Le céphalophe.

Les céphalophes, genre Cephalophus, sont des bovidés égodontes proche des antilopes et des caprins. Ces animaux vivent en Afrique et principalement en forêt.


Les céphalophes sont de petits ongulés d’Afrique subsaharienne. Le plus petit est le céphalophe bleu qui mesure de 55 à 72 cm pour un poids de 4 à 6 kg et le plus grand, le céphalophe à dos jaune, mesure de 115 à 145 cm pour un poids de 45 à 80 kg. Toutes les espèces du genre Cephalophus vivent dans des forêts ou fourrés

denses, seul le Céphalophe de Grimm vit en savane. Les céphalophes se distinguent par leurs pattes antérieures plus courtes que leurs pattes postérieures, leur donnant une forme cambrée leur permettant de mieux se mouvoir dans les sous-bois.Les céphalophes présentent deux petites cornes, au milieu desquelles pousse une crête de longs poils.

Céphalophe, carte maximum, Côte d’Ivoire, 1979.

Les céphalophes (qui sont diurnes ou nocturnes selon les espèces) ont besoin d’une nourriture de qualité à cause de leur taille relativement petite et consomment des feuilles, des fruits, des pousses, des bourgeons, des

écorces et des graines. Fait exceptionnel pour des ongulés, ils chassent parfois à l’affût des petits oiseaux et des rongeurs, et consomment à l’occasion des insectes et des charognes.

Les céphalophes ne sont pas grégaires et vivent généralement seuls ou en couple. Les céphalophes bleus sont monogames et les couples, unis pour la vie, défendent farouchement de petits territoires de 2 à 4 hectares. Il semblerait que d’autres espèces soient également monogames, phénomène relativement rare chez les mammifères. Les mâles prennent grand soin des petits, qui restent dans le groupe assez longtemps (environ 2 ans) et qui s’occupent ensuite de leurs jeunes frères et sœurs. Néanmoins, les membres du couple ne restent pas toujours l’un auprès de l’autre, s’alimentant et se reposant souvent séparément.

Espèce la plus rare, le céphalophe de Jentink, découvert en 1822 et peu présent dans les zoos, est considérée comme menacé.

Les céphalophes sont principalement touchés par la chasse de subsistance. Facilement éblouis la nuit par les lumières, ils sont alors assez faciles à abattre, certaines espèces étant aussi piégées dans des filets.

Voir aussi cette vidéo :

Source : Wikipédia, YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.