Le comité international olympique (CIO).

Le Comité international olympique ou CIO (en anglais, International Olympic Committee ou IOC) est une organisation créée par Pierre de Coubertin en 1894, pour réinstaurer les Jeux olympiques antiques puis organiser cet événement sportif tous les quatre ans, puis en alternant tous les deux ans à partir de 1994, Jeux olympiques d’été et Jeux olympiques d’hiver.

Depuis 1981, c’est une organisation internationale non gouvernementale à but non lucratif dont le siège est à Lausanne selon la Charte olympique. Cette association est dotée de la personnalité juridique à durée illimitée et son statut est reconnu par la Confédération suisse par arrêté du Conseil fédéral du 17 septembre 1981. Depuis le 10 septembre 2013 et pour une période de huit ans, le neuvième président du CIO est Thomas Bach.

À Paris, le 23 juin 1894, en clôture du premier congrès olympique, le baron Pierre de Coubertin fonde le Comité international olympique afin de faire revivre les anciens Jeux olympiques après une absence de plus de 1500 ans. Il veut ainsi contribuer à bâtir un monde pacifique au moyen du sport en promouvant la communication, le fair-play et l’entente entre les peuples. Le CIO est une organisation dont le but est de localiser l’administration et l’autorité pour les jeux, ainsi que de fournir une seule entité légale qui détient tous les droits et les marques. Par exemple le logo olympique, le drapeau, la devise et l’hymne olympique sont tous administrés et possédés par le CIO. Le président du Comité olympique représente le CIO dans son ensemble, et les membres du CIO le représentent dans leurs pays respectifs.

CIO, carte maximum, Lausanne, 23/06/1994.

Le CIO est composé de 115 membres qui se réunissent au moins une fois par an, et élisent un président pour une durée de 8 ans. Les membres sont tous des personnes physiques. Le CIO comprend notamment parmi ses membres des athlètes actifs, d’anciens athlètes ainsi que des présidents ou dirigeants au plus haut niveau de fédérations internationales de sport, d’organisations internationales reconnues par le CIO. Le CIO recrute et élit ses membres parmi les personnalités qu’il juge qualifiées. Les moyens financiers proviennent d’une part des droits de retransmission télévisée et d’autre part des partenariats avec des sociétés multinationales. La présidence de Juan Antonio Samaranch (1980 à 2001) a vu une explosion des droits télévisés et de parrainage des Jeux. En décembre 1998, éclate le scandale de corruption qui a entouré la désignation de Salt Lake City comme ville organisatrice des Jeux olympiques d’hiver de 2002.

Le CIO, autorité suprême du mouvement olympique, désigne lors de sa session annuelle les villes hôtes pour les Jeux olympiques d’été comme d’hiver. L’élection de la ville hôte requiert la majorité absolue des suffrages exprimés. Si, à un tour donné, aucune ville n’obtient la majorité absolue des suffrages exprimés, un nouveau tour est effectué en éliminant la ville ayant reçu le moins de voix. Lors du dernier tour s’il y a lieu, les deux finalistes sont convoqués pour assister au résultat final du vote. Le vote est secret et n’ont pas le droit de vote les membres du CIO ayant la même nationalité qu’une ville encore en lice. Le CIO se réunit également en congrès exceptionnels.

Chargé d’organiser les Jeux olympiques, il en délègue l’organisation matérielle à un comité local d’organisation des jeux olympiques (COJO) et l’organisation technique des épreuves retenues au programme de chaque olympiade aux fédérations internationales compétentes. Il gère les Jeux olympiques d’été depuis 1896, ceux d’hiver depuis 1924 et depuis 2010 les Jeux olympiques de la jeunesse organisés pour la première fois à Singapour. Ses membres sont également impliqués dans l’organisation des Jeux régionaux ou continentaux, reconnus par le CIO et gérés par des comités olympiques ad hoc : jeux asiatiques, jeux africains, jeux panaméricains, jeux méditerranéens, jeux du Pacifique.

CIO, épreuve d’artiste signée.

Depuis 2001, le CIO dispose du Service olympique de radiotélévision (Olympic Broadcasting Service), une agence capable de retransmettre les épreuves sans forcément passer par un diffuseur partenaire. Son siège est situé à Madrid. Pour les Jeux olympiques de 2020, le CIO souhaite prolonger le mouvement en créant une chaîne olympique (qui sera plus un catalogue de contenus à la demande).

Depuis sa création en 1894 jusqu’au 10 avril 1915, le siège du CIO est à Paris. À cette date, Coubertin décide de le mettre à l’abri des hostilités en le localisant en Suisse à Lausanne. Le CIO s’installe d’abord au casino de Montbenon de 1915 à 1922 puis à la villa Mon-Repos de 1922 à 1968 et depuis 1968, son siège principal est le château de Vidy sur les rives du lac Léman. En 1986, le CIO inaugure la Maison olympique. Pour la première fois de son histoire, celui-ci possède un bâtiment qui centralise l’essentiel de ses activités dans le monde. Le musée olympique, fondé sous l’impulsion de Juan Antonio Samaranch, est inauguré le 23 juin 1993. Il est situé au bord du lac Léman sur le quai d’Ouchy. C’est le deuxième musée le plus visité de Suisse et il reçoit le Prix du musée européen de l’année en 1995.

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.