dernier dodo étant mort un peu plus d’un siècle après la découverte de l’espèce en 1581.

Peu d’hommes se sont intéressés de près à l’extinction du dodo. Au début du XIXe siècle, beaucoup pensaient que l’espèce n’était qu’un mythe. Avec la découverte des premiers os de dodos dans la Mare aux Songes et les rapports écrits par George Clarke à leur sujet, l’intérêt pour les dodos a été ravivé. Dans la même année que celle où Clarke a commencé à publier ses rapports, l’oiseau est devenu un personnage des Aventures d’Alice au pays des merveilles de Lewis Carroll. Grâce à la popularité de l’œuvre, le dodo est devenu un animal célèbre et une icône de l’extinction des animaux facilement identifiable.

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.