Le crotale.

Crotalus est un genre de serpents de la famille des Viperidae.


On le désigne souvent, dans le langage courant, comme « serpent à  sonnette » en raison de son bruiteur aussi appelé cascabelle, assemblage de grandes écailles (anneaux) imparfaitement fixées présent chez toutes les espèces du genre Crotalus, excepté chez Crotalus catalinensis. Ces anneaux proviennent de l’épiderme de l’extrémité de la queue qui ne se détache pas à chaque mue et reste adhérent (la « sonnette » gagne un anneau à chaque mue), d’où le bruit de crécelle qui résulte du frottement de ces couches cornées. Ainsi, le crotale peut effrayer un intrus en agitant sa queue. Il ne peut entendre lui-même le son qu’il produit : comme tous les serpents, il est sourd. Il est considéré comme l’un des serpents les plus dangereux du monde.

C’est en « copiant » les couleurs des fleurs, des feuilles ou des fruits que les petits crotales d’Amérique centrale se dissimulent à leurs proies comme à leurs ennemis. Ceci est le résultat d’une longue évolution qui s’est faite en faveur des serpents les mieux à même de se camoufler afin de chasser et d’échapper à leurs prédateurs.

Comme tous les Viperidae, le venin des serpents à sonnettes est essentiellement hémotoxique, c’est-à-dire qu’il détruit surtout les cellules du sang et des tissus alentour, ce qui le différencie des neurotoxines propres aux cobras. Les hémotoxiques produisent surtout une destruction des tissus organiques, des hémorragies internes et des enflures ; l’injection s’accompagne de douleurs plus fortes que celles de la plupart des neurotoxines, mais ce venin tue plus lentement. Certaines espèces de serpents à sonnettes, telles le crotale du Mojave (C. scutulatus), sécrètent un venin composé à la fois d’hémotoxines et de neurotoxines. Chez les vipères, la composition du venin dépend des espèces, et sert même à identifier précisément les liens de parentés entre ces espèces.

On ne connaît pas encore avec précision la composition du venin des serpents à sonnettes, car elle varie d’une espèce à l’autre, et si les espèces les plus courantes des États-Unis ont été bien étudiées, il n’en va pas de même des multiples espèces du Mexique. La plupart des venins contiennent des enzymes comme les protéases et les phospholipases. Lorsque les protéines primaires se dissolvent et se fragmentent, les phospholipides se décomposent en acide gras et composés lipophiles. Les protéases se comportent comme des hémorragiques très spécifiques, affectant la structure des parois cellulaires des globules rouges, qu’elles détruisent. Il s’ensuit une hémorragie des tissus, amplifiée par les enzymes  hémostatiques du sang comme la thrombine, et par l’altération du fibrinogène sanguin qui retarde ou empêche la coagulation. La combinaison de ces deux toxines produit une nécrose des tissus : des poisons particuliers comme les myotoxines et les crotamines (propres au venin des crotales) s’attaquent aux tissus musculaires. Les venins neurotoxiques contiennent surtout un complexe à base de phospholipase A2 et une protéine acide inhibitrice : ainsi chez le Crotale cascabelle, le complexe est la « crotoxine », la protéine la « cropotine. » Cette crotoxine agit d’abord sur la membrane des plaques motrices d’une synapse et les détruit après décomposition de la cropotine. La destruction des synapses entraîne une paralysie, car il n’y a plus libération de neurotransmetteurs.

La quantité de venin injectée par la morsure d’un serpent à sonnettes varie de 50 mg (de masse sèche) pour les plus petits sujets, à plus de 400 mg pour les espèces de taille moyenne et plus de 1 000 mg pour les plus grandes espèces, comme le Crotale diamantin ou le crotale du Texas. La DL50 pour une souris de laboratoire est d’environ 3 à 5 mg/kg. Les espèces de serpent de taille moyenne possèdent dans leurs glandes parotides suffisamment de venin pour tuer entre 3000 et 5000 souris. Ces chiffres dépendent bien sûr de la composition du venin : la teneur en hémotoxiques du venin du crotale de Mojave présente une DL50 d’environ 3 mg/kg pour une souris, ce qui correspond à la moyenne des autres serpents à sonnettes, mais la concentration du neurotoxique donne une DL50 de seulement 0,24 mg/kg. Ainsi l’injection de 70 mg de ce venin suffit pour tuer 7 500 souris, ce qui fait de cette espèce la plus venimeuse d’Amérique du Nord. Le venin du Crotale cascabelle d’Amérique latine est analogue à celui du crotale de Mojave, mais chaque morsure libère en moyenne 100 mg de venin.

Source : Wikipédia.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Désolé, mais la copie des textes et des images n'est pas autorisée.