Le chien d’assitance.

Un chien d’assistance est un chien destiné à aider les personnes atteintes d’un handicap. Il apporte aux personnes ayant un handicap essentiellement une aide technique (par exemple ramasser un objet ou ouvrir une porte), mais aussi un soutien moral, voire une aide à l’insertion sociale en favorisant l’interaction avec l’environnement. Il est important de comprendre que le chien d’assistance n’aide pas que les personnes atteintes d’un handicap moteur, mais aussi psychiatrique, mental, psychique ou même sensoriel.


En France, fin des années 1980, on connaît les chiens guides d’aveugles mais pas les chiens d’assistance aux infirmes. En 1989, l’association Handi’chiens voit le jour et va les faire découvrir. Les chiens se voient confiés gratuitement à des personnes en situation de handicap mental, physique ou psychique mais sans déficience majeure de l’acuité visuelle.

Chien d’assistante, carte maximum, Luxembourg, 2005.

En France, les chiens écouteurs font leur début en 2010, des bergers australiens éduqués spécialement pour aider les personnes sourdes ou malentendantes.

Les éducateurs sélectionnent les sujets selon deux critères : physique et caractère. Pour ce faire ils se fondent sur la qualité du pedigree afin d’éviter au maximum des risques héréditaires telles que la dysplasie coxo-fémorale ou les tares oculaires.

La connaissance des ascendants leur permet aussi de supposer l’existence ou non d’une réelle aptitude à la tâche qui les attend. Selon ce dernier critère il pourra être formé pour correspondre aux besoins d’une des trois catégories de chiens d’assistance explicitées ci-dessus.

Les races privilégiées sont le labrador retriever et golden retriever.

En France, un chien d’assistance suit une éducation spécialisée pendant deux ans, d’abord en famille d’accueil, puis dans un centre spécialisé.

Il existe également des chiens d’éveil, qui sont remis à des enfants atteints de troubles autistiques ou polyhandicapés, ainsi que des chiens d’accompagnement social destinés aux institutions comme les maisons de retraite ou les centres de rééducation fonctionnelle.

Handi’chiens — anciennement Association nationale d’éducation de chiens d’assistance pour personnes handicapées, ANECAH — est une association reconnue d’utilité publique française dont l’objectif vise à former et à remettre gratuitement des service dogs communément appelés en France chien d’assistance. Ces chiens reçoivent une éducation spécifique afin de pouvoir aider dans leur vie quotidienne leurs maîtres6, lesquels se trouvent en situation de handicap mental ou physique ou psychique7 sans déficience majeure de l’acuité visuelle.

Créée en 1989, sous l’impulsion de Marie-Claude Lebret, selon le modèle des Canine Companions for Independence, Handi’chiens dispose désormais de treize délégations ainsi que de quatre centres d’éducation respectivement répartis à Alençon (Orne), Marcy-l’Étoile près de Lyon (Rhône), Saint-Brandan près de Saint-Brieuc (Côtes-d’Armor) et Vineuil près de Blois (Loir-et-Cher).

Le premier centre d’éducation pour chiens d’assistance est fondé à Alençon en 1989 par Marie-Claude Lebret dans le cadre d’un projet d’action éducative du Lycée professionnel Agricole d’Alençon. Le concept des chiens d’assistance est importé des États-Unis et basé sur le système helper dogs, formés par la Canine Companions for Independence (CCI) :

« Ces chiens « suivent des cours » pour apprendre à assister les handicapés mentaux et physiques dans leur vie quotidienne. Certains sont spécialisés dans l’aide aux sourds : éduqués pour réagir à certains bruits familiers à la place du maître, ils jouent un rôle d’avertisseur. Les Britanniques, en particulier, ont commencé de se spécialiser dans ces « chiens écouteurs ». Last but not least, le chien peut être aussi un « aide-thérapeute » pour les enfants autistes ou schizophrènes, en leur apportant un fort soutien affectif […] En France, fin des années 1980, on connaît les chiens guides d’aveugles, pas les chiens d’assistance aux infirmes. »

Chien-guide, prêt-à-poster, France.

Le 18 avril 2001 est inauguré le centre d’éducation de Lyon, grâce au Docteur Nicole Bru. Le centre de Saint-Brandan est créé en janvier 2003 grâce au Député des Côtes d’Armor, Marc Le Fur et au Docteur Hélène Bost-Hourticq, Présidente d’Handi’chiens entre 1994 et 2008. Il est inauguré en novembre 2003 par Bernadette Chirac.

Chaque centre d’éducation est labellisé par une commission composée de représentants du Ministère de la Santé et de l’Agriculture selon les conditions définies par le décret no 2005-1776 du 30 décembre 2005. L’association Handi’chiens est la seule à bénéficier de ce label pour les chiens d’assistance. Celui-ci permet aux personnes handicapées moteur de bénéficier d’une aide animalière prévue par la loi de février 2005.

En 2010, l’association Handi’chiens reçoit le prix spécial du jury lors du concours Autonomic Innov du salon Autonomic Paris, prix qui récompense les principales innovations au service de l’amélioration de la qualité de vie des personnes en situation de handicap et des personnes âgées dépendantes.

Par décret du 7 mars 2012, l’association est reconnue d’utilité publique et en mars 2014, le Ministère des Affaires sociales et de la Santé publie un arrêté simplifiant la procédure de labellisation des centres d’éducation et créant un statut pour les chiens guide d’aveugle et les chiens d’assistance, même en cours d’apprentissage, attesté par un certificat national.

Voir aussi cette vidéo :

Sources: Wikipédia, YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.