Le Colisée de Rome.

Le Colisée, à l’origine amphithéâtre Flavien (Colosseo en italien), est un immense amphithéâtre ovoïde situé dans le centre de la ville de Rome, entre l’Esquilin et le Cælius, le plus grand jamais construit dans l’Empire romain. Il est l’une des plus grandes œuvres de l’architecture et de l’ingénierie romaines.

 

Sa construction, juste à l’est du Forum Romain, a commencé entre 70 et 72 apr. J.-C., sous l’empereur Vespasien, et s’est achevée en 80 sous Titus. D’autres modifications ont ensuite été apportées au cours du règne de Domitien (81-96). Le nom d’amphithéâtre Flavien dérive du nom de famille (gens Flavii) de l’empereur Vespasien et ses fils Titus et Domitien.

Pouvant accueillir probablement 50 000 spectateurs (les estimations plus anciennes de 80 000 spectateurs, soit un douzième de la population romaine, étant exagérées), le Colisée a été utilisé pour les venationes (combats d’animaux sauvages), les munera (combats de gladiateurs) et autres spectacles publics, tels que des exécutions de condamnés à mort, des reconstitutions de batailles célèbres et des drames basés sur la mythologie romaine. Il est resté en service pendant près de 500 ans, les derniers jeux se prolongeant jusqu’au VIe siècle. Pour l’inauguration du Colisée, en 80 apr. J.-C., Titus donne une naumachie dans le Colisée transformé en bassin reconstituant la bataille navale de Corinthe contre Corcyre. Le bâtiment a finalement cessé d’être utilisé au cours du haut Moyen Âge. Il a plus tard été réutilisé pour des usages variés tels que des habitations, des ateliers d’artisans, le siège d’un ordre religieux, une forteresse, une carrière et un sanctuaire catholique chrétien.

Le Colisée est actuellement en état de ruine, en raison des dommages causés par les tremblements de terre et la récupération des pierres, mais il continue à donner la mesure de l’ancienne puissance de la Rome Impériale. Aujourd’hui, il est l’un des symboles de la Rome moderne, une de ses attractions touristiques les plus populaires avec 7,6 millions de visiteurs, et a encore des liens étroits avec l’Église catholique romaine : chaque Vendredi saint, le pape mène une procession aux flambeaux sur un chemin de croix aboutissant à l’amphithéâtre. Le Colisée est représenté sur la pièce de monnaie italienne de 5 centimes d’euro.


Après le grand incendie de Rome en 64 apr. J.-C, Néron se fit construire un somptueux palais. S’étant saisi de terrains au fond d’une vallée basse au fond de laquelle courait un ruisseau canalisé, entre le Cælius, l’Esquilin et le Palatin, il fit édifier la magnifique Domus aurea. Devant des pavillons, jardins, et portiques, il créa un lac artificiel et fit placer le Colosse de Néron non loin de l’entrée du domaine. L’aqueduc préexistant de l’Aqua Claudia fut prolongé pour l’approvisionnement en eau de cette zone.

Colisée de rome, carte maximum, Paris, 7/11/2002.

À sa mort en 68, Néron fit l’objet d’une damnatio memoriae. La zone fut transformée par Vespasien et ses successeurs. La statue colossale fut conservée, mais on démolit une grande partie de la Domus aurea dont les vestiges servirent de fondations aux thermes de Trajan. Le lac fut comblé et le terrain réutilisé pour la construction du nouvel Amphithéâtre Flavien qui était destiné à remplacer l’amphithéâtre de Statilius Taurus ravagé lors du grand incendie de Rome. La construction du Colisée commença autour de 70-72 (le début et la durée des travaux de construction restent incertains, mais selon la plupart des historiens, ils durèrent environ dix ans, avec deux années supplémentaires pour la finition) sous le règne de l’empereur Vespasien dont la décision peut être vue comme un geste populiste de retour au domaine public d’un quartier annexé par Néron pour son propre usage.

Selon l’inscription portée sur un bloc de marbre trouvé sur le site, telle que reconstituée par l’épigraphiste Géza Alfödy, « l’empereur Vespasien a ordonné que l’on édifie ce nouvel amphithéâtre sur sa propre part de butin  ». Compte tenu des montants en cause, il ne peut s’agir que des trésors saisis par les Romains à la suite de leur victoire dans la Première Guerre judéoromaine de 70, notamment lors du sac de Jérusalem et du pillage de son temple. Il est peu probable que les 30 000 prisonniers juifs emmenés à Rome à la suite de cette campagne militaire aient été employés à la construction du monument, bien que certains, réduits en esclavage, aient pu être affectés aux travaux les moins qualifiés (ouvriers posant le béton plutôt que maçons spécialisés dans le travail du travertin). Le Colisée peut donc être interprété comme un grand monument triomphal construit dans la tradition romaine de célébration des grandes victoires, ce qui expliquerait la présence d’un arc de triomphe ornant l’entrée principale du Colisée et l’ajout par Domitien de boucliers de bronze sur l’attique.

Contrairement à beaucoup d’autres amphithéâtres situés à la périphérie des villes, le Colisée fut construit littéralement et symboliquement au cœur de Rome. Des écoles de gladiateurs et d’autres bâtiments annexes furent construits à proximité. À la mort de Vespasien, en 79, le troisième étage du Colisée était achevé. Le dernier niveau fut inauguré par son fils Titus, en 80. Dion Cassius rapporte que 9 000 bêtes sauvages furent tuées lors des jeux inauguraux. Le bâtiment fut ensuite rénové par Domitien, fils cadet de Vespasien, empereur nouvellement désigné, qui ajouta l’hypogée, réseau de souterrains utilisés pour abriter les animaux et les gladiateurs. Il adjoignit également une galerie tout au sommet du Colisée, destinée à accroître encore le nombre de places.

Sous le règne de Trajan, en 107, 11 000 animaux et 10 000 hommes auraient été impliqués durant 123 jours de fête. Côté technique, 2 000 marins étaient employés pour manœuvrer au-dessus du Colisée l’immense velarium qui donnait de l’ombre aux 55 000 spectateurs. Ceux-ci pouvaient alors admirer à la belle saison, et environ six fois par an, le combat des gladiateurs dont l’âge dépassait rarement 22 ans.

En 217, le Colisée fut gravement endommagé par un incendie majeur (causé par la foudre, selon Dion Cassius) qui détruisit les étages supérieurs des gradins construits en bois. Il ne fut entièrement réparé que vers 240 et subit d’autres réparations en 250 ou 252, puis en 320. Une inscription enregistre la restauration de diverses parties du Colisée sous Théodose II et Valentinien III (règne : 425-450), peut-être pour réparer les dommages causés par un tremblement de terre majeur, en 443 ; d’autres travaux furent entrepris en 484 et en 508.

Colisée de Rome, carte maximum, Monaco, 4/06/1951.

L’arène continua d’être utilisée pour des concours jusqu’au VIe siècle au moins, avec les derniers combats de gladiateurs vers 435. Les chasses aux animaux sauvages se poursuivirent au moins jusqu’en 523.

Le Colisée a connu bien des changements au cours du Moyen Âge. Une petite église fut construite à l’intérieur de la structure, à la fin du VIe siècle, et l’arène devint un cimetière.

Les nombreux espaces voûtés, sous les gradins, furent utilisés comme habitations ou comme ateliers, et on relève encore des locataires au XIIe siècle, époque où les Frangipani fortifièrent l’édifice, apparemment pour en faire une forteresse.

Le Colisée eut à souffrir de plusieurs tremblements de terre, dont ceux de 443, 508, 801, 847 et surtout celui de 1349 qui provoqua l’effondrement de tout un pan du mur extérieur du côté sud bâti sur une couche d’alluvions argileuse. Avec l’autorisation du pape, une grande partie des pierres fut alors récupérée pour la construction des palais, églises, hôpitaux et autres bâtiments. Ainsi les façades du palais de Venise et de la basilique Saint-Pierre sont issues du réemploi des blocs de travertin du Colisée. Les placages de marbre alimentèrent les fours à chaux. Les agrafes de fer ou de bronze scellées au plomb servant à assujettir les pierres furent systématiquement pillées en creusant au burin entre les joints, laissant les innombrables cicatrices (trous) aujourd’hui visibles sur tous les murs intérieurs et extérieurs, et affaiblissant encore l’édifice qui souffrit des tremblements de terre de 1703 et de 1812.

Un ordre religieux s’installa dans les ruines au milieu du XIVe siècle, pour s’y maintenir jusqu’à la fin du XIXe siècle.

Au cours des XVIe et XVIIe siècles, les fonctionnaires de l’Église cherchèrent à donner un rôle productif au grand monument à l’abandon. Sixte Quint (1585-1590) envisagea de transformer l’édifice en filature de laine où l’on emploierait les prostituées, mais cette proposition ne fut pas suivie d’effet par suite de son décès. En 1671, le cardinal Altieri autorisa son utilisation pour des courses de taureaux, ce qui provoqua un tollé.

Au début du XVIIIe siècle, un moine Carme, le père Angiolo Paoli, intervint auprès du pape Clément XI pour préserver ce lieu qui « avait été imprégné du sang des martyrs » et avait été laissé à l’abandon. Le Pape approuva le projet du moine. Le Carme, avec l’aide de quelques volontaires, se transforma en maçon et fit fermer les arcs avec des murs épais, et les portes avec de grosses traverses en fer. À l’intérieur, il érigea trois grosses croix de bois.

En 1749, Benoît XIV décida que la politique officielle de l’Église serait de faire du Colisée le lieu sacré où les premiers chrétiens ont été martyrisés. Il interdit l’utilisation du Colisée comme carrière, et consacra l’édifice à la Passion du Christ et fit installer un chemin de croix, le déclarant sanctifié par le sang des martyrs chrétiens qui y périrent. Plus tard furent entrepris divers projets de restauration et de stabilisation : sous l’Empire français, la façade fut renforcée par des étais de brique en 1807 et 1827, Napoléon faisant employer 1 800 hommes à la restauration et aux fouilles des principaux monuments de Rome de 1811 à 1814. À la suite de l’occupation de Rome, Napoléon III poursuivit les travaux de restauration et de fouilles26. L’intérieur fut restauré en 1831, 1846 et 1930. Avant le nettoyage et les restaurations effectuées au XIXe siècle par des archéologues et ingénieurs, les voyageurs avaient une vision romantique du site, les arcs et les ruines devenues un jardin rempli de fleurs et de verdure leur rappelant la splendeur passée de Rome.

L’arène fut partiellement fouillée en 1810-1814 et en 1874, puis totalement déblayée dans les années 193011. En 1995, débuta un chantier de restauration, le plus important depuis 1836, dont l’objectif était de diminuer le nombre de fragments du monument se détachant et d’ouvrir 85 % du monument au public (contre 15 % en 1995)28. Les restaurations se poursuivent encore actuellement.

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.