Le Concours Lépine.

Le Concours Lépine est un concours français d’inventions créé en 1901 par Louis Lépine (1846-1933), alors préfet de police de l’ancien département de la Seine.

La manifestation porte en 1901 le nom d’« exposition des jouets et articles de Paris », elle est rebaptisée « concours Lépine » dès 1902.

Plusieurs inventions célèbres y ont été primées, on peut notamment citer l’aspirateur Birum en 1907, le moulin à légumes manuel en 1931 à l’origine du succès de l’entreprise Moulinex, le jeu du Cochon qui rit (1934), le stylo à bille, le moteur à deux temps, le fer à repasser à vapeur, l’hélice à pas variable et les lentilles de contact.

En 1900, les petits fabricants de jouets et d’articles de Paris, pourtant réputés internationalement pour leur qualité et leur inventivité, souffrent de la concurrence étrangère, notamment allemande. Cet « artisanat en chambre » se concentre essentiellement dans le quartier du Temple et ses fabricants indépendants se mettent alors à vendre à la sauvette différentes babioles dans les quartiers fréquentés de Paris, concurrençant les boutiquiers et provoquant l’intervention croissante des hirondelles, les agents de police à bicyclette de la marque Hirondelle, corps récemment créé par le préfet Louis Lépine.

Concours Lépine, carte maximum, Paris, 27/04/1991.

Émile Laurent, préfet hors cadre, adjoint de Lépine et secrétaire général de la préfecture de police, est ainsi alerté par les troubles à l’ordre public de ces petits fabricants et met au courant son supérieur de leur marasme. Le préfet, plutôt que de multiplier les rondes de police, met en place en 1901 un concours-exposition de jouets et de bibelots pour mieux faire découvrir leur travail et par contre-coup réglementer le commerce de rue. Il en rédige le règlement, fait passer des annonces dans la presse et publie des affiches pour attirer des nombreux candidats en octobre 1901, en vain.

Émile Laurent a l’idée de faire bénéficier les concurrents d’une protection juridique de leur invention contre le plagiat : ce dépôt de brevet gratuit fait affluer les inscriptions : 370 candidats présentent pour la première édition le 23 novembre 1901 plus de 700 inventions dans le grand hall du tribunal de commerce.

L’exposition des jeux et jouets, quincaillerie, articles d’ameublement, de ménage, de sport, de mécanique, de T.S.F, de photographie, attire 125 000 personnes dont la femme du président de la république Émile Loubet.

À l’origine, un jury (élus municipaux, académiciens, scientifiques) distribue 50 médailles (or, vermeil, bronze) et récompense le premier prix de 7 000 francs en espèces l’inventeur d’un jeu de société, monsieur Challes.

Les années suivantes confirment ce succès. Le concours Lépine et la société des petits fabricants et inventeurs français (SPFIF, devenue l’AIFF, association des inventeurs et fabricants français) constituent une association loi de 1901 le 8 décembre 1901. La SPFIF devient l’organisatrice du concours dès 1902.

Concours Lépine, épreuve de luxe.

L’Association des petits fabricants et inventeurs français a été présidée de 1902 à 1904 par Édouard Seigneurie (1859-1917), officier de l’instruction publique et membre fondateur de l’association. En 1901, il avait obtenu une médaille d’argent au premier concours Lépine avec l’un des jouets qu’il avait inventé.

C’est Édouard Seigneurie qui, avec les moyens de l’association, organisa le premier concours Lépine au Jardin de Paris en 1902. Le succès du concours fit connaître l’association dans le monde entier. Originaire de Caen, M. Seigneurie était venu se fixer à Paris où il avait fondé une maison pour la fabrication de jouets en bois.

Le 21 avril 1912, la SPFIF devient une association reconnue d’utilité publique.

Le concours se déroule malgré la Première Guerre mondiale. En 1917, il est organisé dans les salles du jeu de paume du jardin des Tuileries10 et en 1918 au Petit Palais de Paris.

L’AIFF a l’idée de promouvoir le concours sur le modèle de la foire de Leipzig : la foire de Paris accueille le concours en 1929.

  • En 1936, le concours enregistre 650 000 entrées payantes.
  • En 1996, Gérard Dorey devient président du concours Lépine.
  • En 2005, Antoine Saucède et Matthieu Lapeyre, alors âgés de 15 ans, reçoivent le prix du président du jury. Ils sont les premiers mineurs à être récompensés par le concours Lépine pour leur « boîte aux lettres magique ».
  • En 2016, Clément Auria, alors âgé de 13 ans, devient le plus jeune inventeur à participer à la 115e édition. Il est récompensé par le concours Lépine pour son robot viticole qui procède à la plantation et à l’arrachage des plants de vigne.

En 2009, les organisateurs ont mis en place une « Avenue des femmes » afin de promouvoir les inventions créées par des femmes. Seules trois femmes (Florence Florit en 2001, Martine Losego en 2002 et Florence Poulet-Daumas en 2009) ont reçu à ce jour la plus haute distinction du concours depuis 1901. L’objectif est de montrer que l’invention n’est pas qu’une prérogative masculine et d’inciter les femmes à déposer les brevets à leur nom et non à celui de leur mari.

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *