Le Conservatoire national des arts et métiers (Cnam).

Le Conservatoire national des arts et métiers (Cnam) est un grand établissement d’enseignement supérieur et de recherche français placé sous la tutelle du ministère chargé de l’Enseignement supérieur.

Fondé par l’abbé Henri Grégoire à Paris le 19 vendémiaire an III (10 octobre 1794) pour « perfectionner l’industrie nationale », il est avec l’École polytechnique et l’École normale supérieure une des trois créations de la Révolution française dans l’enseignement supérieur scientifique.

Héritier de l’esprit des Lumières et des encyclopédistes, le Conservatoire a, dès son origine en 1794, une vocation multidisciplinaire. Il est historiquement reconnu pour la formation des ingénieurs.

Le Conservatoire national des arts et métiers est situé à Paris et possède un réseau qui s’étend partout en France et à l’étranger. Il est doté du statut de grand établissement et une grande école8 placé sous la tutelle du ministre chargé de l’Enseignement supérieur et de la recherche. Le Cnam est également destiné aux cadres en activité dans l’industrie, dans les entreprises et dans les services publics qui souhaitent approfondir leurs connaissances, s’initier à de nouvelles disciplines, préparer un diplôme de bac à bac+8-9.

Le Cnam possède 158 centres en France métropolitaine et outre-mer, ainsi que plusieurs centres à l’international accueillant près de 9 000 étudiants (soit 10 % du total), principalement au Liban (3 800 élèves), au Maghreb et en Afrique francophone (4 000), mais aussi en Asie et en Amérique. L’établissement possède au moins un campus dans chacune des régions de France. 69 000 élèves, appelés aussi auditeurs, suivent actuellement les cours du Cnam en France pour se perfectionner ou obtenir un diplôme.


Le Conservatoire national des arts et métiers est, avec l’École polytechnique et l’École normale supérieure, une des Écoles de l’an III scientifiques. Dès 1794, il compte parmi ses membres les académiciens Vandermonde et Le Roy. Ce dernier collabora à l’Encyclopédie. Le mathématicien Vandermonde est également professeur à l’École normale de l’an III. Permettre au gouvernement de promouvoir les nouveaux procédés dans le domaine de l’industrie, telle est la mission première de l’institution. En 1819, le Conservatoire prend une nouvelle dimension lorsque le gouvernement, en s’inspirant du Collège de France pour son organisation, lui donne pour mission de délivrer un enseignement en sciences de l’ingénieur. Charles Dupin crée alors la première chaire de mécanique appliquée aux arts. Cette même année, Jean-Baptiste Say crée la chaire d’économie industrielle.

Cnam, carte maximum, Paris, 24/09/1994.

De nos jours, on y donne principalement des cours pour adultes engagés dans la vie active (techniciens, cadres), hors temps de travail ou en formation continue, qui permettent d’effectuer une formation d’ingénieur, de construire des cursus multidisciplinaires, d’obtenir des diplômes comme le DUT, le doctorat, le titre d’ingénieur. Parmi les 60 chaires représentées et leurs laboratoires, nombre d’entre elles ont des activités de recherche scientifique et industrielle qui situe l’établissement à la pointe de la technologie française et internationale. Cette mission de recherche se concrétise par de nombreux brevets et des rapports très proches avec le milieu professionnel. Les grands groupes français signent chaque année des projets d’expérimentation avec le Cnam.

Pour financer ses missions de formation, de recherche technologique et de diffusion de la culture scientifique, le Conservatoire national des arts et métiers sera soutenu à hauteur de 39 millions d’euros jusqu’en 2010 par l’État français (+6 % par rapport à la période 2003-2006). L’établissement public bicentenaire qui ambitionne « le doublement de ses activités sur 10 ans », peut également compter sur le soutien des conseils régionaux et sur les revenus générés par ses prestations de formation, de conseil-ingénierie, et par les droits d’inscription.

Cnam, épreuve de luxe.

Le Cnam est membre fondateur en 2010 du Pôle de recherche et d’enseignement supérieur Hésam, avec six autres établissements : Arts et métiers ParisTech, l’École française d’Extrême-Orient, l’École des hautes études en sciences sociales, l’École pratique des hautes études, l’ESCP Europe et l’Université Paris-I Panthéon-Sorbonne.

Devenu une communauté d’universités et établissements en 2013, HeSam Université compte actuellement neuf membres (Cnam, Arts et métiers ParisTech, École du Louvre, Institut national d’études démographiques, CNRS, École nationale supérieure d’architecture de Paris-La Villette, École nationale supérieure de création industrielle–Les Ateliers, Institut national du patrimoine, Institut national d’histoire de l’art) et six membres affiliés (France Clusters, CFJ, IFM, Fondation nationale Entreprise et Performance, Cési, Conférence des écoles supérieures d’Arts appliqués de Paris).

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *