Le Cantal (fromage).

Le cantal (ou fourme de cantal) est un fromage français à pâte pressée non cuite, originaire du Massif central et fabriqué à partir de lait cru de vache ou pasteurisé. L’appellation d’origine de cette fourme est préservée par une AOC en France et par une AOP au niveau européen. 400 litres de lait sont nécessaires à la confection d’une fourme de 40 kg. Il tient son appellation du massif dont il est originaire.

Le cantal jeune s’appelle la tomme de cantal, il sert à préparer la truffade.


Officiellement, il porte ce nom dès 1298. Il était produit dans des Burons avec le lait des vache de Salers qui étaient conduites chaque printemps à l’estive dans les pâturages se trouvant autour du Plomb du Cantal.

De nombreuses références historiques établissent la très longue histoire du cantal. Pline l’Ancien, dans le livre XI de son Histoire naturelle note que le fromage le plus estimé à Rome était celui du « Pays de Gabalès et du Gévaudan ». Au VIe siècle, Grégoire de Tours dans son Histoire de France signale que les toiles à fromage étaient lavées dans le Lac des Salhiens et parle de « formes » devenues plus tard « fourmes ».

Cantal, carte maximum, Aurillac, 19/02/2005.

Au XVIIIe siècle, l’Encyclopédie d’Alembert et de Diderot décrit la fabrication du cantal, illustrée par une planche gravée où figurent tous les instruments nécessaires à cette fabrication.

Les techniques ont évolué entre 1890 et 1900. Émile Duclaux, disciple de Pasteur, qui possédait une propriété à Marmanhac dans le département du Cantal, a largement contribué au développement de l’économie fromagère du Cantal en décrivant la fabrication du cantal dans un traité resté célèbre, daté de 1893, intitulé Principe de laiterie. Les premières laiteries industrielles ne virent le jour qu’en 1910. Le 17 mai 1956, le cantal se voit décerner, par un jugement du Tribunal Civil de Saint-Flour, l’Appellation d’Origine Contrôlée cantal ou fourme de cantal en application de la loi du 6 mai 1919. À cette époque, 1 500 producteurs fermiers fabriquaient 8 000 tonnes de cantal. En suivant les évolutions du monde agricole, d’une fabrication fermière, la production s’est regroupée dans les coopératives, puis au milieu du XXe siècle, sont apparues les productions plus « industrielles » concentrant de gros tonnages.

Cantal, carte maximum, Aurillac, 19/02/2005.

La zone de production du lait communément appelée le « Pays vert » s’étend sur près de 600 000 hectares au cœur de la Haute Auvergne. L’eau est présente en abondance et la nature des sols, riches en acide phosphorique, en potasse et en magnésie, favorise la pousse de l’herbe. Aujourd’hui à travers le nouveau décret AOC cantal, les éleveurs doivent s’engager à respecter ces critères patrimoniaux. Ainsi, à partir du 31 décembre 2009 le lait mis en oeuvre pour la fabrication du fromage provient d’exploitations dont la superficie est au minimum égale à un hectare de surface agricole utile par vache.

Comme pour certains salers, et contrairement au laguiole, le lait transformé en cantal provient de n’importe quelle race de vache.

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.