Le cristal (verre).

Le cristal est un type de verre riche en plomb (jusqu’à 40 % de la masse en plus, et au moins 24 % d’oxyde de plomb PbO doit avoir été ajouté au verre).

Le plomb abaisse le point de fusion du verre, tout en stabilisant sa composition. Il le rend plus lumineux (effet « arc en ciel »), plus dense et lui confère une sonorité particulière. Par ailleurs, le cristal, plus tendre que le verre est plus facilement taillé.

Le mot « cristal », issu du monde des minéralogistes et repris par les verriers2, est trompeur, car il s’agit d’un matériau amorphe ; ce n’est donc pas un cristal au sens physique ou physico-chimique du mot.


Tailleur de cristal, carte maxmimum, Paris, 15/03/2019.

La découverte du cristal a été, comme beaucoup d’autres inventions, fortuite. Elle remonte au XVIIe siècle, en Angleterre lorsque l’Amirauté britannique pour assurer la production des mâts des navires dont elle avait besoin a décidé d’interdire l’utilisation du bois comme combustible.

Les verriers se tournèrent donc vers d’autres sources d’énergie telles que le charbon récemment découvert. Fondant le verre dans des pots réfractaires ouverts, ils constatèrent que l’oxyde de carbone teintait le verre d’une coloration brunâtre. Pour y remédier ils se mirent à travailler avec des fours couverts. Vers 1675, George Ravenscroft introduisit dans la composition un oxyde métallique (oxyde de plomb) comme « agent fondant » (techniques qu’il aurait apprises à Venise). À leur surprise, les verriers constatèrent que le verre ainsi produit avait un éclat et une sonorité exceptionnels.

La fabrication du cristal en France débute dès 1767 à la verrerie de Münzthal (ancien nom des cristalleries de Saint-Louis). La découverte du cristal est attribuée à Stephen Falango en Angleterre vers 1627, mais la qualité du verre pour la table n’arrive qu’au XVIIIe siècle avec le cristal de Bohême.

L’histoire du cristal est sans doute plus ancienne puisque des lentilles en cristal ont été utilisées pour les yeux du pharaon Rahotep, 26 siècles avant notre ère (Musée du Caire).

Depuis 1969, l’appellation « cristal » est protégée en Europe et dans de nombreux pays par des normes précises pour garantir l’authenticité et la qualité de l’article. Pour s’appeler « cristal », le verre doit répondre à différents critères portant sur la concentration d’oxydes métalliques (notamment l’oxyde de plomb PbO), la densité et l’indice de réfraction. En deçà de ces mesures, il convient de parler de « verre sonore » ou « cristallin ».

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.